Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Mardi 12 Decembre 2017  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

Article
accueil > Tous les articles > Article 0277
  Brésil 2014, une coupe du monde sous haute surveillance
 

Brésil 2014, une coupe du monde sous haute surveillance
Par Thierry Fusalba, 2 mai 2014


Télécharger l'article en PDF

Les violentes émeutes qui ont éclatées le 22 avril dernier dans une dans une favela du quartier touristique de Copacabana sont passées presqu’inaperçues dans les médias. La mort d’un jeune danseur de la favela Pavao-Pavaozinho, tué par les forces de l’ordre qui l’auraient confondu avec un trafiquant de drogue, avait pourtant déclenché plusieurs jours de violence et la fermeture d’un tunnel et de deux avenues de Rio.

Même traitement, une semaine après, lorsque cinq bus sont incendiés par des habitants de la favela de Joquei en réponse à la mort d’un jeune homme. Le matin même, des voitures avaient été brûlées dans la favela d’Alemao, après la mort d'une femme âgée dans des circonstances indéterminées.

Idem, enfin, à l’annonce de la grève des policiers civils de quatorze états du Brésil, dont six accueilleront des matchs du Mondial. Ce mouvement, qui pourrait toucher jusqu’à 70% des effectifs dans certaines villes, ne devrait toutefois concerner que la police civile, en charge des enquêtes criminelles. Ni la police militaire (PM), chargée du maintien de l’ordre, ni la police fédérale (PF), chargée du contrôle aux frontières, n’ont pour l’instant exprimé le souhait de suivre un tel mouvement. Mais la PM avait déjà lancé un sérieux avertissement lorsqu’elle avait cessé le travail durant trois jours, à la mi-mai, laissant le champ libre aux pilleurs des banlieues qui s’en étaient donné à cœur joie dans le centre-ville… Quant à la PF, elle avait annoncé une mobilisation générale peu de jours après, sans toutefois parler de grève.

Ces comportements en disent long sur l’état de santé du Brésil où les grèves de policiers sont illégales et inconstitutionnelles et où le tempérament des habitants a toujours été dépeint comme jovial et pacifique, y compris ceux des favelas où règnent une pauvreté et une violence inouïes.

Le problème est donc posé ; il s’agit maintenant de trouver des éléments de réponses concernant trois aspects fondamentaux de la crise au Brésil : pourquoi le Mondial 2014 cristallise-t-il les revendications d’une partie de la population de plus en plus grande ? Comment les autorités du Brésil peuvent-elles gérer les multiples crises qui ne manqueront pas de naître avant, pendant et après la compétition ? Pourquoi nos médias, d’habitude si friand d’émeutes urbaines, restent-ils quasi muets sur le sujet ?

La réponse à cette dernière question est si simple qu’il convient de la traiter en premier, selon une approche contradictoire : l’éthique ou le business.
Si l’on s’accorde à penser que l’éthique est le fondement de cette « autocensure », il faut y discerner une preuve de maturité de la part de nos médias. Comme il est désormais acquis qu’il n’y aura plus de communication sur les voitures qui brûlent dans les banlieues à l’occasion des fêtes de fin d‘année, afin d’éviter la tentation de l’exemple à suivre ou du record à battre, on peut imaginer que les journalistes rechignent à montrer les effets des émeutes (et de leur répression) dans les favelas.
Des fois que cela donnerait des idées à nos « sauvageons »… Mais cet argument s’efface devant la diffusion systématique d’autres faits divers, telles les scandaleuses profanations de cimetières juifs ou les attentats odieux perpétrés contre des synagogues ou des musées. Il ne peut s’agir d’une démarche exemplaire, faute de quoi certains y verraient un traitement différencié de l’information selon les publics touchés. Reste donc l’approche mercantile. Car à trop communiquer sur la violence ordinaire du Brésil, on risque d’apeurer les supporters et de les dissuader de s’y rendre. Pire, certains sponsors pourraient refuser de voir leurs noms associés à un événement planétaire organisé certes dans le temple du football, mais dont une partie de plus en plus grande de la population conteste la pertinence. On imagine mal les affiches des leaders mondiaux de sodas, d’équipements sportifs ou de fast-food côtoyer la misère des favelas ou cautionner la répression policière. Déjà, certains s’étaient étonnés de voir les chantres de la malbouffe partenaires des Jeux Olympiques de Londres. Dans tous les cas, une trop forte médiatisation d’émeutes populaires ou des grèves de policiers aurait un impact terrible sur l’image idyllique d’un Mondial au Brésil. La fête avant tout ! Et le business aussi !

Deuxième question : pourquoi le Mondial 2014 cristallise-t-il ainsi les revendications d’une part de plus en plus importante des Brésiliens ? Là aussi, la réponse est double : erreurs politiques et tribune médiatique ! A se focaliser exclusivement sur l’image exemplaire que doit donner le pays, quant à l’organisation et au déroulement de la compétition, Madame la présidente Dilma Rousseff a oublié l’objectif premier des grands spectacles internationaux : ils doivent faire rêver et pour cela, susciter l’engouement du peuple qui en est l’hôte ! Elle a sans doute sous-estimé aussi l’attente d’une partie de sa population. Celle qui a vu le Brésil décoller économiquement mais qui n’a jamais pu prendre l’avion. En ce sens, son prédécesseur, M. Lula da Silva a involontairement joué un rôle catalyseur, créant au sein des couches populaires de grands espoirs déçus. Héritière désignée de la septième puissance économique mondiale, garante de la politique et donc des promesses de Lula, c’est à elle que revient aujourd’hui le mauvais rôle : réveiller des concitoyens qui se voyaient déjà au firmament des superpuissances et affronter l’impatience de tous les exclus du veau gras. Ceux qui constatent qu’ils ne profiteront pas des millions de Réals dépensés pour le Mondial tandis qu’ils en subissent les effets dans leur vie quotidienne. Bien sûr, Mme Dilma Rousseff joue gros : d’abord, les Jeux Olympiques de 2017, encore qu’on ne voit pas comment leur organisation pourrait lui échapper. Mais en cas de déroute sécuritaire cet été, nul doute que les sponsors et les supporters ne s’y laisseraient pas prendre à deux fois ! Ensuite et surtout, sa réélection en 2015, qu’un fiasco politique, économique ou social cette année rendrait plus qu’aléatoire.


On peut aussi analyser les troubles sociaux actuels sous l’angle d’une conjonction défavorable de facteurs économique, politique et médiatique. La stratégie est un art qui ne se pratique jamais en solitaire et nul doute que certains acteurs nationaux voient dans les événements des favelas, des occasions de faire prévaloir leurs points de vue. La cristallisation médiatique sur le Mondial, y compris lors de sa préparation, offre une tribune idéale à leurs revendications. Poutine l’avait bien compris lors des Jeux de Sotchi, lui qui avait sagement attendu leur fin pour s’impliquer directement et militairement dans la crise ukrainienne. Mais la situation est différente au Brésil, où la temporisation diplomatique n’est pas possible avec des acteurs non étatiques. Les gangs, qui règnent encore en maîtres sur les favelas, malgré les opérations « coup de poing » de la police très médiatisées, n’ont pas d’intérêt à attendre la fin de l’événement pour avancer leurs pions. Ils ne voudront jamais se priver d’un levier de pression efficace, ni de la manne financière qui va se déverser à l’occasion du Mondial. Dès lors, les scénarios de crise envisagés donneraient des cheveux blancs au responsable politique le plus serein : depuis le blocage d’axes routiers interdisant l’accès aux stades, en passant par les émeutes et la guérilla urbaine, jusqu’aux actes crapuleux (enlèvement de supporters, prise d’otages, vols, agressions violentes…), le stratège en gestion de crise peut laisser libre court à son imagination…

De tout ce qui précède, on peut désormais poser la dernière mais essentielle question : comment les autorités du Brésil peuvent-elles prévenir et régler le panel des crises liées au Mondial 2014 ? Vaste programme aurait répondu le Général… Mais il convient d’abord de se demander s’il est encore temps de faire quelque chose ? A quelques jours du début de la compétition, on pourrait croire qu’il est trop tard pour mettre un terme à la spirale de la violence et qu’il faut désormais la contenir à son plus bas niveau. Certes, les mesures de fond qui seraient à même de rétablir la cohésion populaire autour de cet événement planétaire ne produiraient pas leurs effets dans des délais aussi courts. Mais cela ne doit pas empêcher au gouvernement brésilien d’en prendre. Surtout, il serait temps pour les responsables politiques de faire preuve de pédagogie à l’égard de citoyens qui sont encore trop souvent considérés comme des bénéficiaires et non des partenaires du changement. A prendre son peuple pour plus idiot qu’il ne l’est, on se prépare des lendemains qui déchantent. Car le formidable essor économique qu’a connu le Brésil s’est accompagné d’une prise de conscience des citoyens, y compris dans les couches dites « populaires », c’est-à-dire pauvres. La réussite de quelques-uns suscite toujours l’envie de tous et si rien de concret n’est proposé dans le même temps pour améliorer la vie quotidienne des citoyens, alors le divorce entre gouvernants et gouvernés est durablement consommé. Restent donc les mesures symboliques, simples à mettre en place et ayant un impact véritable et immédiat. Citons, par exemple, la gratuité des transports en commun pour la durée de la compétition qui faciliterait la vie non seulement des supporters mais aussi des travailleurs brésiliens ; ou bien la mise en place d’un quota de places gratuites à chaque match, pour les Brésiliens les plus modestes. Si le gouvernement ne veut pas que les favelas s’invitent aux abords des stades, qu’il invite ses habitants à participer au spectacle ! Les joueurs de la Seleção me paraissent être les ambassadeurs tout désignés, pour aller dans les quartiers populaires des grandes villes expliquer les enjeux du Mondial pour le pays. A ce titre, on peut imaginer le poids qui pèse sur leurs épaules : une élimination prématurée de l’équipe du Brésil engendrerait à coup sûr un regain de violence dans le pays ! De même, les policiers doivent être rassurés et certaines de leurs revendications prisent en compte dès la fin de la compétition. Le gouvernement brésilien doit s’y engager fermement afin de pouvoir compter sur eux. Enfin, l’information la plus complète et honnête doit être donnée aux milliers de supporters qui viennent vivre au Brésil un rêve et non un cauchemar. Les risques une fois sur place ne doivent pas être minimisés, voire éludés et l’on peut s’étonner que rien ne soit indiqué à ce sujet sur la page d’accueil du site de l’ambassade de France au Brésil, hormis un numéro d’urgence, sans explications. D’ailleurs, il y aurait là une belle opportunité pour l’Europe de montrer son utilité et son unité, en mettant sur pied, si ce n’est déjà fait, des procédures d’aide commune à tous les ressortissants de ses pays.

Quoiqu’il en soit, le Mondial 2014 ne sera pas comme les autres. Parce qu’il se déroule au Brésil, puissance régionale en proie à des conflits sociaux violents qui, bien que courants dans l’histoire économique des pays émergents, traduisent un mal-être profond et peuvent avoir de graves conséquences sur son avenir. Parce que c’est un événement planétaire et que la tribune médiatique ainsi offerte ne manquera pas d’attirer tous les détracteurs et contestataires. L’image du pays mais aussi du football en serait durablement ternie, d’autant plus que la polémique sur la coupe du Monde au Qatar est loin d’être éteinte. Parce que ces semaines se passeront sous haute tension sociale, dans une ambiance de stress politique et sportif extrême, et qu’il suffira de peu pour que tout s’enflamme.

Ce sera, en tout cas, un extraordinaire laboratoire d’analyse des mécanismes des crises et les soirées des consultants, experts et analystes seront bien remplies, même s’il est plus agréable de goûter en famille aux joies de moins en simples du ballon rond.

Thierry FUSALBA, le 02 juin 2014

Thierry Fusalba
Consultant senior associé et formateur en gestion et communication de crise (Heiderich Consultants)
Ancien officier de l’armée de Terre, Thierry FUSALBA a été durant très longtemps directeur de la communication auprès des plus hautes autorités de la Défense, en France comme pour des instances internationales (OTAN, UE).
Outre ses actions de conseil et de formation, il mène des travaux sur les « Comprehensive approach » au sein de Heiderich Consultants.
Il enseigne la gestion de crise à l’IRIS et à la Faculté de Tours.

Portrait : http://www.heiderich.fr/Thierry-Fusalba.htm

 

 

© Mai  2014  Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 

Outils professionnels

Documents opérationnels
 l'espace Business Class


Découvrir l'espace business class


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2017
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright