Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Dimanche 24 Septembre 2017  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

ARTICLES
accueil > Tous les articles > Article 0250
 Géopolitique : le Président face au défi de l'information
Gestion des crises internationales


Géopolitique : le Président face au défi de l'information
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun

Gestion des crises internationales - François Hollande au défi

Géopolitique : le Président face au défi de l'information - PDF - 9 pages

Article paru dans « La Nouvelle Revue Géopolitique n°4, avril 2012. 2012 sous le titre «Géopolitique : le futur Président face au défi de l'information », actualisé le 8 août 2012

 

« La France n'est pas un problème. La France est la solution », François Hollande, discours du 22 janvier 2012 au Bourget

Il reste très peu de territoires encore inexplorés sur la terre. Et même si la visite sur le terrain de certains milieux hostiles ou reculés n’est pas donnée à tout le monde, les moyens de cartographie très pointus dont nous disposons nous permettent de dessiner avec une précision extrême la carte de notre planète. Paradoxalement, le monde n’aura jamais été aussi incertain, chancelant, dangereux. On ignore de quoi sera fait demain. Le monde est en mouvement perpétuel, les plaques tectoniques s’animent et leurs mouvements nous échappent : l’axe de rotation géopolitique de la planète vacille. Dans ce contexte où les événements dépassent l’entendement, le Président élu le 6 mai hérite d’une France rabougrie, effarée ; une France où l’étranger vient pour travailler et non en quête de gloire et de succès, une France qui ne fait plus rêver.


Faire les choix appropriés, prendre les décisions qui s’imposent
sans hypothéquer l’avenir, sans compromettre le lendemain, conjuguer les contraires : autant de moments où la lucidité doit être convoquée.

 

Pour le Président et les français, la France n’a pourtant pas oublié le rôle qu’elle jouait sur le plan international et cherchera sans nul doute à peser de nouveau sur le monde. L’instabilité du monde et les désillusions d’une Nation qui cherche sa place désormais dépassée ne sont pas sans influencer la vision du politique, une vision sensiblement plus subjective. Faire les choix appropriés, prendre les décisions qui s’imposent sans hypothéquer l’avenir, sans compromettre le lendemain, conjuguer les contraires : autant de moments où la lucidité doit être convoquée. Car les écueils sont légion : comment distinguer le réalisme du réel, le vraisemblable du vrai, en somme la carte du territoire ? L’enjeu pour François Hollande est de taille, car bien souvent, c’est dans ce qui n’est pas clairement énoncé que se trouvera l’essentiel de l’information dont il a besoin pour gouverner : au-delà de l’infrastructure composite et soumise à la pression démographique, au-delà du décalage entre la représentation du réel et le réel. Car c’est de cette infrastructure que naissent les crises géopolitiques, celles qui surprennent, celles qui bousculent la marche du monde, qui sidèrent des politiques, que caractérise un champ visuel restreint. Si l’on ne sait pas de quoi est fait l’avenir on peut quand même entrevoir des crises internationales se dessiner. Pour les affronter, François Hollande devra faire preuve de clairvoyance.

L’invention de la réalité


« Accepter
une
croyance et l'intégrer dans une conception
du monde,
c'est
perdre la capacité de revenir en arrière
et de la
remettre en question » - Gabriel Stolzenberg
 

Le 12 janvier 2011, Michèle Alliot-Marie alors Ministre d'État, ministre des Affaires étrangères et européennes, prend la parole à l’Assemblée Nationale sur le début des révoltes en Tunisie « le savoir-faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité, permettent de régler des situations sécuritaires de ce type ». Rétrospectivement, nous pouvons nous demander comment un ministre des Affaires Etrangères a-t-il pu aller à contresens de l’Histoire ? Quelles sont les raisons qui ont conduit Mme Alliot-Marie à faire une lecture aussi erratique d’un événement majeur dans l’Histoire de la Tunisie et qu’elle qualifie de « situations sécuritaires », en somme d’incident ? Par ignorance, probablement. La sienne tient certainement à une erreur d’interprétation personnelle. La Ministre a-t-elle tenu compte des rapporteurs sur place ? Leur lecture était-elle d’ailleurs erratique car guidée par une volonté de défendre une position qui était la leur ? Quoiqu’il en soit, c’est l’ignorance qui fait le nid des erreurs de gestion des crises. L’ignorance se forge en premier lieu dans les croyances. Ce sont elles qui orientent la pensée, filtrent les informations, réécrivent et réinterprètent l’Histoire. « Accepter une croyance et l'intégrer dans une conception du monde, c'est perdre la capacité de revenir en arrière et de la remettre en question » écrivait Gabriel Stolzenberg dans « L'invention de la réalité. » Ainsi se dessinent des cartes du monde erronées. Là où la stabilité est imaginée, le sol est rongé. Une des erreurs les plus fréquentes serait de croire que plus une autorité est affirmée, plus un bloc ou un pays est stable. Or, les crispations dans un calme apparent révèlent bien souvent des fragilités sous-jacentes. De la même façon, les lieux communs brident la vision du monde des gouvernants, et en premier lieu la realpolitik. Ainsi, focalisé sur le péril islamique, le gouvernement français protégeait les régimes dictatoriaux, à l’image de la Syrie de Bachar el Assad, censé préserver la stabilité du Liban, de la Tunisie de Ben Ali qui garantissait l’équilibre du Maghreb, la Libye de Kadhafi ou encore l’Egypte de Moubarak, rempart d’Israël dans une zone instable.


Ce que
François Mitterrand décrivait dans son discours d’investiture du 21 mai 1988 comme « la lenteur de l’Histoire prise au piège de
ses habitudes
»
 

Cette volonté d’imposer une stabilité fondée sur des Etats forts a masqué pendant des années les revendications des peuples arabes et leur volonté d’accéder à la liberté. Ainsi soumis à l’effet de sidération propre à toute crise, plutôt que d’accompagner les peuples arabes dans leur volonté démocratique, le premier réflexe fut de chercher à protéger des équilibres existants, ce que François Mitterrand décrivait dans son discours d’investiture du 21 mai 1988 comme « la lenteur de l’Histoire prise au piège de ses habitudes » . Mais ce même François Mitterrand, analysait Jean François-Poncet, n’avait pas su gérer la dimension symbolique de la chute du Mur de Berlin. Le mandat du nouveau président a débuté coincé entre l’enclume de la fragilisation de la France et le marteau des marchés financiers. Aussi est-il nécessaire que sa pensée ne soit pas forgée par ces pressions, dans une vision financière du monde, par essence courte-termiste. La polarisation de la pensée politique invente une représentation de la réalité qui ferait place au réel. Guidé par la peur, le Président pourrait céder à cette réalité inventée et au final se tromper d’Histoire.

Le défi de l’information

« Ils sont incapables de comprendre les problèmes fondamentaux de cette civilisation puisque leur pensée et leur vision du monde correspondent exactement à la situation qu'ils reflètent et reproduisent sans cesse. » - Wilhelm REICH


La polarisation de la pensée politique invente une représentation
de la réalité qui ferait
place au réel.
 

Le Président devra se défaire des miroirs déformants. Les notes des ambassades, les analyses géostratégiques, les instituts et les think tanks se sont trompés sur la cinétique du monde arabe en 2010, jusqu’au début 2011, pour livrer des informations conformes à une vision collective et formatée. Les rares autres voix furent inaudibles. Les seules informations qui circulent sont également filtrées par les réunions entre responsables politiques internationaux où les rapports se jouent dans la focale de la pensée commune, c'est-à-dire dans l’incapacité, lorsque ces acteurs sont ensemble, de voir le monde tel qu'il est, choisissant plutôt de s’intéresser aux mécanismes de négociation, à l’instance. Ces informations circulent dans une illusion d’objectivité assurée et qui laisse entendre la rationalité des choix effectués. Pourtant ce monde est soumis à un flux permanent d’informations auquel n’échappera pas François Hollande. Il est présomptueux de prétendre être objectif quand l’objectivité n’est qu’un vecteur qui dicte les choix dans une velléité de rationalité. Car cela suppose que l’on peut appréhender le réel dans sa complexité. Pourtant, la réalité qui s’exprime au Chef de l’Etat est loin du réel, elle est faite de tarmac d’aéroports, de salles de réunion, de rapports courtois, de langage diplomatique, de chemins choisis, de notes de conseillers, de graphiques et d’images issues des médias. Sur cette base déformée, s’expriment les décisions, s’effectuent les choix. Pour Paul Watzlawick, Janet Helmick Beavin et Don D, Jackson, «c’est l'hypothèse elle-même qu'un choix est possible et qu'on doit le faire qui est une illusion.» Nous nous souvenons tous du « miracle espagnol », exemple de réussite à suivre impérativement. D’autres paradigmes se sont offerts aux différents responsables politiques et à la population française comme autant de choix évidents.


Il est présomptueux de prétendre être objectif quand l’objectivité
n’est qu’un vecteur qui dicte les choix
dans une velléité
de rationalité.
 

De plus, les défis sont nombreux : défis financiers sur lesquels tous les regards sont figés, défi stratégique avec cet encombrant partenaire qu’est la Chine, première dictature du XXIème siècle à atteindre une telle puissance et qui a engagé une inquiétante course à l’armement , défi de voisinage, avec un Moyen Orient au bord de l’explosion, défi démocratique, avec la montée de l’Extrême Droite en Europe, défi démocratique, encore, alors que les multinationales atteignent des puissances financières qui rivalisent avec celles des Etats développés , défi économique lorsque ce dernier est guidé uniquement par le rendement à court-terme, défi énergétique avec la raréfaction des ressources, enfin, défi écologique alors que la pensée écologique a été reléguée à l’arrière banc de la campagne électorale du printemps 2012.


Défi
stratégique
avec cet encombrant partenaire qu’est la Chine,
première
dictature du XXIème siècle
à atteindre une
telle
puissance.
 

Face aux multiples défis du prochain quinquennat, le Président devra se défaire des multiples filtres qui obturent la décision politique. Cela est nécessaire mais pas suffisant. Elu, François Hollande doit relever le défi de l’information à l’heure où la présence française dans le monde s’attenue pour cause de restriction budgétaire. Car la vision du monde livrée au président ne peut se satisfaire d’informations issues des services dédiés et orientés : c’est une présence forte de la France dans le monde, par l’école, par la culture, par la coopération, par l’action humanitaire, par ce quadrillage du terrain que l’information complémentaire peut éclairer le Président. Car il ne faut pas se tromper, les services d’information et de renseignements, tout comme les analyses dédiées, ne voient que ce qu’ils regardent. Ainsi les réseaux francophones, constitués de femmes et d’hommes étrangers mais si précieux lorsqu’il s’agit de confronter le réel à la fabrique de la réalité, non seulement ont subi des restrictions budgétaires, mais souffrent, en même temps que la francophonie de l’image dégradée de la France, l’image d’un pays renfermé sur lui-même qui accuse l’étranger de tous ses maux.

Information, manipulation et imaginaire


«
Ceci n’est pas la réalité »
devrait être
imposé
sur toutes les
notes fournies à François Hollande.
 

« La société de l’information » laisse supposer que l’information circule sans entrave et la surinformation donne l’illusion d’être informé. Il faudra au Président se souvenir en permanence que l’information désigne à la fois le contenu et le contexte humain, économique, social et historique dans lequel elle s’inscrit. Le danger serait de confondre la représentation que l’on a d’un événement et l’événement lui-même, ce qui mènerait à confondre l’ersatz avec l’événement réel : « ceci n’est pas une pipe » nous rappelait Magritte, « ceci n’est pas la réalité », devrait être imposé sur toutes les notes fournies à François Hollande. Car, dans une certaine mesure, nous pouvons dire qu’une information n’est jamais gratuite. Pire, l’information focalisée peut « détourner l'attention loin de problèmes qui mériteraient de faire l'objet d'un effort intellectuel, mais que les intérêts d'un groupe social dominant induisent à esquiver. » La fiabilité de l’information suppose donc son indépendance : celle-ci n’existe pas. Cela ne veut pas dire qu’il y a expressément une volonté de mentir. Le mensonge est une erreur recherchée de la représentation d’un objet, d’une situation ou d’un événement, une volonté explicite de conduire le récepteur dans une direction erronée.


On
sélectionne une information
dans le flux parce
qu’elle est
crédible,
vraisemblable
et aussi parce
qu’elle touche une
angoisse que nous
avons au
fond de nous
 

Mais très simplement, des biais balisent l’information qui est fournie au Président : guerre des services, à l’image du FBI et de la CIA aux Etats-Unis, angle de traitement fortement lié à l’objet du service qui émet une information, jeux de pouvoir des conseillers, de l’entourage… et parfois même, la bonne volonté associée à la conviction de l’émetteur peuvent soustraire l’information pour lui préférer un contenu normatif : on sélectionne une information dans le flux parce qu’elle est crédible, vraisemblable et aussi parce qu’elle touche une angoisse que nous avons au fond de nous. Ainsi, le Président devra dépasser ses angoisses, l’imaginaire collectif pour se saisir du terrain international et reformuler notre imaginaire du pouvoir où les appareils formels de la démocratie sont ébranlés. Et se souvenir que les médias participent au processus de désinformation, que « l’influence la plus déterminante que les médias exercent sur la politique ne procède pas de ce qui est publié, mais de ce qui ne l’est pas. De ce qui est occulté, passé sous silence. L’activité médiatique repose sur une dichotomie : seul existe dans l’esprit du public ce qui existe à travers les médias. Leur puissance fondamentale réside alors dans leur faculté d’occulter, de masquer, de vouer à l’inexistence publique. »

Le rôle des médias

« Nous pouvons affirmer que des événements passés par le filtre d’une transfiguration médiatique sont en toute mauvaise foi diffusés comme des événements réels (objectifs), pour être consommés comme irréels (subjectifs) (Baudrillard en Awad, 1995). » Beatriz Padilla Villarreal

Il y a entre les médias
et la
politique une interconnexion qui interdit
l’indépendance
des médias et contraindra
le
Président à
accepter la logique
médiatique.
 

Les médias ont une influence évidente en géopolitique. La première d’entre elles est de rendre visible à l’opinion publique un sujet, une crise, un état des lieux, un événement. Et la question médiatique est à ce point importante qu’elle fait l’objet de permanentes controverses. La question demeure : les médias sont-ils influencés par le politique ou le politique est-il influencé par les médias ? La réalité est plus complexe. Il y a entre les médias et la politique une interconnexion qui interdit l’indépendance des médias et contraindra le Président à accepter la logique médiatique. Ainsi, le Président ne pourra peser sur certaines décisions géopolitiques qu’en convoquant les français par le biais des médias : pour révéler une crise, mythifier une crise ou encore faire part de ses actions. Cette convocation peut s’opérer selon des règles établies et transparentes, à l’image des communiqués, conférences de presse, prestation audio-visuelle mais aussi en organisant une circulation d’information grises, en somme une fuite. Mais il devra se méfier : autant il est possible de convoquer les médias, autant il est dangereux de les réquisitionner, et par delà, de réquisitionner l’opinion publique. Le « téléprésident » Nicolas Sarkozy, pendant sa première année de mandat, a mis en œuvre une stratégie destinée à déterminer l’agenda médiatique. Cette manœuvre a connu rapidement des revers : « Une stratégie en voie d'essoufflement », expliquait en 2010 le sociologue des médias, Denis Muzet. Pour le sociologue, la crise a contribué à « augmenter et émietter le bruit de fond médiatique », pour ensevelir une parole présidentielle en perte de crédit, et plus particulièrement le crédit de prononcer des paroles performatives : pour les français, la parole présidentielle est déconnectée des actes . Se défaire de la tentation de réquisitionner l’opinion publique et de mythifier l’information, garder une posture au-delà des médias, feront partie des défis que devra relever François Hollande, au risque d’être lui-même contraint par l’agenda médiatique. Et si le Président ne peut réquisitionner les médias, il aura pour autre défi de refuser d’être convoqué par les médias. La surmédiatisation de certains événements, en raison de leur puissance émotionnelle, d’une contagion de l’émotion, conduit l’opinion publique dans l’attente de réactions officielles.

Se défaire de
la
tentation de réquisitionner
l’opinion publique et de
mythifier
l’information,
garder une posture
au-delà des médias, feront partie des
défis que devra relever François Hollande.
 

Les sujets prioritaires et stratégiques de la politique internationale de la France ne peuvent suivre le fil des émotions qui se succèdent, fondés sur des analyses simplistes destinées au plus grand nombre. Au-delà même de la maîtrise de l’agenda des sujets internationaux à traiter, le Président aura pour défi de rester lucide dans ce que la presse rapporte du terrain international : car les médias se copient l’un l’autre dans la fabrique d’une information uniforme, normative et de surcroit efficace. Et là où il pensera voir la réalité, le Président risque de ne voir qu’une case aveugle, une émotion déconnectée du réel, une carte qui ne révèle pas le territoire.

DH / NM, 2012

Didier Heiderich est ingénieur CESI, président de l’Observatoire International des Crises et fondateur du Magazine de la Communication de Crise et Sensible. Consultant en gestion et communication de crise, il forme et accompagne depuis plus de dix ans les entreprises et institutions en situation de crise, en France et à l’étranger. Il enseigne au niveau Master dans plusieurs grandes écoles et universités en France, Suisse et Belgique. Il est l'auteur de "Rumeur sur Internet" (Village Mondial, 2004) et de "Plan de gestion de crise" (Dunod, 2010)

Natalie Maroun est une spécialiste des situations extrêmes, analyste des médias, docteur en narratologie, trilingue français-anglais-arabe et directrice du développement de l'Observatoire International des Crises. Consultante et formatrice en gestion de crise, elle accompagne les entreprises et institutions en France et à l'étranger. Elle est enseignante à la Sorbonne et à l'Université Saint-Joseph à Beyrouth.

Gestion des crises internationales - François Hollande au défi

Géopolitique : le Président face au défi de l'information - PDF - 9 pages

Article paru dans « La Nouvelle Revue Géopolitique n°4, avril 2012. 2012 sous le titre «Géopolitique : le futur Président face au défi de l'information », actualisé le 8 août 2012

 

 

Mots clés : géopolitique François Hollande, gestion de crise international, rôle des médias, gestion de l'information diplomatique

 

©  Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 

Outils professionnels

Documents opérationnels
 l'espace Business Class


Découvrir l'espace business class


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2017
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright