Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Dimanche 24 Septembre 2017  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

Article
accueil > Tous les articles > Article 0261
 Journalistes, vous risquez de ne pas aimer ça !
 

Journalistes, vous risquez de ne pas aimer ça !

Par Guylaine Maltais, spécialiste en communication de risque et mesures d’urgence, fondatrice de PlanifAction
et Valérie Céré, Inf., M.A., anthropologue du désastre, Québec

 

Crises à la télévision, télévision en criseArticle publié dans le n°21 du Magazine de la communication de crise et sensible.

"Crises à la télévision, télévision en crise"

Télécharger - pdf - 33 pages, 11 Mo

Tireur actif semblable à Newtown : un risque que l’on préfère ne pas voir?

L’année 2012 a pris fin sur une profonde note de tristesse avec la tragédie de Newtown. Cet évènement a fait ressurgir notre préoccupation sur l’importance de la planification d’urgence dans les établissements d’enseignement, et ce, même au niveau élémentaire. L’éducation citoyenne se faisant bien souvent dès l’âge scolaire, ces événements nous poussent donc à vouloir que les plans d’urgence incluent ce type d’évènements. Évidemment, nous préférons tous ne pas songer à la possibilité du tireur actif, ne pas trop y mettre d’énergie, car « cela n’arriverait pas chez nous » ou « nous sommes dans une petite ville tranquille ». Et si nous l’envisagions à titre de scénario du pire? Mais alors, pourquoi discriminer les risques que l’on communiquerait aux enfants, aux adolescents, aux adultes? Parce qu’ils sont trop horribles, difficiles à concevoir? Légitime. Parce qu’ils sont peu probables? Une fois est une de trop.

Le risque d’incendie nous apparaît-il de moindre importance? Pourtant, nous espérons ne jamais y faire face, et encore moins imaginer les conséquences possibles pour des personnes que l’on aime, surtout lorsqu’il s’agit de nos enfants. En effet, ces images peuvent être aussi épouvantables et traumatisantes que celles de la tragédie de Newton. Et malgré tout, nous en parlons depuis longtemps! On démystifie ce risque auprès des plus jeunes alors qu’ils fréquentent les garderies, et ce, depuis des décennies. C’est même à ce très jeune âge que l’on commence à les éduquer par des exercices d'évacuation en cas d'incendie, pratiques régulières qui consistent somme toute en l’étape ultime de la communication du risque. En réalité, plus on connaît un risque, moins il nous fait peur. Pourtant, dans nos écoles tous niveaux confondus, du moins au Québec, nous sommes encore frileux à communiquer le risque d’une fusillade. Bien qu’une planification puisse exister, s’il n’y a pas de communication et de formation continue autour du plan, ni aucune sensibilisation auprès des parents et sans exercice, le plan d’urgence n’aura pas de valeur réelle. Il s’agit en effet, d’un processus que l’on doit planifier perpétuellement. Pourtant… et malheureusement, il survient alors qu’on ne s’y attend pas. Si un tireur actif se présentait dans l’une de nos écoles, peu importe le niveau, à quel point le personnel connaîtrait-il les gestes à poser afin de limiter les dégâts? Un drame tel que celui de Sandy Hook à Newtown se doit de servir aux écoles du reste du monde pour (re)voir leurs façons de faire, car chaque situation d’urgence ou de crise possède sa part d’« énormités ».

Bien sûr, avant que cet événement dramatique ne se produise, il se trouvait dans le domaine de l’irréel. Cela n’empêche pas qu’il y ait trop d’exemples où l’on peut voir les responsables de mesures d’urgence et les gestionnaires de crise d’un côté de la clôture tandis que, de l’autre côté, se trouvent les journalistes et les médias. Seulement, la fusillade de décembre 2012 a réveillé en nous un sujet chaud de préoccupations, dont nous souhaitons partager notre réflexion avec vous.

Les premiers points de presse : mettre la table

Qu’il s’agisse d’une situation d’urgence de type sécurité civile ou d’une tragédie comme celle de Newtown, l’une et l’autre se caractérisent par une grande présence d’incertitudes. Ces situations sont extrêmement évolutives et bien qu’il soit fort possible que les informations entrent au compte-gouttes, les autorités se doivent d’affronter la presse et aussi maintenant, les réseaux sociaux, sans avoir toutes les réponses aux questions potentielles. Il s’agit là d’un concept de la communication de risque favorisé par plusieurs auteurs tels que Raymond Anthony (2004) et Thinker, Zook et coll. (2001). Ce concept, le Lieutenant J.Paul Vance et son équipe de la police de l’État du Connecticut, l’ont bien saisi lors des deux premiers points de presse après les évènements survenus à Newtown. En effet, les tout premiers points de presse servent à dire ce que l’on sait et à mettre la table pour la suite des choses, car il est évident qu’une série de rencontres de presse sera nécessaire. Lors de ces occasions, nous pouvons aussi affirmer que nous ne pourrons pas tout dévoiler et qu’il sera impossible de répondre à l’ensemble des questions. Ce qui permet ainsi de mieux focaliser sur ce qu’il est possible de dire à ce moment précis. C’est d’ailleurs ce dont il fut question au Connecticut lors de leur deuxième sortie médiatique.

Les autorités responsables des mesures d’urgence ainsi que les gestionnaires de crise ont avantage à s’exercer concernant le premier point de presse. Non pas pour aseptiser leur contenu, mais pour développer des réflexes de réponses face à l’incertitude et ainsi, être un peu plus à l’aise en absence de réponse concrète. D’autant plus qu’avec les réseaux sociaux et plus précisément les médias sociaux en gestion d’urgence (MSGU), l’information circule à une vitesse grand V. Il importe donc, pour les décideurs, de comprendre que sur les médias sociaux, mieux vaut donner une information qui demeure à confirmer en le spécifiant clairement que de ne rien communiquer. Cette action démontre la transparence de l’organisation et prouve, par le fait même, que celle-ci est consciente que des personnes attendent les détails. Ce qui ajoute de l’empathie envers le public et les médias. Qualité fort appréciée en situation d’urgence et de crise.

Mais entre nous, jusqu’à quel point avons-nous besoin de tout savoir ? Défenderesses du droit à l’information et évoluant en communication de risque, depuis plus de 10 ans, nous avons toujours considéré que la population avait le droit de savoir et que celle-ci doit être impliquée et engagée dans le processus de gestion d’urgence. Dennis Mileti, éminent professeur en psychologie sociale du désastre, mentionnait en 2010, lors d’un symposium annuel du Natural Hazards Center au Colorado, que la connaissance du risque diminue le stress et l’anxiété face à une situation désastreuse. D’autant plus que sans avoir l’objectif de rassurer les publics cibles, il n’en demeure pas moins qu’une information, aussi minime soit-elle, apaise par le fait même les spéculations.
En effet, la nature humaine nous pousse à donner un sens à ce qui nous entoure, car nous ne pouvons tout simplement pas vivre dans le chaos. Dans un cas comme celui de Newtown, jusqu’où doit-on aller avec ce droit à l’information? Les médias en donnent plus parce que les gens veulent en savoir davantage ou ce sont les médias qui créent ce besoin d’information chez la population? L’œuf ou la poule?

Après l'impact vient l'état de stupeur

Quelques heures après la fusillade de Newtown, nous étions stupéfaites de voir une journaliste, tel un vautour satisfait d’avoir agrippé sa proie, faire une entrevue avec une enfant qui s’en était sortie « indemne ». Bien qu’elle fut accompagnée de sa mère, toutes les deux étaient en état de choc après les événements qu’elles venaient de vivre. On pouvait voir à leur expression qu’elles repassaient en boucle dans leur tête les images traumatisantes qu’elles venaient de vivre. Leur regard hagard en disant long. Si la poussière avait eu le temps de retomber, cette mère n’aurait sans doute jamais permis à sa fille d’accorder cette entrevue. Peut-on vraiment présumer du consentement éclairé du parent dans un tel cas? Était-elle à même de comprendre ce que le journaliste demandait et pouvait-elle vraiment saisir l’impact que cela aurait sur son enfant?
Dans le cas de traumatismes importants, le premier récit des faits se fait idéalement à un policier ou à une personne formée en relation d’aide pour bien encadrer la réminiscence d’images qui dépassent ce que notre conscient est à même de « digérer » et d’absorber de manière habituelle. Raconter un tel drame, et encore plus chez des enfants, demande un doigté, mais aussi une formation solide afin d’éviter de créer un traumatisme secondaire. Est-ce que le journaliste moyen est à même de remplir cette fonction?
On comprendra alors que lorsqu’un garçon décrit la scène au souhait du journaliste, le poussant même jusqu’à lui demander de décrire ce qu’il avait entendu, cet enfant doit revivre le drame pour servir les fins du journaliste qui veut et doit rapporter une nouvelle. Il est important de ne pas oublier que ces enfants risqueront de passer de nombreuses années de leur vie à consulter afin de pouvoir un jour guérir de ce qu’ils n’auraient jamais dû vivre! On les appelle les victimes collatérales. Celles qui devront « vivre avec » le souvenir et toutes les émotions qui leur colleront à la peau trop longtemps. Elles auront très certainement à vivre avec un stress post-traumatique qui les marquera toutes leurs vies.
En considérant ces faits, est-ce possible dans ces cas-ci de prétendre au droit à l'information? Est-ce vraiment dans ce genre de société que nous choisissons de vivre? Les médias se nourrissent-ils vraiment du malheur profond que vivent certaines personnes? Croyez-vous vraiment que ces victimes cherchent leur minute de gloire à ce point? Saviez-vous qu’un événement devient pour nous un désastre, non pas par sa violence ou son intensité, mais par la conscientisation de notre vulnérabilité face à celui-ci? (Soucaille, 2008) Ce drame à Newtown devient par cette définition un désastre pour la société. Mais de quelle manière doit-on traiter cette nouvelle? Comment informer le public de manière professionnelle, efficace et surtout éthique?

Se mettre à la place de ceux qui restent

Quel journaliste aimerait voir une photo de sa mère, pied nu en plein janvier au Québec avec une couverture de la Croix-Rouge sur le dos ? Quel patron de boîte média souhaiterait voir en entrevue son petit-fils en état de choc ? Et le voir encore et encore à chaque date anniversaire de cet événement ? Jusqu’où va le droit de savoir ?
Une petite communauté tissée serrée, qu’elle soit aux États-Unis, au Québec ou ailleurs dans le monde, vit aussi un choc lorsqu’elle voit débarquer chez elle des dizaines, voire des centaines d’antennes et de camions micro-ondes accompagnés d’autant de journalistes (Dymond, 2012). Lorsque ce beau monde repart, les citoyens, touchés de près ou de loin, retrouvent leur tranquillité, mais avec quel sentiment? Une fois le « spectacle » terminé, la peine, la douleur et souvent, le trauma demeurent. Qui s’en préoccupe? Sans parler du risque de traumas potentiels de tous ces hommes et ces femmes, policiers, ambulanciers, pompiers, que le devoir amena à intervenir sur la scène? Qui s’en préoccupe ?

Références


ANTHONY, Raymond, 2004, « Risk communication, value judgments, and the public-policy maker relationship in a climate of public sensitivity toward animals : revisiting Britain’s foot and mouth crisis ». Journal of Agriculture and Environmental Ethics, pp.363-383;

BEAUJON, Andrew, 2012, « Media, Residents Yearn for Journalists to Leave Newtown », Poynter.org, consulté en ligne le 22 janvier 2013,
http://www.poynter.org/latest-news/mediawire/198...


CÉRÉ, Valérie, 2012, « Les construits sociaux du désastre en région isolée : le cas de Blanc-Sablon », mémoire de maî-trise en anthropologie, Les Presses de l’Université Laval, Québec, 127 pages, http://ariane2.bibl.ulaval.ca/ariane/?id=a2147587;


CÉRÉ, Valérie, 2009, « Le rôle des médias lors de désastres naturels », recherche de séminaire de maîtrise Culture po-pulaire et média, Université Laval, 20 pages;


DYMOND, Jonny, 2012, « Newtown Overwhelmed by Media », correspondant à Washington pour BBC News US & Ca-nada, consulté en ligne le 21 janvier 2013,
http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-20763752 ;

MALTAIS, Guylaine, 2008, « La perception des politiciens en regard de la communication des risques », essai de diplôme d’études supérieures et spécialisées en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières. 71 pages;

MILETI, Dennis, 10 juillet 2010, « Earthquakes Early Warning System : Perspectives on Application (WSSPC), conférence donnée lors du symposium annuel du Natural Hazards Center, Colorado

SOUCAILLE, Alexandre, 2008, « La perception du désastre : synthèse », L'expression du désastre : entre épuisement et création, Archives Audiovisuelles de la Recherche, Première partie : matinée du 23 septembre 2008, durée : 13:27; http://www.archivesaudiovisuelles....

THINKER, Tim L., et coll., 2001, « Key challenges and concepts in health risk communication: perspectives of agency practitioners », Journal Public Health Management Practices”, Vol. 7, No.1, pp.64-75;

 

 

© avril 2013  Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 

Outils professionnels

Documents opérationnels
 l'espace Business Class


Découvrir l'espace business class


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2017
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright