Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Mardi 25 Septembre 2018  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

ARTICLES
accueil > Tous les articles > Article 0243
Communication de crise : vous avez dit crises ?
 

Communication de crise : vous avez dit crises ?
Par Pierre de Saint-Georges, UCL


La communication sensible
Article tiré du numéro spécial "Communication sensible" du n°20 du Magazine de la Communication de crise et sensible.
Sommaire-PDF 45 pages


Edité par l'Observatoire International des Crises
Directeur de rédaction : Didier Heiderich

 


PDF Communication de crise : vous avez dit crises ?

Les notions de crise et de communication sont mobilisées et articulées dans ce qu’on appelle aujourd’hui la « communication de crise ». Mais que recouvrent au juste ces notions lorsqu’on les développe dans le champ de l’organisation, terme générique qui englobe ici tout autant l’entreprise que l’administration publique ou les associations ? Nous voudrions montrer qu’à côté de typologies de la « communication de crise » centrées sur des définitions de la crise, il est possible d’en proposer à partir de la communication elle-même. Cela nous conduit à distinguer quatre modalités que l’on peut observer à la fois telles quelles, mais aussi dans des combinaisons communicationnelles particulières.

Crise de la communication

Ce qui apparaît central dans la définition d’une crise organisationnelle, c’est la mise en péril de l’organisation elle-même suite à un événement ou une chaîne d’événements graves provoquant un déséquilibre majeur. Dans cette hypothèse, soit l’organisation (ou un de ses sous-ensembles) cesse d’exister, soit elle s’en remet et réussit à faire face en trouvant en son sein ou à l’extérieur des solutions appropriées. En tout état de cause, aucun retour en arrière ne sera possible et le système organisationnel, s’il ne cesse pas d’exister, connaîtra suite à la crise un état réellement nouveau (changement systémique).

Nous avons donc une première définition de la crise dans le contexte qui nous occupe : un déséquilibre grave du système organisationnel tel qu’il ébranle les capacités de régulation de ce système et exige de ce fait un changement systémique ou conduit à la fin du système considéré. L’enjeu pour l’organisation est ici sa propre existence ou sa capacité de changer fondamentalement.

Même si le risque zéro n’existe pas, comme on dit, la littérature sur le su-jet montre bien que, dans l’hypothèse d’une crise organisationnelle, il est important pour l’organisation d’avoir anticipé les risques probables ainsi que les divers scénarios par lesquels ces risques pourraient être neutralisés ou traités et contrôlés dans le cas où ils apparaîtraient. Être pris au dépourvu est rarement une situation idéale. D’où l’importance des consignes et recommandations préparées en cas de problème ainsi que de l’entraînement concernant les conduites à tenir, y compris d’ailleurs des exercices « catastrophe » ou d’évacuation. De là aussi l’utilité de certains prescrits légaux obligeant les organisations et entreprises à prendre un certain nombre de précautions pour elles-mêmes et pour leur environnement. On parle dans ce contexte de « gestion de crise ».

On pourrait penser que la communication n’est pas ou peu concernée sous ce premier angle. En fait, elle est centrale, mais il ne s’agit probablement pas de ce qu’on entend le plus souvent sous les termes de « communication d’organisation » ou de « communication de crise ».

La gestion de crise est en effet d’abord la capacité de réaction des acteurs concernés au sein de l’entreprise et de leur hiérarchie face aux événements : malgré le caractère soudain et grave de ce qui se passe, on s’attend à ce que la « chaîne de commandement » continue de fonctionner aux différents échelons pertinents. En effet, une crise de la communication, c’est-à-dire une rupture de ces flux d’informations, ascendants, descendants, latéraux et obliques, déséquilibre ou rend impossible la conduite de l’organisation puisque, aveugles et sourds, faute d’informations suffisantes, les personnes et les organes de gestion sont dans l’incapacité au moins momentanée, sinon plus durable, de faire face aux événements.

S’il fallait faire rapidement l’inventaire des flux de communication pouvant être concernés, la suggestion serait de partir de l’analyse qu’en propose H. Mintzberg : « l’organisation comme système de flux » . Où il distingue cinq « strates » à prendre en considération et qu’il détaille (la structure formelle ; le système de flux régulés - de travail opérationnel, d’information et des décisions de contrôle et le système d’information fonctionnel ; le système de communication informel ; celui les constellations de travaux et enfin le système de processus de décision).

A cette dimension opérationnelle et fonctionnelle qui, en situation de crise, défie les processus et procédures routinières de communication, il faut bien sûr ajouter l’impact sur la capacité de réaction et l’implication du personnel. Il est direct. C’est sans doute un facteur essentiel dans la gestion de la crise organisationnelle qu’il s’agisse d’un accident grave, d’un conflit social lié, par exemple, à une fermeture ou une délocalisation ou d’autres situations encore. L’entreprise est en effet affaire de personnes avec leur sensibilité, leurs émotions, leur intelligence, leurs capacités de résistance, etc. en tant qu’individus, mais aussi avec leurs insertions et leurs solidarités dans les groupes formels et informels dont ils sont membres, dans et en dehors de l’organisation.

De ce premier point de vue, la crise affecte donc la dimension organisante de la communication. Elle attaque le lien social constitutif de l’organisation et oblige les acteurs à prendre position dans l’urgence et la pression. On a affaire à la fois et indissociablement à une crise communicationnelle et organisationnelle, mais il se peut très bien qu’à aucun moment il n’y ait eu de « communication d’organisation », c-à-d d’intervention de communicateurs au sens professionnel du terme, comme on en verra au contraire dans les cas suivants.

« Information de crise »

Retards importants de trains, grève dans les transports en commun, problème d’éruption volcanique en Islande déstabilisant tous les plans de vol européens (et au delà), neige sur les aéroports britanniques obligeant une déviation des vols vers Bruxelles en décembre 2010, paralysie d’une autoroute suite à la neige et au verglas, fuite radioactive à l’IRE (Institut des radioéléments de Fleurus), grosse panne du réseau d’alimentation en eau ou en électricité, catastrophe, tremblement de terre, etc

Dans de tels cas, on a affaire à une autre dimension de la crise : celle où une organisation doit faire face à de sérieux dysfonctionnements dont elle est la cause ou dont elle doit subir l’impact, mais qui ne la mettent pas elle-même en péril. A la différence du cas précédent, ce sont des tiers, des personnes ne faisant généralement pas partie de l’organisation, qui sont avant tout concernés par la situation.

En première instance, l’aspect médiatique n’est pas déterminant, certainement pas pour les personnes concernées en tout cas. C’est sans doute dans un second temps que la presse interviendra éventuellement, ce qui amènera la nécessité d’articuler l’information de crise dont on parle ici et la communication de crise dont on parlera plus loin.

Dans ce cadre, l’enjeu central est l’information précise des publics concernés sur ce qui se passe et sur la conduite à tenir : les trains roulent-ils ou non ? Comment parvenir à destination ou que faire si on ne peut embarquer en attendant la fin de l’éruption ? Sur quels secours les passagers en rade peuvent-ils immédiatement compter pour manger, se loger et /ou repartir ? Y a-t-il irradiation ou non dans l’environnement de l’entreprise ? Faut-il évacuer ? Peut-on ou non consommer les légumes de son jardin ? Etc.

Régulièrement abandonnés à eux-mêmes pendant un temps qui peut paraître très long, les intéressés espèrent qu’une solution va leur être proposée. Pour eux, c’est la crise. Ils n’ont guère d’interlocuteurs et le principal problème de ceux-ci, quand il y en a, semble bien souvent plus d’être informés eux-mêmes sur ce qu’il convient de faire ou de dire que d’informer la clientèle. Pour l’organisation, une certaine responsabilité morale, parfois indirecte, est engagée. Peut-on laisser ces publics à l’abandon, sans risquer d’être montré du doigt ou d’être assaillis de plaintes et de demandes de remboursement ou de devoir s’expliquer auprès de la presse ?

L’organisation performante est évidemment celle qui trouve rapidement une solution acceptable pour les personnes impliquées et cela malgré l’inconfort et les incertitudes de la situation. Il se peut aussi que le problème central de l’organisation soit d’échapper à ses responsabilités et d’avoir des comportements dilatoires pour ne pas devoir assumer sinon la responsabilité, du moins les coûts engendrés par la situation. Reporter volontairement ou par inertie le problème sur d’autres n’est pas excep-tionnel dans ce genre de situation.

A l’expérience, informer correctement et rapidement un public spécifique dans une situation de crise ou d’urgence ne va pas de soi. Et cette dimension du problème n’est pourtant pas à confondre, ni avec le cas précédent, ni avec un troisième aspect que nous allons développer, même si, bien sûr, des interférences entre ces distinctions ne sont pas impossibles, au contraire.

« Communication de crise »

Après les Etats-Unis et l’Irlande, l’Eglise catholique belge a été confron-tée à un énorme scandale suite à la révélation de nombreux actes de pédophilie, dont beaucoup remontent à plus de quarante ans, de la part de prêtres, mais aussi d’un évêque. L’Eglise catholique belge est-elle pour autant en crise ? Suite à une explosion sur une plate-forme pétrolière de British Petroleum, une gigantesque fuite de pétrole a pollué le golfe du Mexique et les côtes de Floride. Peut-on affirmer que BP est pour autant en crise ? 15 Février 2010, à Buizingen, une collision de train à l’heure de pointe cause la mort de 19 personnes et fait de nombreux blessés. La SNCB est-elle en crise ? Noël 2010, des centaines de passagers venant des quatre coins du monde sont bloqués à l’aéroport de Bruxelles suite à la fermeture d’Heathrow et de quelques autres aéro-ports européens complètement enneigés. Brussels Airport n’est pas en crise.

La caractéristique centrale de ce troisième type de crise, à nos yeux, est essentiellement sa dimension médiatique. La crise médiatique risque de mettre en péril le capital symbolique de l’organisation (son image, sa réputation, les représentations qu’elle suscite dans l’opinion). On peut définir cette crise comme un emballement médiatique affectant ou testant le capital symbolique d’une organisation à la suite d’un événement ou d’une chaîne d’événements où la responsabilité de l’organisation se trouve d’une manière ou d’une autre engagée. L’enjeu pour l’organisation dans ce cas-ci est celui de sa réputation et donc de la disposition de l’opinion publique à son égard. Il est rare dans cette hypothèse que l’organisation soit réellement menacée dans son existence (crise de l’organisation), mais son image et sa réputation risquent par contre d’être plus ou moins gravement affectées temporairement ou plus longuement, parfois d’ailleurs dans un sens positif.

La gestion du capital symbolique d’une organisation est au coeur des missions de la « communication d’organisation ». Et dans ce contexte, la « communication de crise » est un volet spécialisé de la communication d’organisation. Elle intervient lorsque l’organisation est interpellée ou mise en cause par les médias dans une situation exceptionnelle et qu’elle est tenue de « s’expliquer ». Même si elle peut avoir une dimension « interne », la « communication de crise » concerne principalement les relations de l’entreprise avec la presse. Elle est conçue et mise en œuvre par des professionnels de la communication d’organisation agissant sur mandat de la direction.

Le rapport aux médias exige des stratégies spécifiques de communication. Vu de l’entreprise ou de l’organisation, l’élément central est en fait le contrôle de l’intérêt des médias à son égard. Il s’agit d’éviter un « emballement médiatique » toujours délicat et de faire bonne figure. On observera ici que les interventions de l’organisation auprès des médias se font en réponse à l’événement. Cette communication de crise est essentiellement réactive (même si la réaction est anticipée et préparée de longue date). La réaction demande à être traitée avec méthode et professionnalisme (responsable de la communication, responsable de la communication de crise, porte-parole, plan de travail, messages, …). Idéalement des scénarios auront été préparés en fonction de la nature de l’organisation et des différents événements susceptibles d’être considérés comme « crise », c’est-à-dire comme sortant de l’ordinaire de manière brusque au point de susciter l’intérêt des médias et de nécessiter une réaction rapide de l’organisation à leur interpellation.

Une crise de cette « communication de crise » serait de n’avoir prévu ni interlocuteurs préparés au sein de l’organisation, ni scénarios des éventualités possibles sinon probables, ni dispositifs internes pour faire face de manière maîtrisée aux interpellations des médias, ni messages anticipés… Cela consisterait probablement à être débordé par l’intervention de multiples sources interpellées dans et hors de l’organisation. Et cela conduirait vraisemblablement à une certaine cacophonie dans les di-vers messages relayés médiatiquement, la mise en contradiction de sources pouvant apparaître comme un incontournable journalistique à vrai dire peu apprécié des organisations visées.

Cependant, le contrôle par l’organisation des informations diffusées (comme les fuites d’ailleurs) peut poser à son tour des questions déontologiques ou éthiques importantes, non seulement au niveau des chargés de communication mais aussi au niveau de l’organisation elle-même quand cela conduit à masquer des vérités. L’inverse est vrai pour la presse lorsque son traitement de l’information n’est pas conforme aux normes professionnelles du journalisme d’information (le « lynchage médiatique » ou l’acharnement, par exemple).

Aux yeux du chercheur (et non pas du praticien), ces modes de fonctionnement tant de l’entreprise que de la presse sont intéressants à étudier, notamment parce qu’ils métacommuniquent autant qu’ils ne communiquent. Ils sont en effet expressifs de la manière dont les uns et les autres conçoivent le lien sociétal.

« Communication sensible »

Il faut à notre avis ajouter une quatrième dimension à la communication de crise que nous essayons de cerner, rappelons-le, non par la nature des crises, mais par celle de la communication. Il s’agit ici non plus d’une crise de l’organisation au sens où on l’a présentée (menace grave pour le système), ni de la nécessité d’informer, ni de celle de répondre à la médiatisation de l’organisation suite à une « crise » (enjeux d’image et de réputation), mais d’une version proactive, voire « offensive » (et non pas réactive) de la politique de communication.

Sous cet angle, la mission des communicateurs est d’anticiper une menace (réelle ou potentielle) sur des intérêts essentiels de l’organisation (changements législatifs en perspective modifiant, par exemple, la fiscalité ou d’autres règles de fonctionnement, décision de réorganisation devant avoir un impact grave sur le personnel, délocalisation, …). Face à de telles éventualités et avant même qu’elles ne prennent forme, l’organisation peut mobiliser ses forces soit pour faire échouer ou atténuer la portée du projet qui pourrait la concerner, soit pour promouvoir un autre projet, plus conforme à ses intérêts. La caractéristique principale de cette politique de communication paraît être essentiellement sa discrétion. Il s’agit ici de ce qu’on appelle parfois la « communication sensible » au sens de politique de communication d’influence en contexte délicat.

C’est sans doute le lobbying stratégique qui permet d’approcher le mieux ce type d’action qui pourtant ne s’y limite pas. Dans un cadre où les intérêts entre parties sont conflictuels, le communicateur est agent d’un camp dont il cherche à promouvoir la légitimité et les intérêts spécifiques. Souvent cela l’amènera à gommer le fait qu’il s’agit de défendre, comme allant de soi et légitime, un point de vue particulier dans un rapport de forces au sein de la société. Subtile paradoxe du communicateur : il s’agit à la fois de communiquer et de masquer les raisons de le faire.

L’appel à des consultants en « communication de crise » pour gérer un licenciement collectif, par exemple, nous paraît relever de ce type de communication. Il s’agit en effet d’accompagner offensivement un projet de l’entreprise (on prend les devants) en s’efforçant de « neutraliser » au mieux les oppositions prévisibles dans l’environnement interne ou externe. La communication appuie ainsi, sous l’angle de l’opinion, ce que l’entreprise cherche à obtenir sous l’angle industriel, financier ou social.

La manière dont l’industrie des assurances médicales privées a mené campagne aux Etats-Unis contre les projets du président Obama en matière de protection sociale et de santé en est une illustration récente. On pourrait mentionner encore les campagnes répétées contre le GIEC, menées par de soi-disant « climato-sceptiques » qui n’hésitent pas sur des moyens ambigus afin de jeter le trouble, voire le discrédit. L’industrie du nucléaire ou celle du tabac a souvent défrayé la chronique de ce point de vue, mais il y aurait évidemment bien d’autres exemples à met-tre en avant, même si beaucoup de ces campagnes ne sont pas visibles au delà d’un cercle restreint d’initiés.

Par le passé, ce genre de stratégie pouvait s’appeler « propagande », parfois même « relations publiques ». Il relève aussi de l’« action psychologique » ou parfois aussi de la « désinformation ». Il n’est pas certain qu’affirmer aujourd’hui qu’il s’agit de « communication institutionnelle » voire de « communication » tout court, soit une heureuse clarification terminologique… Mais c’est un fait et il est intéressant à analyser.

Nous venons de distinguer quatre modalités de « communication de crise » en les isolant relativement les unes des autres. Dans certaines situations, on aura effectivement affaire avec l’un ou l’autre type « pur ». Mais très régulièrement la situation la plus observable sera en réalité, comme on s’en doute bien, une combinaison, calculée ou fortuite, de ces logiques.

L’actualité récente nous fournit un exemple éclairant. Mars 2011. Un tremblement de terre suivi d’un tsunami dévaste les quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima appartenant à la société TEPCO : crise immédiate de l’organisation et de ses systèmes d’information et de communication dans une lutte longue et difficile pour éviter le pire ; information de crise plus ou moins bien assurée dans un contexte cauchemardesque par les responsables de la centrale et surtout par les autorités publiques (consignes d’évacuation, information de la population avoisinante, mesures diverses de protection civile prises opportunément ou pas…) ; communication de crise : obligation de s’expliquer dans les médias, enjeu de réputation pour l’entreprise (accusations de manipula-tions graves de l’information, mise en doute des capacités à résoudre les problèmes, pollutions diverses, …) et de crédibilité pour les autorités (Di-sent-elles la vérité ? Quelle transparence choisir dans ce genre de situation ?) ; communication sensible : actions à chaud des lobbies pro- et anti-nucléaire dans le monde… Tout y est !

L’enjeu pour les acteurs professionnels de la communication comme pour le chercheur paraît donc être à la fois de distinguer le type de situation auquel l’organisation est confrontée et de conduire (ou de voir comment est conduite) en conséquence une stratégie globale de communication en gardant à l’esprit ces différentes logiques dont les enjeux opérationnels et de société sont aussi complémentaires que très différents.

Pierre de Saint-Georges est Professeur émérite (Université Catholique de Louvain et Facultés Universitaires Saint-Louis). Co-fondateur du Labora-toire d’analyse des systèmes de communication des organisations (UCL - LASCO).

PDF Communication de crise : vous avez dit crises ?

 

©  Tous droits réservés

 

 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

 

Print  

 


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Cahier thématique n°1
Les crashs aériens, retours d’expérience et bonnes pratiques
n°1Juin 2018
Télécharger le Cahier thématique n°1 - pdf - 28 pages,
ISSN 2266-6575

 

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

Maroc.Conférence - Conférence de Didier Heiderich sur la gestion et la communication de crise face au boycott à l'invitation d' APD Maroc. 28 juin 2018

 

France.Santé - Natalie Maroun interviendra sur la communication de crise dans la journée "Gestion de crise" le 24 mai 2018 à Paris,  organisée par le Groupement Hospitalier de la Mutualité Française (GHMF), Générations Mutualistes (GM) et le réseau national des centres de santé (RNCSM). 2018

 

Coorganisation du Cyber-day , le 6 juin 2018 à Paris : la gouvernance des cyber-attaques : membre du comité scientifique et animation de la session"Cyber-attaques et gestion de crise"
En savoir plus

 

Belgique.Communication -  "Liège: Comvision, un colloque où on se demande comment réinstaurer la confiance dans les communicants", avec l'intervention de Didier Heiderich, novembre 2017 - Lire

 

Koweït.Ena - Natalie Maroun réalisera une conférence le 25 septembre 2017 sur le thème de l’identification d’une situation de crise lors d'une visite d'étude de 12 hauts fonctionnaires de la Civil Service Commission (CSC) du Koweït (pour le département Afrique et Moyen-Orient de l'ENA )

 

France.TourismeDidier Heiderich participera le 25 septembre 2017 à une table ronde avec Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-mer et M. ChristianiMantei, directeur général d’Atout France sur la reconstruction d’image post-catastrophe (suite aux ouragans) dans le cadre des Assises du Tourisme Outre-Mer

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2018
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright