Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Lundi 19 Février 2018  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

Article
accueil > Tous les articles > Article 0296
Le rôle du facteur humain en gestion des crises
 

Le rôle du facteur humain en gestion des crises

Par Julie Boumrar, Ph.D et Marjorie Bordes, doctorante

Gestion de crise

Article paru dans :

Prospective : Horizon 2020

Numéro spécial 15 ans

N°23 du Magazine de la communication de crise et sensible, Décembre 2015

Télécharger - pdf - 60 pages,

 

« La place de l’homme dans les systèmes complexes reste essentielle : il doit réaliser des manœuvres programmées et complexes, mais aussi superviser l'ensemble du système. Dans bien des cas, son travail dépasse le simple respect des procédures car leur seule application ne suffit pas pour obtenir la production ; d'ailleurs si c'était le cas, l’homme serait remplacé par des automatismes. Bien souvent, il doit vérifier la pertinence de la procédure au regard du contexte réel de la tâche et dans l'éventualité d'un écart, il doit changer de procédure, compléter les prescriptions, voire inventer de nouvelles solutions d’organisation pour parvenir au résultat, malgré les perturbations, tout en respectant les impératifs de sûreté ». (Leplat 1990)


« Situation nocive et perturbatrice de grande ampleur, soudaine, consommatrice de ressources et qui s’inscrit généralement en dehors des cadres opératoires et des schémas de références typiques des gestionnaires « (Reilly, 1993), la crise est un système complexe qui laisse – de fait – une place importante aux hommes qui la gèrent. D’ailleurs, si elle se caractérise surtout au travers d’incidents qui sortent du cadre habituel, elle oblige les acteurs qui contribuent à sa gestion, à prendre en urgence des déci-sions stratégiques et à s’organiser. « Les enjeux apparaissent dès lors comme exorbi-tants, multiples, et pour la plupart ne se révèlent qu’au fil des temps » Combalbert (2005).


Partant de ce postulat, la notion de crise peut ainsi être envisagée comme un processus global, au cours duquel les causes et les conséquences s’entremêlent pour générer une situation instable et particulièrement difficile à piloter. Compte tenu de ces éléments, les difficultés rencontrées perturbent les décideurs qui n’ont plus de cadre de référence sur lequel s’appuyer : la crise est un déferlement qui engendre un désengagement des structures et se transforme ainsi en dérèglement. Pour finir, elle prend son autonomie quand les difficultés deviennent des blocages absolus (Lagadec, 2005).


Ces définitions soulignent le rôle central des facteurs humains (1.) dans la gestion de crise, notamment du fait de l’incertitude des réactions humaines (1.1.). L’interprétation que les individus se font de la crise et la représentation de celle-ci ont donc des conséquences sur la crise et sa gestion (1.2.).


Dès l’apparition de signaux faibles relatifs à l’avènement d’une situation dégradée ou d’une crise, un ou plusieurs éléments vont servir de support et de guide au début de la croissance de la structure d’organisation de la réponse. Ces éléments laisseront ensuite place à un processus d’agrégation qui s’inspirera des orientations de départ pour aller au-delà. Dans le même temps, des contraintes vont s’exercer sur les acteurs en charge de la gestion de la crise qui vont les conduire à participer à cette structure, à la faire évoluer et s’adapter au contexte auquel elle doit faire face.

Ces facteurs structurant l’organisation de la réponse sont susceptibles d’être la pression des événements, le développement de l’alerte et son relais via les réseaux sociaux, la motivation des acteurs ou encore la volonté de limiter les conséquences. Dans ce cadre, nous pouvons nous rendre compte aisément que si les plans d’actions sont incontournables, il n’en demeure pas moins que le facteur humain – si volatile puisse-t-il être – tient une place prépondérante.

Lorsqu’un système est confronté à une crise, un ensemble d’acteurs va prendre en charge la gestion de cette crise soit parce que c’est sa responsabilité (responsable d’une PME, Maire, Préfet…), soit parce qu’il se sent investi de ce rôle. En tout état de cause, chaque incident met donc en avant un organigramme de l’organisation de la réponse avec les sous-ensembles d’acteurs impliqués, leurs interrelations. Par conséquent, comme le souligne Bourrier (2000), le niveau de fiabilité d’un système organisé est dépendant de la capacité de ses acteurs à développer les trésors d’ingéniosité nécessaires à la réalisation d’ajustements informels de manière à corriger et amender, sans cesse, un ensemble de règles et de dispositifs structurellement incomplets. Cet ensemble de règles et de dispositifs permettant de diminuer les effets du facteur humain (2.) est notamment constitué par un socle de connaissances et de compétences acquises par le biais de formations (2.1.) et également d’exercices et de retours d’expériences (2.2.).

1. La place incontournable du facteur humain en gestion des crises.

Lagadec (2005) définit la crise comme « une situation où de multiples organisations, aux prises avec des problèmes critiques, soumises à de fortes pressions externes, d’âpres tensions internes, se trouvent brutalement et pour une longue durée sur le de-vant de la scène… ». En effet, ce qui est souligné ici c’est surtout toute la dimension qui est accordée au décideur qui doit apprendre à agir dans un environnement de chaos, d’incertitude, d’évolutions incessantes, de hasard, de désordre et de frictions. En dépit d’une anticipation correcte, l’incapacité à prévoir la multiplicité des situations envisageables laisse une part importante au hasard. Le décideur « victorieux » sera celui qui limitera au mieux son emprise et sera capable de construire son efficacité malgré lui.

1.1. Définition

« Le « facteur humain » est l’expression par laquelle les spécialistes de la sécurité des personnes et de la sûreté des installations désignent le comportement des hommes au travail. Il est fréquemment invoqué dans l’analyse des catastrophes industrielles, des accidents du travail, et dans les procès ou les commissions d’enquête. On lui associe l’idée de faute. Paradoxalement, cette conception négative de l’intervention humaine repose sur une confiance sans faille dans la technique, et sur une méconnaissance des sciences humaines. » (Dejours, 2014). En effet, le facteur humain a une place incontournable en cas de crise, notamment car l’homme est au cœur de celle-ci et du processus conduisant à sa gestion. Face au facteur humain, les outils en place ne suffisent plus pour limiter les effets de la crise.

Lors de la gestion de crise, le décideur se trouve dans l’obligation d’agir dans un futur peu maîtrisé : à ce stade, aucun système de déterminisme rigide ne permet d’assurer sa réflexion. D’ailleurs, si « la sagesse recommande de n’avoir d’autre certitude que celle de l’incertitude » (Desportes , 2007), rien n’interdit d’en rechercher les causes parmi lesquelles en premier lieu le facteur humain. Comme l’écrit de Vendryès (…) « le fait élémentaire de l’histoire est l’autonomie philosophique et mentale de l’homme. ». Cette autonomie peut engendre des crises et empirer certaines autres mais elle peut également en diminuer les effets.

En effet, la dimension morale du facteur humain influe directement sur l’adhésion des individus au projet politique ou opérationnel. Celle-ci se situe de fait au cœur du succès ou de l’échec de la gestion des crises avec son aspect difficilement quantifiable, son caractère fortement aléatoire, son imprévisibilité.

L’homme joue donc doublement un rôle dans la gestion de crise en tant qu’individu et au sein d’un groupe.

- La place de l’individu

Les hommes agissent comme des systèmes indépendants, notamment car la nature hu-maine est singulière, complexe et changeante. Elle n’est pas réductible à un modèle mathématique car si l’homme est influencé par le milieu extérieur, celui-ci ne le détermine pas.

Plongé au cœur de la gestion des crises qui est « violence » par essence, l’homme – avec ses forces et ses faiblesses, ses imperfections et déficiences, ses peurs et ses hésitations, ses passions et ses démons – s’affirme comme la première source d’imprévisibilité. Il existe des outils d’aide à la décision mais – quelques soient leurs performances – l’homme lui-même demeure l’acteur final de la décision, le caractère subjectif de chacune d’entre elle s’avère ainsi irréductible. « La pluralité des choix et l’imperfection des facteurs discriminant rend l’action humaine aléatoire » (Desportes, 2007).

- La place du groupe

Chaque homme est source d’incertitude puisqu’il demeure fondamentalement libre, mais en situation de crise, les hommes sont rarement seuls ; au contraire, « portant déjà en eux-mêmes mille sources de divergences, c’est toujours en équipe, groupe, équi-page, compagnie ou régiment qu’ils sont plongés dans l’action » (Desportes, 2007).

D’ailleurs, la constitution de ces entités qui – loin d’être construite de la simple juxtaposition de volontés individuelles, acquièrent leur propre personnalité, va impacter le processus de gestion de crise.

In fine, la composition de chacune de ces entités, de la personnalité de leurs chefs dépendront leurs réactions face à l’évolution de la gestion de la crise.


1.2. Impacts sur la gestion de crise

- La place de l’interprétation.

Pour certains auteurs tels que Weick (1988) et Laufer (1993), la crise ne peut être envi-sagée sans que l’on se pose la question de sa représentation en tant que construction sociale et matérielle, sujette à de multiples interprétations.

En effet, la perception et l’interprétation que se font les acteurs de la crise à laquelle ils doivent faire face, impactent sa gestion au travers d’effets de leviers engendrés par la psychologie de contrôle, les effets de l’action sur le niveau de tension…C’est le principe du cercle vertueux présenté ci-dessous. Quand la perception de contrôle de la situation augmente chez les acteurs chargés de la crise, le niveau de stress diminue. Cette diminution engendre une prise de recul des acteurs leur permettant d’avoir une vision plus large de la situation complexe et ainsi de mettre en place des actions positives du fait de la créativité engendrée. Ainsi, l’intensité de la crise diminue ou la perception diminue entraînant une augmentation de la perception de contrôle.

In fine, grâce aux représentations mentales que les individus se seront fabriqués au travers de ces processus de perception et d’interprétation, les groupes comme les individus, vont chercher à se constituer des procédures pour appréhender leur environnement.

- Le processus « d’enactment ».

La notion d’« enactment » correspond à la manière dont les individus, par leurs repré-sentations mentales vont agir sur leur environnement. En effet, l’interprétation de la crise créée une situation d’expertise entraînant des actions de la part des acteurs, chaque action produisant des conséquences spécifiques sur la gestion de la crise.

La notion de « sensemaking » correspond au sens que les individus donnent à ce qu’ils font. Dans ce cadre, l’un des rôles de l’organisation est d’aider à donner du sens aux activités des individus. En ce sens, Weick (1988) s’intéresse à la manière qu’ont les êtres humains, à travers ce qu’ils font dans l’organisation, de donner du sens à leurs ac-tions. En effet, les acteurs agiront de manière plus logique s’ils savent comment agir et un processus formalisé de gestion de crise pourrait avoir des effets positifs sur la crise.

En situation de crise, les individus doivent agir rapidement et efficacement. S’il paraît difficile d’être logique en période de crise, un minimum de formalisation et de formation préalable est nécessaire comme nous le verrons par la suite car ils sont susceptibles d’aider les acteurs à matérialiser leurs pensées.

Dans le même temps, les individus vont traduire leurs pensées en action qui auront des conséquences sur l’événement et participeront donc à la détermination de la situation. C’est ce que traduit Magakian (2006), au travers de la notion de créativité qui est un processus de co-évolution des actions collectives entrelacées avec les interprétations des individus. La créativité est le produit de ces interventions entre le niveau individuel et la situation collective.

Cette notion est d’autant plus essentielle qu’un sens est attribué aux actions et influence ainsi l’interprétation des signaux émergents portés par les événements ou des personnages clés. Smircich et Stubbart constatent qu’à partir de ces interprétations, nous révisons notre vision de l’environnement et de l’organisation et pour Weick (Ibid), en partant de ces expériences passées, nous attribuons un lien plus ou moins strict avec la situation actuelle de ses limites sociales. Selon Gray et al.(Ibid), le processus de création ou de destruction des significations est constamment en action sous la forme d’une sélection de l’acte créatif entre les différents niveaux sociaux.

En définitive, le processus de gestion de la crise résulte donc d’un jugement porté à partir du cadre interprétatif d’un domaine d’activité et d’une confrontation entre les différents groupes d’interprétations.


- La place de l’aléa/l’incertitude :

Souvent des événements mineurs, des actions individuelles ponctuelles, exercent une influence imprévisible. C’est l’effet papillon de la théorie du chaos = il complique la tâche du décideur, qui même parfaitement résigné ne peut prévoir les effets des aléas.

Par exemple, la protection des lieux de culte à la suite des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper casher avec la mise en avant de lieux de cultes inconnus jusqu’à présent.

Problématique de la prise de décision dont on ne connaît pas les effets = calcul du coût politique.

- Les attitudes spécifiques :

Au-delà des différentes définitions que la crise est susceptible de prendre, il est essen-tiel d’aborder le contexte du déroulement de la crise (Lagadec, 2005). En effet, les crises sont porteuses d’actions (Thornburg, 1988 ; Lagadec, 1988) comme cela a été le cas lors de l’accident nucléaire de Three Mile Island, qui a motivé de nombreuses études sur les risques liés au nucléaire ou encore pour l’affaire des fûts de Seveso qui a entraîné la mise en place de la directive du même nom.

En outre, en laissant des vides organisationnels dus aux routines qui ne peuvent plus avoir cours, la crise crée des conditions nouvelles et ouvre le champ à des potentialités de création et d’innovation plus grande. Elle modifie l’organisation et les schémas de pensée des acteurs et permet à l’organisation d’abandonner les connaissances devenues obsolètes et d’apprendre à créer de nouvelles connaissances. D’après E. Morin , le bouleversement engendré par la crise entraîne une mobilisation des éléments de re-composition et de transformation du système en faillite. Cette mobilisation implique la création ou la valorisation de connaissances.

« Dans la crise, les différents secteurs avec, à la fois les acteurs qui les animent traditionnellement, et les normes qui les régissent de façon routinière, entrent en collusion et s’interpénètrent » (Cité par les agrégatifs de l’ENS Cachan, Sociologie Politique, Dobry, 1992). Pour cet auteur, la désectorisation de l’espace social venant à l’appui de ce constat présente deux composantes : la réduction de l’autonomie qui peut correspondre à une source de divergence des acteurs en présence - s’ils perçoivent que leur autonomie est réduite au profit des autres acteurs, ils ne s’impliqueront pas dans le système interrelié ; le désenclavement des espaces de confrontation : « l’idée est alors que les enjeux de la crise sont eux-mêmes difficiles à définir et à maîtriser, et qu’il y a une compétition pour cette définition même ». Le concept de crise étant vague, il est possible que les acteurs en présence entrent dans une compétition pour cette définition, mais également s’agissant de l’identification et de l’évaluation des impacts de la crise.

Ainsi chaque acteur participant à la gestion de la crise a son propre caractère et chaque groupe est constitué de personnalités très différentes. Ces différences génèrent au sein du groupe des interactions qui peuvent avoir des effets variables (positifs ou négatifs) sur la production ou les décisions attendues :

- 1+1 = 2 : pas de plus-value apportée par le collectif. Les forces individuelles s’additionnent ;

- 1+1 = 3 : la force du groupe dans sa capacité à construire et à proposer des solutions innovantes. Forte capacité de résilience ;

- 1+1 = 0 : le groupe produit moins collectivement qu’en additionnant la production de chaque individu qui le compose. Les individus ont donc une capacité limitée à traiter l’information et poursuivent des objectifs conflictuels. Forte défiance ? Rivalité exacerbée ? Peur de s’engager ?

Afin d’optimiser la relation entre l’ensemble des acteurs, le décideur doit tenir compte des caractères individuels, des tensions/rivalités existantes au sein du groupe et doit adapter sa posture en fonction des acteurs et de la situation. Son attitude doit générer une « proactivité » du groupe qui contribuera à développer la capacité de résilience de l’organisation. Toute la subtilité repose sur la recherche permanente d’équilibres entre les acteurs, leurs missions, leurs responsabilités et l’attention qui leur sera accordée.


2. Éléments permettant de diminuer les effets du facteur humain : la question de la professionnalisation des acteurs de la gestion des crises.

La professionnalisation des acteurs de la gestion des crises est un processus destiné à améliorer le niveau de réponse des acteurs face aux crises par la mise au point de méthodologies, de dispositifs et de procédures partagées entre acteurs ayant à travailler ensemble pour leurs résolutions.


Pour limiter les biais décisionnels liés aux facteurs humains dans la conduite de la ges-tion d’une crise, il est essentiel que la gestion de crise intègre notamment dans son cercle vertueux :

• une formation adaptée des personnes qui doivent avoir les compétences, l’expérience et une bonne connaissance des différents dispositifs existants pour y répondre (comme les plans gouvernementaux dans le cadre d’une réponse étatique par exemple) ;

• des entraînements et des exercices pour que des acteurs très différents apprennent à travailler ensemble en amont d’une crise potentielle.


2.1. L’importance des formations.

Les formations ont pour objet la qualification des personnes susceptibles de travailler à la résolution de la crise et ce, quel que soit les responsabilités qui leur reviennent le jour J. Cette qualification est le résultat d’un processus de transformation des expériences acquises en compétences permettant aux individus de transformer leurs comportements. D’ailleurs la crise elle-même peut provoquer un effacement brutal des frontières et des repères, qui laisse un vide permettant la création de connaissances. Les décisions prises lors des crises ne sont pas programmables ou assimilables à des routines existantes. Nos actions seront nouvelles dans leur contenu et/ou dans leur processus, elles pourront donc être assimilées à des apprentissages organisationnels.

En préalable à l’élaboration de référentiels de formations, il semble donc impératif de réaliser un référentiel de compétences nécessaires qui pourraient être recueillies à partir des situations professionnelles vécues ou possibles. A partir des situations envisagées, il est possible d’en déduire les capacités qui lui sont associées.


Au-delà, les formations à la gestion des crises doivent s’inscrire dans une logique plus générale de continuité et de cohérence :

- la continuité s’entend par une approche globale des différentes étapes de formation : la formation initiale, les formations d’adaptations nécessaires à la prise de poste et la formation continue. Il peut être utile pour l’ensemble des acteurs susceptibles d’être concernés que des stages d’accueil et/ou des prises de poste soient systématiquement associés à un module relatif à la gestion des crises relatives à l’emploi ou au secteur professionnel considéré ;

- au-delà d’une approche globale, l’unité des formations dispensées sera assurée par la rédaction d’une doctrine de gestion de crise cohérente, élaborée et maîtrisée par le secteur professionnel, l’entreprise, l’acteur concerné. Sa diffusion doit être réalisée de manière coordonnée au sein de toutes les structures de formations concernées et à tous les niveaux de l’organisation.

Enfin, en ce qui concerne la mise en pratique de la formation reçue, celle-ci recouvre la connaissance des outils de gestion de crise et leur utilisation mais également la préparation et la conduite d’exercices.


2.2. Exercices et retours d’expérience.

Les exercices permettent aux acteurs de la gestion des crises et à leurs équipes de pren-dre la mesure de l’organisation nécessaire en cas de situation de crise réelle c'est-à-dire s’approprier les procédures, maîtriser les outils et connaître les acteurs de la gestion des crises. En outre, cela permet aux individus n’ayant vécu aucune crise de se former et de prendre conscience des réalités de la crise. La participation active de l’ensemble de ces acteurs doit être systématisée dans l’organisation. In fine, cela permet d’améliorer les processus de prise de décisions, les communications et la coordination entre les acteurs.

Pour être efficient, les exercices doivent intégrer des scénarios crédibles et variés afin de confronter les organisations à l’inimaginable (Lagadec, 1997). Aux côtés de ces si-tuations envisageables seront introduites de l’improvisation, de la flexibilité et de la créativité selon sept caractéristiques techniques (Mendonça, 2007) :

- mettre en évidence les zones d’ombre en permettant aux participants d’observer les processus de communication et de décisions des autres participants ;

- stopper et recommencer le processus afin de s’assurer que les directives sont comprises et assimilées ;

- répéter autant de fois que possible les simulations ;

- examiner les situations antérieures afin de réfléchir aux actions ayant pu être mises en place ;

- introduire des erreurs afin de contraindre le participant à développer des nouvelles heuristiques et routines ;

- augmenter les scénarios en intensité ;

- apprendre en répertoire de comportements.

Cette nouvelle expérience acquise via la pratique d’exercices se transformera par la suite avec le temps et la prise de recul nécessaire en apprentissage.

En outre, la réalisation systématique de retours d’expérience sur les événements ma-jeurs et sur les exercices menés est essentielle afin que les enseignements à tirer puissent être exploités à tous les niveaux. En cela, le retour d’expériences constitue un outil de management qui permet par l’analyse des faits, d’identifier les causes de dysfonctionnement et les modes de bons fonctionnements afin d’en titrer les leçons pour l’avenir. En outre, il est un processus composé de méthodes et de procédures pour ap-prendre des activités passées et capitaliser l’expérience par le partage des bonnes pratiques pour optimiser sur les plans humains, organisationnels et techniques le fonctionnement des organisations.
 

Pour se faire, une description précise de la dynamique de la crise doit être réalisée au travers de :

- l’identification des incidents, des signaux faibles et des facteurs aggravants (Cooke, 2003) ;

- la connaissance des décideurs et des hommes de terrain, les représentations individuelles et collectives de la crise en fonction de leurs référentiels et de leurs systèmes de représentation symbolique (Tremblay, 2007) ;

- la compréhension des dysfonctionnement de coordination (Therrier, 1995 ; Granot 1997 ; Smith 2000).

La mémoire de ces enseignements des crises réelles passées est susceptible d’ailleurs à terme d’être approfondis au travers de plusieurs pistes de travail relevant de la professionnalisation comme par exemple :

- la création de base de données donnant accès aux retours d’expériences des crises passées ;

- l’élaboration d’un vivier d’experts/gestionnaires de crises pouvant être sollicités à froid et/ou à chaud dans le cadre d’actions de professionnalisation axées autour de témoignages.
 

La crise doit être considérée comme un processus global qui dépasse un évènement ponctuel et est alimenté par un flot continuel de faits. Sa gestion ne peut donc être que le résultat d’une dynamique décisionnelle portée par une organisation formalisée, flexible et résiliente.

Selon Combalbert (2005), « l’ouverture d’esprit, la diversité des analyses, la capacité d’adaptation, la remise en question, l’aptitude à prendre des décisions sont des caractéristiques fondamentales d’une gestion efficiente ». Si le facteur humain apparaît en filigrane dans les caractéristiques précitées c’est parce qu’un haut niveau de formation des acteurs, leurs connaissances des crises et des organisations et leur sensibilisation à la culture des risques et aux processus de gestion des crises sont autant d’éléments sus-ceptibles de renforcer la résilience des acteurs pendants la crise et – de fait de diminuer la vulnérabilité de l’organisation à laquelle ils appartiennent

Julie Boumrar est Docteur ès Sciences de gestion, Marjorie Bordes est Doctorante ès Sciences politiques
 

Télécharger - pdf - 60 pages,

 

Références :

1. Lagadec, Séminaire de communication avancée SE 2005, Cas Mercedes, 2005.

2. V. Desportes, Décider dans l’incertitude, Economica, 2ème edition,
2007.

3. Smircich et Stubbart in Magakian (2006)

4. E. Morin in C. Roux-Dufort, La gestion de crise, DeBoeck Université, 2000.

5. Selon Cardonna (2003), la résilience est définie comme l’inverse de
la vulnérabilité

 

ISSN 2266-6575

© Décembre  2015  Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Santé - Natalie Maroun interviendra sur la communication de crise dans la journée "Gestion de crise" le 24 mai 2018 à Paris,  organisée par le Groupement Hospitalier de la Mutualité Française (GHMF), Générations Mutualistes (GM) et le réseau national des centres de santé (RNCSM). 2018

 

Belgique.Communication -  "Liège: Comvision, un colloque où on se demande comment réinstaurer la confiance dans les communicants", avec l'intervention de Didier Heiderich, novembre 2017 - Lire

 

Koweït.Ena - Natalie Maroun réalisera une conférence le 25 septembre 2017 sur le thème de l’identification d’une situation de crise lors d'une visite d'étude de 12 hauts fonctionnaires de la Civil Service Commission (CSC) du Koweït (pour le département Afrique et Moyen-Orient de l'ENA )

 

France.TourismeDidier Heiderich participera le 25 septembre 2017 à une table ronde avec Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-mer et M. ChristianiMantei, directeur général d’Atout France sur la reconstruction d’image post-catastrophe (suite aux ouragans) dans le cadre des Assises du Tourisme Outre-Mer

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2018
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright