Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Mardi 17 Juillet 2018  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

Article
accueil > Tous les articles > Article 0260
Fantastique, science-fiction et résolution individualiste des crises globales dans les séries télévisées étasuniennes de 1990 à nos jours
 

Fantastique, science-fiction et résolution individualiste des crises globales dans les séries télévisées étasuniennes de 1990 à nos jours

Par François-Ronan Dubois, Université Stendhal Grenoble 3

 

Crises à la télévision, télévision en criseArticle publié dans le n°21 du Magazine de la communication de crise et sensible.

"Crises à la télévision, télévision en crise"

Télécharger - pdf - 33 pages, 11 Mo

Depuis une trentaine d’années, le paysage audiovisuel mondial a été transformé par ce que les critiques ont appelé le Second Âge d’Or de la Télévision Américaine. Dès 1978 et le succès planétaire de la première série Dallas (David Jacobs, 1978-1991) , les pratiques télévisuelles nationales se sont orientées vers des narrations complexes et des types de personnages inspirées par le succès des séries télévisées étasuniennes. Si des pratiques narratives élaborées existaient avant Dallas, dès 1963, par exemple, dans la série britannique Doctor Who (Sydney Newman, C. E. Webber, Donald Wilson, 1963-1989) , la diffusion du feuilleton a accéléré la mutation des programmes. L’offensive de la chaîne câblée HBO sur le marché très concurrentiel de la télévision étasunienne, au début des années 2000, a imposé une nouvelle transformation, qui tend à assimiler la série télévisée à une forme d’art et à imposer une rhétorique auteuriste à l’ensemble des producteurs Parallèlement, le développement d’Internet a entraîné la création d’un circuit de diffusion réactif et international, révolution comparable, du côté des consommateurs, à celle introduite par l’apparition des dispositifs d’enregistrement personnel, quelques décennies plus tôt. Les séries télévisées, et notamment les séries télévisées étasuniennes, occupent désormais une place hégémonique dans les grilles de programmation, soit par elles-mêmes, soit par les copies qu’elles suscitent. Elles sont devenues des lieux du discours politique , des outils de l’enseignement universitaire ou des instruments de santé pu-blique. Réagissant aux attentes d’un large public et formant son imaginaire, les séries télévi-sées sont un puissant dispositif communicationnel, dont l’analyse interne permet de saisir les enjeux et les mécanismes de l’imaginaire contemporain.

Les formes, les genres et les thèmes en sont bien entendu multiples, ce qui implique qu’une grande variété de crises est traitée. Les séries médicales comme House / Docteur House. (David Shore, 2004-2012) sont propices à la représentation de crises sanitaires de grande ampleur ; les séries d’action et d’espionnage, telles 24 / 24 heures chrono (Joel Surnow et Robert Cochran, 2001-2010) ou Rubicon (Jason Horwitch, 2010), des crises militaires et des géopolitiques ; les séries judiciaires, à l’instar de Boston Public (David E. Kelley, 2000-2004) et The Good Wife (Robert et Michelle King, 2009-en production), des crises médiatiques impli-quant de grandes entreprises et les séries politiques, parmi lesquelles on peut citer Commander in Chief (Rod Lurie, 2005-2006) et The West Wing / À la maison blanche (Aaron Sorkin, 1999-2006), l’ensemble de ces phénomènes. Il y aurait naturellement beaucoup à tirer de l’analyse de ce corpus de séries dont le style est, dans l’ensemble, réaliste. Une série récente comme The Newsroom (Aaron Sorkin, 2012-en production), qui explore la manière dont un journal télévisé couvre ces différents événements, ajouterait encore une dimension à l’analyse. Ces séries constituent un matériau précieux pour la description de la perception, de la résolution et de la représentation des crises contemporaines.

Je propose néanmoins de consacrer cette étude à des séries qui paraissent peut-être, au premier abord, se prêter moins aisément à un semblable commentaire, parce qu’elles sont issues de deux genres peu réalistes : la science-fiction et le fantastique. Le commentaire de ces genres me paraît propre à mettre en évidence des archétypes de la réception et de la re-présentation de la crise, qui permettent de mieux comprendre les modalités de cette réception dans les contextes plus réalistes, où l’ambition référentielle du matériau complique l’analyse. A bien des égards, la science-fiction et le fantastique télévisuels thématisent de manière hyperbolique la crise : le thème récurrent de l’apocalypse ou, tout du moins, de la destruction de la planète, constitue une représentation magnifiée de l’anéantissement vécu par les individus et les institutions impliqués dans des crises plus réelles et plus localisées. En conséquence, la manière dont ces crises hyperboliques sont résolues se présente comme un modèle idéal du type d’actions attendues pour accréditer l’efficacité de la gestion des crises réelles. Or, l’agentivité valorisée dans ces programmes est presque toujours d’ordre personnel, individuel et marginal. C’est ce que j’appelle la résolution individualiste de la crise globale. Je tâcherai ici d’en décrire le fonctionnement, en décrivant la manière dont les person-nages par lesquels la crise est résolue sont caractérisés essentiellement, puis leur relation à l’espace social et géographique ainsi que la place des institutions dans ces mondes apocalypti-ques. Je proposerai enfin de réinvestir ces analyses dans le commentaire des séries réalistes.

Des héros fondamentalement distincts du reste de l’humanité

Le premier aspect remarquable du dispositif est le caractère exceptionnel des héros impliqués dans la résolution de la crise. Naturellement, cette exception est un moyen narratif de ménager l’adhésion continue du téléspectateur à un récit étendu qui dure plusieurs années. Mais cette adhésion n’implique pas nécessairement l’établissement d’une différence essentielle entre les héros et le reste de l’humanité ; au contraire, de nombreuses séries organisent l’identification étroite du téléspectateur aux personnages principaux, représentés dans une vie sociale réaliste et censément proche de la sienne, comme dans Friends (David Crane, Marta Kauffman, 1994-2004), Coupling (Steven Moffat, Martin Dennis, 2000-2004) ou encore Des-perate Housewives (Marc Cherry, 2004-2012) . Les séries fantastiques et science-fictives pré-sentent au contraire des personnages dont l’altérité est irréductible.

Cette altérité peut naître d’une différence essentielle et fondamentale qui sépare de tout temps le héros du reste de l’humanité. L’appartenance à une espèce particulière, comme c’est le cas des sorcières de Charmed (Constance M. Burge, 1998-2006) ou du personnage principal d’Angel (Joss Whedon, 1999-2004), peut devenir le thème central de la série, ainsi que le sug-gère le titre de la série britannique reprise dans une version étasunienne, Being Human (Toby Whithouse, 2008-en production). Cette altérité peut être acquise, après une élection divine ou quasi-divine, semblable à celle qui conduit Buffy Summers à devenir la Tueuse dans Buffy the Vampire Slayer (Joss Whedon, 1997-2003) ou Daniel Jackson à effectuer l’Ascension dans Stargate SG-1 (Brad Wright, Jonathan Glassner, 1997-2007). Dans un cas comme dans l’autre, cette différence implique des compétences surnaturelles, essentielles à la lutte contre les forces du Mal.

A côté de ces personnages essentiellement surhumains, le téléspectateur trouve des personnages dont la surhumanité naît d’un entraînement particulier qui exacerbe des talents innés exceptionnels, mais non nécessairement surnaturels. C’est le cas de Dean Winchester dans Supernatural (Eric Kripke, 2005-en production), de Sydney Bristow dans Alias (J. J. Abrams, 2001-20006) ou des personnages principaux de Revolution (Eric Kripke, 2012-en pro-duction). Cet entraînement est toujours un entraînement militaire, dont le parangon est le colo-nel O’Neil de Stargate SG-1, ou paramilitaire, comme celui de Sarah Connor dans The Sarah Connor Chronicles (Josh Friedman, 2008-2009).

On trouve enfin des personnages communs dont la vie a été si profondément modifiée par leur contact avec la surnature qu’ils en ont été transformés. De psychologue criminaliste classique, Fox Mulder est devenu un adepte du paranormal dont l’intuition est presque surnatu-relle, dans The X-Files (Chris Carter, 1993-2002) et les personnages de Heroes (Tim Kring, 2006-2010) développent soudainement des capacités qu’ils ne possédaient pas. Si la normalité du personnage peut être ménagée par la série, sa différence finalement essentielle avec le reste de l’humanité n’en constitue pas moins la condition de son succès dans son entreprise héroïque.

Bien entendu, ces catégories sont fluides. Les Jedis de Star Wars : The Clone Wars (Georges Lucas, 2008-en production) peuvent être intégrer la première et la deuxième catégo-rie, quand les héros des multiples adaptations des comics X-Men constituent d’excellents can-didats tant pour la troisième que pour la deuxième catégorie. En-deçà de ces distinctions de-meurent l’archétype d’un héros au sens antique du terme , c’est-à-dire d’un être distinct du reste de l’humanité. Seuls ses pouvoirs lui permettent d’être à la hauteur des épreuves qui se dressent sur son chemin et de résoudre la crise globale qui conduirait, sans son intervention, à l’anéantissement de l’espèce humaine, de la planète Terre ou de l’ensemble de la réalité.

La crise, parce qu’elle constitue une rupture essentielle du réel et de l’ordre des cho-ses, exige une résolution dont les conditions dépassent les limites de la seule rationalité démo-cratique. Pour être convaincant, l’acteur qui résout la crise doit incarner une position aristocrati-que de supériorité essentielle, qui fait de son action sur les éléments de la crise aussi bien une mission divine qu’en engagement personnel et total. Plus l’ampleur de la crise est considérable, plus l’altérité individualiste du héros est centrale. Cette position particulière du héros empêche toute représentation de la crise globale comme le produit systématique d’une certaine disposi-tion de la société humaine ; la crise est toujours comprise comme l’affrontement du Bien contre le Mal et les ambiguïtés de certains des personnages secondaires comme un double jeu.

La place géographique, sociale et institutionnelle des héros surnaturels

On l’aura compris, ce mode de résolution est un mode antisocial. Il l’est à deux titres au moins : d’abord parce que le héros n’opère pas au sein de la société, mais s’en extrait ou en est exclu à cause de son altérité, ensuite parce que la crise, en tant qu’elle n’est pas un produit de la société, échappe à son action. Cette disposition antisociale est soulignée par la situation marginale, socialement et géographiquement, d’une grande partie des héros déjà évoqués au sein du monde. On peut reconnaître deux paradigmes. Le premier est celui du héros voyageur. Les frères Winchester de Supernatural et les Connor de The Sarah Connor Chronicles en sont l’incarnation typique. Ces héros vivent sur la route, dans un mouvement constant qui leur interdit d’élire résidence dans un lieu particulier et, par conséquent, de s’intégrer aux réseaux de sociabilité. Les frères Winchester multiplient les faux noms et, dans la première épisode de The Sarah Connor Chronicles, le fils de l’héroïne est arraché à la vie paisible d’un lycée. Quand ces héros disposent d’un logement permanent, il est impersonnel, comme les quartiers des membres de l’équipe d’exploration dans Stargate SG-1, ou dysfonctionnel, à l’instar de l’appartement de l’agent Mulder dans The X-Files, qui ne semble pas posséder de lit. Cette mobilité implique que le héros parcourt un ensemble beaucoup plus large que celui qui s’offre au héros fixe : les Etats-Unis, dans le cas des héros fantastiques, l’univers, dans le cas des héros de science-fiction. Cette situation paradoxale fait du héros voyageur un être par excellence à la fois dans le monde et hors du monde : dans le monde, parce qu’il le connaît mieux que personne, l’ayant traversé encore et encore ; hors du monde, parce qu’il est privé de l’expérience sociale de son existence. Le second paradigme est celui du héros caché. Il occupe des lieux de pouvoir, fixes et bien identifiés, mais inaccessibles à tout autre que lui. Le cas le plus remarquable est indubita-blement le manoir magique dans lequel se réfugient les personnages de la série Sanctuary (Damian Kindler, 2008-2011), dont le titre est évocateur. De la même façon, la maison occupée par les sœurs Halliway dans la série Charmed est protégée par de puissants sorts contre l’irruption de visiteurs indésirables. De semblables protections, technologiques cette fois, enca-dre le SD6 et plus tard l’APO où travaille l’héroïne d’Alias et c’est isolée en plein désert ou sous une montagne que l’on trouve la base des héros de Warehouse 13 (Jane Espenson, D. Brent Mote, 2009-en production) ou Stargate SG-1. Mais le lieu marginal n’est pas nécessairement un sanctuaire ; il peut simplement être le signe de l’altérité, tel le sous-sol dans lequel sont re-légués les agents Mulder et Scully dans The X-Files ou les cavernes et les cryptes qui forment le paysage quotidien de la Tueuse dans Buffy. Cette marginalité spatiale est le signe d’une marginalité institutionnelle. Buffy s’oppose au Conseil des Watchers qui organisait depuis des millénaires la lutte du Bien contre le Mal, Sydney Bristow opère dans des cellules secrètes de la CIA (black-ops divisions) comme les hé-ros de Stargate appartiennent à une opération secrète de l’armée de l’air, les frères Winchester et Sarah Connor fuient la police. Or, puisque ces héros sont les seuls à pouvoir résoudre la crise, cette marginalité est le signe non de leur inadéquation au monde mais de la faillite des institutions traditionnelles qui prétendent gérer la crise. En parallèle de l’héroïsation du person-nage principal se développe ainsi une condamnation des institutions organisées, qu’il s’agisse de sociétés occultes, de l’armée officielle ou du FBI.

Remarques finales

La représentation archétypale de la crise et de sa résolution proposée par les séries té-lévisées fantastiques et science-fictives est donc celle d’un phénomène qui échappe à l’action concertée d’un groupe institué et officiel, pour ne s’offrir qu’à l’expertise d’un héros évoluant en marge de l’espace physique et social, en marge de l’humanité elle-même. Cette résolution est individualiste, antidémocratique et antisociale. On objectera peut-être que, dans Buffy comme dans Stargate, le groupe, comme agent de la situation de crise, a une importance fondamentale. Cette observation ne change rien à la conclusion que je viens de présenter : l’équipe SG-1 de Stargate se distingue par son insubor-dination, incarnant ainsi une marge dans la marge même de l’institution secrète, et le Scooby Gang de la Tueuse est composé, à l’exception d’Alex, d’êtres distingués par des particularités essentielles ou acquises. Il n’est bien sûr pas impossible de trouver, dans la grande diversité du paysage audiovisuel étasunien, des séries qui échappent plus ou moins clairement et profon-dément aux archétypes que je viens de décrire, comme le récent programme Alphas (Zak Penn, Michael Karnow, 2011-en production), mais elles demeurent rares au regard du corpus décrit ci-dessus. Or, ce qui s’exprime dans ce corpus de manière exacerbée est également présent dans des séries réalistes. Sans parler de programme comme Human Target (Jonathan E. Steinberg, 2010-2011), 24 / 24 heures chrono ou The Pretender / Le Caméléon (Steven Long Mitchell, Craig Von Sickle, 1996-2000) qui, le surnaturel en moins, représentent des héros très similaires aux frères Winchester ou à Sarah Connor, de nombreuses séries policières, dont les plus célè-bres sont indubitablement Lie To Me (Samuel Baum, 2009-2011) et The Mentalist (Bruno Hel-ler, 2008-en production), mettent la résolution des enquêtes entre les mains de personnages exceptionnels qui opèrent à la marge des forces de police traditionnelles. Ce que le corpus fan-tastique et science-fictif monte, c’est que l’on aurait tort d’interpréter ces personnages excentri-ques uniquement comme des outils narratifs destinés à susciter l’intérêt du téléspectateur, parce qu’ils participent d’une conception plus large de l’événement exceptionnel et de sa réso-lution. Rares sont les séries qui, comme The West Wing ou, dans une moindre mesure, Cri-minal Minds / Esprits criminels (Jeff Davis, 2005-en production) et Without a Trace / FBI Portés Disparus (Hank Steinberg, 2002-2009), présentent l’action concertée d’une équipe qui agit dans le cadre des institutions. Le héros est préféré au groupe, la geste personnelle à la des-cription statique des protocoles, le mythe de la surnature à la rationalité des actions concertées. Les conséquences de cet imaginaire sotériologique pour la communication de crise sont ambi-guës. Elles tendent à orienter les discours vers une représentation personnelle et pathétique des processus à l’œuvre, en sacrifiant la cohérence du groupe (qu’il soit privé ou public) et la rationalité de ses protocoles agentiels. Les conséquences politiques, elles, sont claires : elles invitent à une réappropriation par les institutions des dispositifs communicationnels et à une promotion de la résolution sociale, pour que les réussites d’un héros ne soient pas le symptôme d’un échec collectif.

 

 

© Avril 2013 Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Cahier thématique n°1
Les crashs aériens, retours d’expérience et bonnes pratiques
n°1Juin 2018
Télécharger le Cahier thématique n°1 - pdf - 28 pages,
ISSN 2266-6575

 

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

Maroc.Conférence - Conférence de Didier Heiderich sur la gestion et la communication de crise face au boycott à l'invitation d' APD Maroc. 28 juin 2018

 

France.Santé - Natalie Maroun interviendra sur la communication de crise dans la journée "Gestion de crise" le 24 mai 2018 à Paris,  organisée par le Groupement Hospitalier de la Mutualité Française (GHMF), Générations Mutualistes (GM) et le réseau national des centres de santé (RNCSM). 2018

 

Coorganisation du Cyber-day , le 6 juin 2018 à Paris : la gouvernance des cyber-attaques : membre du comité scientifique et animation de la session"Cyber-attaques et gestion de crise"
En savoir plus

 

Belgique.Communication -  "Liège: Comvision, un colloque où on se demande comment réinstaurer la confiance dans les communicants", avec l'intervention de Didier Heiderich, novembre 2017 - Lire

 

Koweït.Ena - Natalie Maroun réalisera une conférence le 25 septembre 2017 sur le thème de l’identification d’une situation de crise lors d'une visite d'étude de 12 hauts fonctionnaires de la Civil Service Commission (CSC) du Koweït (pour le département Afrique et Moyen-Orient de l'ENA )

 

France.TourismeDidier Heiderich participera le 25 septembre 2017 à une table ronde avec Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-mer et M. ChristianiMantei, directeur général d’Atout France sur la reconstruction d’image post-catastrophe (suite aux ouragans) dans le cadre des Assises du Tourisme Outre-Mer

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2018
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright