Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Jeudi 19 Avril 2018  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

Article
accueil > Tous les articles > Article 0298
Le nouveau paysage de la crise
 

Le nouveau paysage de la crise

Par Thierry Libaert, Ph.D

Gestion de crise

Article paru dans :

Prospective : Horizon 2020

Numéro spécial 15 ans

N°23 du Magazine de la communication de crise et sensible, Décembre 2015

Télécharger - pdf - 60 pages,

 


La communication de crise a traversé plusieurs étapes. Née dans le domaine des sciences de gestion et s’appliquant prioritairement aux installations dites à risques, elle s’est ensuite développée sous une approche plus fortement communicationnelle à partir de la deuxième moitié des années 1980 et son extension notamment sectorielle. Aidée par une offre professionnalisée de consultants en communication, la perception que tout organisme, quels que soient sa taille et son secteur d’activité, pouvait connaître une crise, se répandait. La troisième phase est plus récente et peut être datée autour de la période 2007-2010, elle correspond tout à la fois à l’effet d’incertitude propre à la naissance des crises alors que le domaine était plutôt dans une croyance technique, managériale et processuelle, et à la généralisation des réseaux sociaux qui interpellent les modes classiques de communication de crise. La crise et sa perception ont évolué, toutefois si les phénomènes de crise continuent à s’amplifier, il sera nécessaire de renouveler nos réponses traditionnelles afin de pouvoir les affronter.

I - Une communication de crise qui se banalise

Tous les facteurs semblent en place pour l’accélération des crises, du moins dans leur représentation. Trois sphères se télescopent :

La sphère institutionnelle, qui comprend les médias, les associations et les salariés.

Les médias, puisqu’ils sont toujours plus nombreux, plus libres et plus concurrentiels. La crise représente médiatiquement une opportunité positive en raison de son attractivité, c’est dans les périodes de crise que la consommation médiatique est la plus importante.

Les associations puisqu’elles sont désormais parfaitement structurées pour créer des crises ou pour en accroître le retentissement. Structuration communicationnelle mais aussi juridique et pour les plus importantes d’entre elles, avec une organisation à l’échelle internationale. Une ONG comme Greenpeace s’affiche clairement comme un déclencheur de crise dont Nestlé ou l’industrie nucléaire ont pu mesurer les effets d’un professionnalisme parfaitement maîtrisé.

Les salariés deviennent des déclencheurs de crise par les révélations qu’ils peuvent rendre publiques. En raison de la distanciation qui s’est opérée entre les entreprises et les salariés, de la montée progressive d’une protection du salarié déclencheur d’alerte, et de la facilité offerte par le web pour rendre anonymes ces révélations, les crises révélées par l’interne devraient continuer à croître.

La sphère technico-économique.

Celle-ci se compose des éléments relatifs à la technicisation croissante de nos sociétés, au rôle du web et à la métrologie.

La technicisation était l’un des points focaux de l’analyse d’Ulrich Bech et de Patrick Lagadec .

A mesure que croît le progrès technique, croissent aussi les risques de fragilité. Centrales nucléaires, raffineries, incinérateurs, circuits bancaires, à chaque fois les paramètres se complexifient, ce qui augmente parallèlement les risques de rupture.

Le rôle d’Internet, et, notamment avec la généralisation des réseaux sociaux, n’est plus à démontrer. Internet est un lieu de création de crise, d’abord techniquement par les fraudes et le hacking, ensuite par les potentialités de désinformation qui existent. C’est aussi et surtout une formidable caisse de résonance pour les crises.

Les progrès de la métrologie permettent désormais de mesurer les plus faibles doses. Il suffit de diagnostiquer quelque microparticule d’un produit étranger dans un bien de consommation pour que l’affaire devienne crise. Le risque d’intrusion de corps étrangers, notamment dans l’alimentation, était beaucoup plus important il y a un demi-siècle, mais la possibilité purement technique de le diagnostiquer a renforcé leur potentialité de devenir crisogène.

La dernière sphère est juridique.

Elle se compose de l’accroissement des réglementations, du pouvoir du juge et des avocats.

Les activités économiques, sociales, politiques étant désormais étroitement réglementées, il suffit d’une infraction non intentionnelle pour que, prenant naissance dans la constatation d’une infraction ou d’un délit, la révélation puisse devenir crise. Le droit de l’environnement est ainsi un secteur qui s’est fortement complexifié. Certes la crise aurait pu naître en l’absence de réglementation, mais le constat de l’infraction lui confère davantage de tangibilité.

L’extension du pouvoir du juge est une autre composante de cette sphère. Les juges ont accédé à davantage de pouvoir dont une des traductions est la possibilité de mettre en cause les plus hauts niveaux du management en entreprise. Le fait pour une entreprise de retrouver son principal dirigeant mis en examen, voire derrière les barreaux est un nouveau vecteur de crise.

Quant aux avocats, ils possèdent un rôle croissant de déclencheur et d’amplificateur de crise. Par les procès dont ils peuvent être à l’initiative, par leur parole publique qui transfère la résonance du tribunal civil ou pénal au tribunal de l’opinion, par le constat que la crise représente également un marché et un lieu de profit, ceux-ci sont devenus un nouveau facteur dans l’émergence des crises. La tendance commerciale anglo-saxonne dans le métier d’avocat infuse lentement, mais semble-t-il inexorablement, en Europe.

Par ailleurs, l’ensemble de ces éléments s’entrechoquent sur un fond de méfiance de l’opinion publique envers les entreprises et les pouvoirs publics, dans un contexte de compétitivité accrue, d’accélération du temps et de la mondialisation qui favorisent les pratiques frauduleuses comme celle constatée début 2013 à propos du remplacement de viande de bœuf par de la viande de cheval.

Parallèlement à cette généralisation spatiale, la temporalité de la crise évolue dans le même sens. La durée de la crise est de plus en plus longue. Celle-ci prend ses racines toujours plus loin dans le passé et les révélations sur des pratiques d’entreprises remontant à plusieurs décennies se multiplient, mais en outre, en raison de la judiciarisation de la crise, celle-ci se prolonge également plus loin dans le futur. Des travaux des commissions et enquêtes aux procès en première instance, en appel ou en cassation, les crises resteront dans l’actualité durant une période prolongée.

Bien que plus nombreuses et plus longues, les crises n’en restent pas moins un phénomène gravissime.

Des entreprises, pourtant solidement implantées comme Arthur Andersen au début du 21ème siècle, n’ont pas survécu à la chute de leur capital réputationnel. Dans l’hypothèse où elles le peuvent, le changement de dénomination devient une opportunité, à l’exemple de Townsend Thoresen, du Crédit Lyonnais et plus récemment de Spanghero. A défaut, elles risquent de subir les conséquences réputationnelles durant de longues années à l’exemple du groupe Total qui, depuis le naufrage de l’Erika en 1999 est resté durant les quinze années qui suivirent, l’entreprise la moins aimée des français.


II – Malgré ce paysage critique, les réponses communicationnelles restent embryonnaires.

Il y a lieu d’abord de reconnaître les limites même de la communication dans le traitement des crises et de ne pas considérer qu’une seule communication permettrait de les surmonter toutes. D’abord certaines crises ont une importance telle (Tchernobyl, Bhopal, …) que la communication ne peut à elle seule permettre d’en réduire l’impact. Ensuite, parce que le lien avec la gestion de crise ne doit jamais être perdu de vue et que certaines situations de crise furent résolues sans recours, du moins directement, à des procédures de communication.

De même, il est nécessaire de concevoir qu’il n’existe pas de déterminant organisationnel. Certaines entreprises réputées pour avoir parfaitement bien piloté leur communication de crise ont pu se retrouver dans une situation inverse où les actions de communication n’induisaient pas les effets espérés. Il pouvait y avoir les mêmes lieux, les mêmes personnes, les mêmes procédures, mais les résultats étaient contradictoires sans qu’il soit possible, du moins à court terme, d’en expliquer les motifs.

Sur plusieurs points majeurs, il est délicat d’avoir une posture tranchée, à l’exemple de la tonalité nécessaire dans la communication de crise. Entre la vision technicienne plaidant pour une communication factuelle, précise, basée sur des éléments vérifiables et si possible quantifiables, et l’école symboliste prônant une communication plus émotionnelle, affective, visuelle, les réponses ne sont pas toujours convaincantes.

Plus important, les principes de base de la communication de crise, pourtant considérés comme des fondamentaux, peinent à établir leur efficacité. Il en est ainsi pour le choix du porte-parole. Là où les manuels indiquaient la nécessité d’un choix de porte-parole en fonction de la probabilité de rebondissement, dans l’objectif de ne pas exposer le président de l’entreprise, la réalité des situations restreint toute possibilité de calcul de ce type.

Il est également conseillé de désigner un porte-parole unique afin de garantir la cohérence des discours. Ici également, l’ampleur des demandes de prise de parole tant interne qu’externe, rend illusoire une communication qui ne serait portée que par un individu.
La présence sur le terrain apparaît comme un incontournable de toute communication de crise. Ici également, c’est sans tenir compte d’un contexte de crise rendant toute présence de l’organisation en cause suspecte de récupération. Un dirigeant d’entreprise accueilli par des propos hostiles, voire par quelques forces de sécurité, aurait un effet immédiatement négatif.

Ensuite, il est recommandé la plus extrême réactivité dans la délivrance des informations. Ne pas communiquer rapidement serait apparaître suspect de dissimulation. La réalité est toutefois plus complexe et au sein d’entreprise en crise, les connaissances des causes et conséquences sont dérisoires. Il arrive souvent que les entreprises apprennent leur crise par les médias sociaux. Communiquer sur des faits, en l’absence de toute connaissance, apparaît un exercice délicat.

Les médias sociaux apparaissent le nouvel eldorado de la communication et il semble même qu’en dehors du 2.0, il ne saurait y avoir de sortie de crise. Si la réalité de l’apport des réseaux sociaux à la communication de crise ne peut être contestée, il reste à éviter de confondre crise et bad buzz et à bien percevoir que l’audience des médias traditionnels reste incomparablement supérieure à celle des réseaux sociaux.

Enfin, alors que le maître mot de la communication de crise est « Assumer », il convient d’observer que la réalité des rapports de pouvoir au sein des entreprises réduit singulièrement le choix de cette stratégie, il est souvent délicat au sein d’une cellule de crise de conseiller à leur président d’aller seul porter le poids médiatique de la responsabilité, si possible en s’excusant.

Si les principes de communication peuvent être discutés, c’est également le principe même de la communication qui peut être questionné.

D’abord, dans certaines circonstances, la stratégie du silence peut être un choix raisonnable. On comprend que les agences de consulting prohibent totalement cette hypothèse puisque cela réduirait totalement leurs possibilités d’interaction. Toutefois, en fonction de paramètres comme l’origine de la crise ou l’agenda médiatique, le silence peut être une stratégie possible.

Il en est de même pour le rôle de la communication digitale en période de crise. Celle-ci paraît avoir révolutionné la manière de gérer les crises et une bonne utilisation des réseaux sociaux semble unanimement recommandée. Pourtant, les médias traditionnels restent largement dominants. L’enquête European Communication Monitor 2013 réalisée auprès des responsables de communication européens indique par exemple qu’ils sont plus de 75 % à recourir aux relations presse en période de crise contre seulement 38 % pour les réseaux sociaux.

Il convient également de relever que la meilleure communication de crise est souvent celle qui est opérée via des alliés. La crédibilité de la parole de l’entreprise en crise est souvent réduite et il est préférable d’organiser une stratégie d’alliance plutôt que de se focaliser sur sa seule argumentation.

Enfin, la montée en puissance du rôle de l’actionnaire dans la gouvernance des entreprises a fait évoluer leur communication, et notamment en période de crise. Le choix d’une communication institutionnelle de crise s’efface devant l’impératif d’une rela-tion directe, ciblée sur le public financier. Entre une image publique qui se dégraderait et la perspective d’une chute du cours de bourse, peu d’entreprises hésiteraient.

Absence de certitude générale, remise en cause des fondamentaux, questionnement sur les principes mêmes de la communication, la communication de crise doit faire preuve d’humilité, d’autant que la mécanique d’émergence des crises reste obscure.

Sur ce point, le débat porte sur le partage des responsabilités à l’occasion d’une crise et notamment sur le rôle des médias dans la tonalité générale de la crise.

La considération des facteurs d’intensité. Pourquoi un événement devient crise, alors qu’un autre, dont l’impact peut être plus important, ne sera guère considéré. Il y a ici un débat Identité / Identification qui se déroule. Est-ce l’identité de l’organisation qui est en cause ou est-ce la capacité identificatoire qui intervient comme déterminant majeur ?

Le caractère processuel de la crise. Nées avec les calculs probabilistes d’analyse du risque au sein de la Rand Corporation, les études sur la communication de crise ont fortement bénéficié des travaux venant d’autres disciplines comme les mathématiques, la physique, la météorologie. Les travaux relatifs à la théorie des catastrophes, à l’effet papillon, aux fractales ont réduit la vision déterministe d’une crise comme résultante de dysfonctionnements qu’il conviendrait de corriger par une surveillance des signaux faibles, et ce alors même, comme le rappelle Claude Gilbert « Pourquoi s’intéresser aux signaux faibles alors que les signaux forts ne sont pas entendus ? »

Bien entendu, il ne s’agit pas renier le travail effectué jusqu’à ce jour. Il reste la base indispensable de toute préparation à la crise. Mais dorénavant, il ne suffit plus. Les crises ont changé de nature, désormais mutantes et protéiformes, elles obligent à repenser des dispositifs basés sur une organisation (la cellule de crise) et quelques outils (l’exercice de crise et le média training). Reposant davantage sur des notions encore nébuleuses de culture d’entreprise, de préparation au risque, d’intégration des ruptures, de capacité d’improvisation, la communication de crise doit adapter ses principes au nouveau contexte dans lequel elle évolue.

Thierry Libaert est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, membre du Comité Economique et Social Européen, Il a publié une vingtaine d’ouvrages et de nombreux articles. Professeur à l’Université de Louvain de 2008 à 2014, il été maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (1999/2013) et Directeur scientifique de l’Observatoire International des Crises

Télécharger - pdf - 60 pages,

 

 

ISSN 2266-6575

© Décembre  2015  Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Santé - Natalie Maroun interviendra sur la communication de crise dans la journée "Gestion de crise" le 24 mai 2018 à Paris,  organisée par le Groupement Hospitalier de la Mutualité Française (GHMF), Générations Mutualistes (GM) et le réseau national des centres de santé (RNCSM). 2018

 

Belgique.Communication -  "Liège: Comvision, un colloque où on se demande comment réinstaurer la confiance dans les communicants", avec l'intervention de Didier Heiderich, novembre 2017 - Lire

 

Koweït.Ena - Natalie Maroun réalisera une conférence le 25 septembre 2017 sur le thème de l’identification d’une situation de crise lors d'une visite d'étude de 12 hauts fonctionnaires de la Civil Service Commission (CSC) du Koweït (pour le département Afrique et Moyen-Orient de l'ENA )

 

France.TourismeDidier Heiderich participera le 25 septembre 2017 à une table ronde avec Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-mer et M. ChristianiMantei, directeur général d’Atout France sur la reconstruction d’image post-catastrophe (suite aux ouragans) dans le cadre des Assises du Tourisme Outre-Mer

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2018
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright