Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Mardi 18 Decembre 2018  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

Article
accueil > Tous les articles > Article 0292
La démocratie en crise : les enjeux futurs du leadership politique
 

Communication politique

La démocratie en crise : les enjeux futurs du leadership politique

Par Nicolas Baygert, Ph.D

Gestion de crise

Article paru dans :

Prospective : Horizon 2020

Numéro spécial 15 ans

N°23 du Magazine de la communication de crise et sensible, Décembre 2015

Télécharger - pdf - 60 pages,

 

Selon les chiffres de l’Eurobaromètre de printemps 2015, 40 % des citoyens européens interrogés déclaraient avoir confiance dans les institutions européennes, 31 % pour ce qui concerne leur gouvernement et, de même, 31% pour leurs parlements nationaux . La « crise de représentation » se traduirait en premier lieu par une crise de confiance envers nos représentants. Mais comme le laissent présager certaines mobilisations citoyennes, c’est désormais le principe de représentativité classique et la dynamique parlementaire liée aux partis qui se voient graduellement remises en cause. Quels ressorts le politique mobilise-t-il pour répondre à ce désaveu ? À quels développements faut-il s’attendre ces prochaines années ?

Aussi, posons d’emblée cette hypothèse : la communication politique est de facto une communication de crise. La démocratie représentative repose en effet sur la « mise en crise » cyclique de son biotope. En principe, le statu quo n’existe pas, l’alternance est la règle, la paire majorité-opposition constitue un vecteur de conflictualité et d’instabilité permanente. La politique doit être considérée comme le « management » continu des fluctuations sociétales. Le rôle des institutions est de garantir cette conflictualité confinée au sein des assemblées représentatives et régulée par le processus démocratique. La crise, récurrente et voulue, permet une adaptation continue aux exigences et variations conjoncturelles.

Or, jusqu’ici « contrôlée », la crise consubstantielle à toute reconfiguration parlementaire devient de plus en plus incontrôlable. On citera l’exemple de la Belgique qui, dans les années 2010 et 2011, connut une crise d’une durée de 541 jours. L’état de crise devient permanent, aussi bien dans la société qu’au sein des majorités : urgence et proximité, cellules de crises et élus de terrain - le vocabulaire politique lui-même s’adapte.

Volontarisme et pathos

Deux recettes continueront à l’avenir à s’offrir au manager de crise politique. La première : la mise en avant d’une « feuille de route » privilégiant une sismothérapie du corps social (un traitement par électrochocs) – une stratégie mise en œuvre par des gestionnaires-liquidateurs dotés d’un volontarisme tragique et mués par les « réformes nécessaires ». À l’inverse, d’autres poli-tiques reposeront sur les promesses d’un conservatisme « maternant » : une politique du sursis, préoccupée par moult acquis sociaux en danger. Objectif : gagner du temps.

D’un point de vue communicationnel, il s’agira dans les deux cas de créer un climat positif. Dans la première, en désamorçant tout conflit potentiel grâce au flux continu des success stories, en glorifiant le volontarisme (voire le « bougisme ») ambiant. On songe ici à l’attitude d’un Nicolas Sarkozy, jadis omni-Président au cœur de la tempête et manager de crise autoproclamé : « Quand on occupe un poste comme le mien (…), la communication de crise, c’est tous les jours . » Dans la seconde, par un primat de l’affectif, une sur-empathie ; la transformation de tout événement tragique en « lubrifiant social ».

D’après Michel Schneider : « les institutions empruntent de plus en plus la posture qu’ils croient être celle du psychanalyste : écouter la souffrance . » Une gestion émotive de crise qui peut et pourra encore à l’avenir s’avérer payante, avec l’espoir que les qualités humaines du gouvernement ou de l’institution soient temporairement louées de toutes parts – une dynamique de commisération qui put être observée dans l’après-Charlie Hebdo. « Le débat public n’oppose plus les sensés et les insensés, mais les sensibles et les insensibles. » souligne encore Michel Schneider .

L’émotion comme solution de repli du politique ? Au contraire, l’accroissement actuel des risques planétaires (variations climatiques, crise financière, terrorisme) pourrait à terme, cautionner un état d’urgence illimité dépassant largement le stade émotif. Celui-ci questionnerait à son tour les fondements même de l’ordre démocratique. Le regretté Ulrich Beck mettait ainsi en garde contre l’obsession de « simuler le contrôle de l’incontrôlable », craignant qu’un « totalitarisme sécuritaire » nous paraisse un jour raisonnable .

On notera d’ailleurs qu’à chaque nouvelle tragédie, l’émotion collective est entretenue en continu par les médias. Le philosophe Peter Sloterdijk évoque une « infosphère hystérisée », percevant l’hystérisation comme la forme moderne du consensus, voire comme un moteur poli-tique. L’état critique implique en retour un agir politique immédiat allant d’un enclenchement ex nihilo du dialogue social à une légifération tous azimuts. Plus que jamais, le politique se mesure et se mesurera à sa faculté de digérer l’émoi. Un phénomène qui pourra contribuer à l’accumulation, la complication et le désordre des lois votées pour être annoncées, non pour être exécutées .

La crise de la représentation et ses conséquences

La « crise de la représentation » – la crise du « lien » entre représentant et représentés – repose actuellement sur différents symptômes : la négation même de toutes conceptions conflictuelles en politique (le principe TINA – « there is no alternative » ; la primauté du pragmatisme sur l’utopie, etc.) débouchant sur l’indistinction programmatique voire au phénomène de désidéologisation ; la dénonciation répétée des intrigues, des scandales et l’avènement d’une micro-conflictualité ad hominem inter et intra-partisane ; la peopolisation. En l’absence d’une conflictualité institutionnalisée, le moteur démocratique tourne pour ainsi dire à vide. S’organise dès lors une mise en récit conflictuelle des « tranches de vie » de mandataires, la succession de « séquences » scénarisées jusqu’au climax, contribuant ainsi à la redramatisation nécessaire de la vie publique. La mise en boucle des « affaires », avant tout d’ordre privé, ont fait entrer la politique dans l’ère de l’extimité .

Comme l’indique Christian Salmon dans son dernier ouvrage : « L’homme politique se présente de moins en moins comme une figure d’autorité (…) mais comme quelque chose à consommer (…) un produit de la sous-culture de masse, un artefact à l’image de n’importe quel personnage de série ou de jeu télévisé . » Aussi, la démocratie représentative, laisse place à une démocratie en représentation. Ce tournant spectaculaire se vérifie d’ores et déjà dans le poids des technologies socionumériques qui inscrivent le spectacle en continu dans l’expérience quotidienne du politique . La politique des clashs sur les réseaux sociaux et des petites phrases misent en boucle sur ces derniers devraient ainsi continuer à alimenter le débat public.

À côté de ce constat, d’autres développements, invoqués ci-après, sont à prévoir : personnalisation accrue de la vie publique, obsolescence programmée de partis politiques et défiance généralisée, pouvant déboucher sur l’émergence de mobilisations citoyennes « liquides », thématiques, horizontales et décentralisées.

Il faut donc premièrement s’attendre au renforcement de la personnalisation de la vie publique, un tournant à la fois compétitif et contemplatif misant sur la performance individuelle de l’élu. Les façons d’incarner le modèle varieront. Le leader politique pourra incarner la figure de « l’enchanteur social » , à l’image d’un Silvio Berlusconi, entrepreneur cathodique du poli-tique depuis plus de deux décennies. Mais le mandataire devra aussi prouver ses compétences à la fois d’« aumônier public » et de communicant de crise. De plus en plus, les citoyens n’exigent plus du politique la contemplation d’idéaux partisans ni la récitation de formules incantatoires et abstraites, mais bien un management providentiel du présent. Or, le transfert accru de compétences vers les instances supranationales (européennes) ou privées d’un côté, et régionales de l’autre feront plus que jamais de lui un élu de proximité ; un « lobbyiste du peuple ». Un rôle à mi-chemin entre celui du manager et du leader.

Rappelons que si le manager est avant tout un gestionnaire, le leader se doit d'être « inspirationnel ». L'un privilégie la gestion, l'autre la stratégie . Le manager cherche la complicité en veillant à défendre ce en quoi il est plongé en permanence : son équipe. Moins complice, le leader prendra plus volontiers distance, pour fixer un cap. Dans l’idéal, ces deux rôles devront ainsi être incarnés conjointement, en plus de celui de « thaumaturge politique » – l’individu capable de capitaliser sur l’émotion collective – évoqué précédemment.

Autrefois homme d’appareil, l’élu aura par ailleurs tendance à s’extirper des carcans partisans pour gérer sa carrière en « freelance », en jouant sa partition en soliste. Aussi, naguère gardiens de la doxa, les partis politiques se sont adaptés ces dernières années à concentrer leurs efforts non pas autour de l’élaboration de programmes, mais autour du design politique . Du côté de ces formations, on songera donc à la formation de grands cartels reflétant d’une part les inclinaisons socio-économiques mais avant tout la concentration des efforts stratégiques pour propulser les « leaders-marques », leurs figures de proue médiagéniques, sur le devant de la scène, à la suite de primaires de préférence ouvertes. À la clé : une bipolarisation (voire une tripolarisation, si l’on tient compte de l’exemple français) accrue du paysage politique. À noter qu’une éventuelle réévaluation globale du financement des campagnes viendrait encore davantage corroborer au tournant lobbyiste du politique, que l’on peut déjà observer outre-Atlantique . Dans ce cas de figure, les partis tels que nous les connaissons deviendraient progressivement obsolètes, laissant place aux équipes compétitives, compactes et flexibles entourant l’élu et bénéficiant de fonds propres.

Enfin, un dernier phénomène devrait considérablement bouleverser nos paysages démocratiques. Face à la crise de la représentation évoquée, certaines démocraties ont déjà opté pour l’introduction d’une dimension participative horizontale comme remède à la crise de confiance « verticale », puisant dans les potentialités du Web. Or, comme l’évoque Manuel Castells, « méfiants envers les institutions politiques mais résolus à affirmer leurs droits, les citoyens cherchent aujourd’hui des moyens de se mobiliser en décidant eux-mêmes des modalités de leur engagement, à l’intérieur et à l’extérieur du système politique . » Nous entrerions ainsi de plain-pied dans une monitory democracy, comme l’analyse John Keane : une extension de la démocratie représentative dans l’observation et le contrôle exercé par la société civile via les réseaux socionumériques.

De même, en dehors des arènes politiques la contestation s'est elle aussi fortement professionnalisée. Une nouvelle discipline a émergé, la communication de combat, dont les principes apparaissent aujourd'hui parfaitement maîtrisés par les nouveaux militants et qui équilibre désormais fortement les contestations traditionnelles À l’horizon : une possible mise en exergue des carences communicationnelles des corps intermédiaires classiques (tels les syndicats), autant dans la gestion de l’émotion collective que dans leur capacité de mobilisation et de contesta-tion.

Mais le citoyen ne se contente pas que de contester ou de juger. À l’avenir et comme le mon-trent plusieurs exemples récents (citons Podemos en Espagne et le Movimento Cinque Stelle en Italie), celui-ci interviendra de façon plus directe dans le processus de construction de l’offre politique. Un phénomène susceptible, au-delà des mouvements d’humeur ponctuels, d’aboutir à des formes structurées d’action politique, voire à l’émergence de mouvements citoyens auto-gérés. Cette évolution correspond, là encore, au désir d’individus, émancipés des carcans de l’engagement politique traditionnel, de juger l’action politique en temps réel, d’affecter la prise de décision et le processus de sélection des élites, voire d’envisager d’intégrer directement l’arène démocratique sous une nouvelle bannière partisane.

Paradoxalement, ce renforcement de l’engagement pourrait donc prendre des formes alter-, voire antipolitiques. « L’activisme du consommateur est un symptôme du désenchantement croissant vis-à-vis de la politique » indique le philosophe et sociologue Zygmunt Bauman . On peut donc imaginer que le véritable défi pour le politique sera de développer une stratégie qui combinera les traits du manager providentiel précité, voire du « commanagement » comprenant des éléments participatifs.

Enseignant-chercheur, consultant et chroniqueur, Nicolas Baygert est docteur en sciences de l’information et de la communication et maître de conférences dans plusieurs universités belges et françaises.

Télécharger - pdf - 60 pages,

Références :

1. cf. Eurobaromètre Standard 83, printemps 2015 : http://bit.ly/1MDvZ39.

2. Nicolas Sarkozy cité dans C. Artufel & M. Duroux, Nicolas Sarkozy et la
communication, Paris, Éditions Pepper, 2006, p. 28.

3. M. Schneider, Big Mother : psychopathologie de la vie politique, par Michel Schneider, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 72.

4. Schneider, Ibid
., p. 65.

5. U. Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier,2001.

6. Schneider, Ibid., p. 87.

7. Pour le psychiatre Serge Tisseron, le « désir d’extimité » consiste à montrer des
fragments de son intimité avec un profond espoir de reconnaissance. Cette
opération nécessite une posture psychique caractéristique : elle mise sur le partage d’un même système de valeurs avec l’interlocuteur. S. Tisseron, L’intimité surexposée, Paris, Ramsay, 2001.

8. C. Salmon, La cérémonie cannibale. De la performance politique, Paris,Fayard, 2013, p. 10.

9. J.E. Green, The Eyes of the People : Democracy in an Age of Spectatorship,
Oxford/New York, Oxford University Press, 2010.

10. P. Musso, Sarkoberlusconisme : la crise finale ? La Tour d’Aigues : Éditions
de l’Aube, 2011, p. 87.

11. E. Albert, Quelle différence entre un manager et un dirigeant ? LesEchos.fr,15
mars 2013.

12. N. Bolz, Blindflug mit Zuschauer.
Munich, Willhelm Fink Verlag, 2005, p. 73

13. On évoquera l’influence des PAC (Political Action Committees) ou Super
PAC, des organisations pouvant récolter et dépenser un montant illimité de
fonds pour soutenir un candidat à l'élection. Ces organisations sont entre autres à la base des « smear campaigns
» et autre campagnes de «shaming ».


14. M. Castells, Communication et pouvoir, Paris, Éditions de la Maison des
Sciences de l'Homme, coll. « 54 », 2013.
15. J. Keane, The Life and Death of Democracy, London, Simon and Schuster, 2009.


16. Cf. T. Libaert & J.-M. Pierlot,
Les nouvelles luttes sociales et environnementales,Paris, Vuibert, 2015.

 
17. Z. Bauman, S’acheter une vie. Arles : Editions Jacqueline Chambon (Actes
Sud), 2008, p. 18

 

ISSN 2266-6575

© Décembre  2015  Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Cahier thématique n°1
Les crashs aériens, retours d’expérience et bonnes pratiques
n°1Juin 2018
Télécharger le Cahier thématique n°1 - pdf - 28 pages,
ISSN 2266-6575

 

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

Maroc.Conférence - Conférence de Didier Heiderich sur la gestion et la communication de crise face au boycott à l'invitation d' APD Maroc. 28 juin 2018

 

France.Santé - Natalie Maroun interviendra sur la communication de crise dans la journée "Gestion de crise" le 24 mai 2018 à Paris,  organisée par le Groupement Hospitalier de la Mutualité Française (GHMF), Générations Mutualistes (GM) et le réseau national des centres de santé (RNCSM). 2018

 

Coorganisation du Cyber-day , le 6 juin 2018 à Paris : la gouvernance des cyber-attaques : membre du comité scientifique et animation de la session"Cyber-attaques et gestion de crise"
En savoir plus

 

Belgique.Communication -  "Liège: Comvision, un colloque où on se demande comment réinstaurer la confiance dans les communicants", avec l'intervention de Didier Heiderich, novembre 2017 - Lire

 

Koweït.Ena - Natalie Maroun réalisera une conférence le 25 septembre 2017 sur le thème de l’identification d’une situation de crise lors d'une visite d'étude de 12 hauts fonctionnaires de la Civil Service Commission (CSC) du Koweït (pour le département Afrique et Moyen-Orient de l'ENA )

 

France.TourismeDidier Heiderich participera le 25 septembre 2017 à une table ronde avec Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-mer et M. ChristianiMantei, directeur général d’Atout France sur la reconstruction d’image post-catastrophe (suite aux ouragans) dans le cadre des Assises du Tourisme Outre-Mer

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2018
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright