Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Lundi 11 Decembre 2017  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

ARTICLES
accueil > Tous les articles > Article 0214
 La RSE comme facteur de cohésion interne en situation de crise

RSE, crise et communication
ISBN
2-916429-20-4

A lire également :
Le magazine de la communication de crise et sensible
Vol 18 - pdf - 27 pages - 2,5 Mo
(gratuit)
   
Envoyer cet article

>

Rédigez un article

   
   
Responsabilité sociale des entreprises et crises


La RSE comme facteur de cohésion interne en situation de crise
Christine Hambursin

Le développement durable est devenu un enjeu social majeur incontournable pour les entreprises. « Il n’est simplement pas pensable que l’entreprise reste imperméable à cette évolution si caractéristique de notre modernité démocratique » . Aujourd’hui, ce concept est sans conteste un des sujets les plus exploités par les entreprises mais il ne suffit pas d’en parler, il faut que l’entreprise s’y investisse pleinement. L’entreprise se voit presque obligée de l’utiliser tant il revêt une importance considérable pour ses parties prenantes. Si elle exploite ce concept intelligemment, il peut lui donner un avantage concurrentiel non négligeable. En effet, les stratégies de communication des entreprises « tentent d’intégrer au fur et à mesure les exigences sociales de leur environnement pour rendre compte de leurs efforts et favoriser leur image ».

Cependant certaines dérives peuvent être constatées. C’est le cas lorsque le développement durable est utilisé uniquement comme une stratégie marketing visant à augmenter le capital image de l’entreprise. Mais qu’en est-il de son utilisation en communication interne ? Et plus précisément, l’argument citoyen joue-t-il un rôle en situation de crise ? Pour répondre à ces questions, il nous semble important d’aborder brièvement ce concept. Nous allons tout d’abord voir comment celui-ci est perçu par le public de façon générale. Nous nous pencherons ensuite sur son utilisation en communication externe de crise. Une compréhension encore sommaire du développement durable En 1987, le rapport Brundtland donne une définition précise de ce concept. Mais qu’en est-il en réalité de sa connaissance par un plus large public ? Une étude réalisée en 2006 par l’agence Ethicity, spécialisée dans le conseil en marketing et communication éthique, « révèle que 77% des français ont déjà entendu parler de l’expression “développement durable“» . Un chiffre qui ne cesse d’augmenter.

Mais que recouvre ce terme pour la majorité des français ? Nous pouvons penser, à l’image des études sur la campagne de communication de Carrefour France, que la compréhension du concept reste très superficielle. A. Lapeyre et A. Bonnefont analysent cette enseigne et montrent « que la communication publicitaire sur l’engagement (social et environnemental) de Carrefour peut contribuer à créer ou renforcer la confiance de ses clients et les inciter à être fidèles à son égard» . Ces mêmes chercheurs s’interrogent sur la compréhension du développement durable par les consommateurs ainsi que les évocations qui lui sont liées. Les résultats montrent que le terme est toujours perçu de façon positive. Perçu de façon sommaire par l’opinion publique, ce concept reste positif mais les entreprises doivent l’utiliser avec prudence.

L’argument citoyen protège-t-il des crises ?

N’oublions pas qu’une entreprise qui communique sur son engagement RSE attire l’attention sur ses activités. L’ensemble des parties prenantes lui demande donc sans cesse de transmettre des informations, d’écrire des rapports, en somme, de rendre des comptes. Les résultats de l’étude de Mohr, Webb et Harris (2001) indiquent que ce sont les entreprises qui font le plus dans le domaine de la RSE et qui le communiquent qui sont le plus critiquées et surveillées. Pourtant l’entreprise peut réduire les risques sur certaines problématiques qu’elle décide d’inclure dans sa démarche RSE. Par exemple, si sa politique citoyenne peut l’aider lors d’une crise environnementale ou sociale, ce type d’argument pourra difficilement l’aider à s’en sortir si le directeur général de l’entreprise est accusé de détourner de l’argent. L’argument citoyen contribue donc à la réputation de l’entreprise mais n’est pas une arme qui lui permettra d’éviter toutes les crises. Certaines réactions en matière de responsabilité sociale peuvent témoigner d’une volonté de prévention en termes de communication de crise. Par exemple, Solvay Belgique organise des séances d’informations pour les riverains situés à proximité de leurs usines. Ces réunions présentent les risques majeurs liés à l’activité de production ainsi que les mesures environnementales mises en œuvre sur le site. L’implication de l’entreprise dans ces démarches citoyennes peut donc l’aider à se prémunir en cas de crise.

Comment utiliser l’argument citoyen en communication externe de crise ?

Les recherches montrent qu’il est possible qu’une entreprise ayant communiqué sur sa responsabilité sociale traverse plus difficilement la crise qu’une autre. En effet, Swaen et Vanhamme (2003) montrent que la perception des consommateurs d’une entreprise qui a communiqué sur ses engagements sociaux, et qui est accusée à tort ou à raison de comportement non citoyen, peu décliner plus rapidement que si elle n’y avait pas fait référence. Cette réaction serait le résultat d’un effet de contraste (Shérif et Hovland 1961) qui s’expliquerait par la déception d’autant plus forte chez les personnes qui avaient confiance en l’entreprise. En effet, le discours de l’entreprise ayant créé un contexte de jugement extrêmement positif chez le public induit chez celui-ci des jugements plus négatifs de cette dernière lorsqu’il apprend les accusations contre celle-ci. Mais si l’entreprise gère bien la crise, il se peut qu’un public initialement déçu soit plus fidèle à l’entreprise qu’un public qui ne l’a pas été. Sans oublier que l’action citoyenne et environnementale et la communication de l’entreprise sur celle-ci peuvent s’avérer contradictoires pour certaines personnes. Pour éviter cette réaction, Swaen et Vanhamme (2005) « montrent qu’il est plus efficace des présenter des arguments de citoyenneté par l’entremise d’une source crédible - article publié par une association de consommateurs – que par le biais du site Internet de l’entreprise » . En effet, le type de médium peut influencer les réactions des consommateurs face à ce type de communication. De manière générale, les sources les moins crédibles pour ce type d’arguments sont les médiums contrôlés par l’entreprise. Plus la source parait éloignée de l’entreprise, plus elle est crédible. Mais lorsque l’entreprise est accusée de comportements non citoyen, cet effet s’estompe et il n’y a plus de différence de crédibilité entre les types de source émettant le message citoyen. Pour communiquer de manière crédible et efficace sur le sujet, l’entreprise doit donc utiliser des arguments clairs, soutenir ses propos par la preuve d’une série d’actions concrètes et utiliser une source identifiable et crédible pour les transmettre. Un sujet à manier avec prudence donc, vu l’effet boomerang qu’il peut susciter. La communication sur la RSE semble protéger partiellement l’entreprise lors d’une accusation de comportement non citoyen. Elle n’est donc pas un remède miracle en situation de crise mais une démarche dont l’entreprise retire les bénéfices sur le long terme.

RSE, culture d’entreprise et communication interne de crise, un bon mélange ?

À l’arrivée du concept dans leur entreprise, les salariés étaient plus que sceptiques . Cette réticence peut s’expliquer par la méfiance élevée des employés à l’égard de leur entreprise. C’est ce que montrent les résultats assez décourageants de l’institut de sondage français IPSOS qui a réalisé une étude sur la confiance des salariés envers leur entreprise. Mais les positions évoluent, et aujourd’hui la RSE peut s’avérer être une solution adéquate face à cette perte de crédibilité. Elle s’avère être une valeur qui permet de toucher l’ensemble des publics de l’entreprise et de réunir les employés autour d’un projet social commun. En effet, elle demande l’implication et la collaboration de tous types d’acteurs dans une perspective d’amélioration permanente. C’est en communiquant d’abord en interne et en montrant l’intérêt de chacun de s’engager dans ce processus sur le long terme que l’entreprise arrivera à fédérer les salariés autour de ce projet citoyen et l’entreprise au sens large. La communication interne joue un rôle capital dans la réussite de l’assimilation et de la compréhension des actions RSE. Maignan et Ferrel (2001) montrent que plus les entreprises seront pro actives dans leurs arguments citoyen, plus les employés seront engagés dans leur travail et leur entreprise . N’oublions pas que les actions menées par l’entreprise servent aussi à créer un sentiment de fierté chez les gens qui y travaillent et peuvent attirer de nouveaux talents. Nous pensons que les employés sont un facteur déterminant en situation de crise. Il est donc important que l’entreprise crée une cohésion interne et un sentiment d’appartenance fort. Elle peut utiliser l’argument citoyen pour l’aider à fédérer ses membres. Crozier insiste sur l’importance du facteur humain et son implication dans les objectifs de l’entreprise. À l’image de Solvay Belgique qui veut faire de ses employés des citoyens responsables. Il est important de cibler la communication sur la RSE en priorité sur cette cible. Avant de communiquer sur de grands projets respectueux de l’environnement, il nous semble important que le développement durable soit intégré dans les gestes quotidiens de l’entreprise. C’est l’idée de l’employé considéré comme ambassadeur de l’entreprise. Il est le principal reflet de l’entreprise et de ses pratiques en externe. Revenons sur les fonctions de la communication interne. Elle se situerait à deux niveaux : rationnel; où il s’agirait de faire connaître et d’expliquer les objectifs de l’entreprise et émotionnel; où il s’agirait de créer un sentiment de fierté d’appartenance. Nous pensons que ces deux aspects jouent un rôle essentiel en situation de crise. Si ces deux fonctions sont remplies, les salariés peuvent être un atout considérable pour l’entreprise. Prenons l’exemple de Groupe Total Belgique : l’impact des accusations de non respect des droits de l’homme en Birmanie n’a pas eu d’impact en interne. Pourquoi ? La réponse est simple, les informations données aux salariés étaient bien plus complètes que celles dont disposaient les médias.
L’aisance avec laquelle les employés en parlent encore aujourd’hui témoigne de la confiance qu’ils marquent dans les informations communiquées par le Groupe Total Belgique. Cette politique de communication interne est développée à travers des dossiers informatifs et complets sur les évènements auxquels le groupe est associé que ce soit le naufrage de l’Erika, l’ASF ou les accusations sur les droits de l’homme en Birmanie. La mise à disposition de ces informations permet au groupe de compter sur le soutien de ses employés en période difficile. C’est l’idée que soutien Fourest pour qui la démarche sociétale constitue un bon argument de communication de crise. « La presse d’entreprise en proposant des outils de communication interne et externe valorisant les engagements de l’entreprise, permet de réaliser des reportages qui pourront servir de démentis en case de crise. Elle transmet aussi des arguments à ses employés, grâce auxquels ils peuvent défendre l’image de l’entreprise, en plus d’avoir le sentiment d’être tenus au courant et impliqués» .
Mais malheureusement, toutes les entreprises ne suivent pas cette politique. L’interne est souvent la partie oubliée des actions de communication environnementale. Ces actions sont « souvent issues des structures de marketing ou des services de communication externe, ces actions n’ont d’incidences internes qu’a posteriori, au stade de l’information des agents de ce qui a été réalisé » . Nous pouvons dire que l’employé ayant à disposition toutes les informations relatives aux actions citoyennes de l’entreprise, pourra aisément démentir ces accusations émises contre celle-ci. De plus, s’il est marqué d’un fort sentiment d’appartenance, nous pouvons penser qu’il soutiendra son entreprise en cette période difficile. Ce sentiment d’appartenance doit être créé en amont, bien avant le déclenchement de la crise. Selon Sainsaulieu, l’entreprise a une fonction identitaire au sens où l’organisation est un lieu de socialisation important. Mowday, Porter et Steers insistent sur le fait que l’implication des employés dépend du degré d’identification de ceux-ci, ce qui leur permet d’adhérer aux buts et aux valeurs de l’entreprise. Lorsque la RSE est intégrée aux pratiques quotidiennes de l’entreprise, la culture d’entreprise et la responsabilité sociale se confondent. Elle n’est plus une simple valeur défendue par l’entreprise mais une partie intégrante de celle-ci. L’engagement social est intégré dans l’identité même de l’entreprise. Pour Thévenet, les valeurs découlent des expériences vécues. A l’exemple de GSK qui organise des « orange days » qui donnent la possibilité aux employés de se consacrer un jour à une association. Une expérience qui permet aux salariés de créer leurs propres valeurs autour de la responsabilité sociale. Pour obtenir l’adhésion des employés autour de ces valeurs environnementales, il est important de les associer directement à ces actions et les intégrer dans leurs comportements quotidiens. Si ce facteur est négligé, les acteurs internes ne seront pas nécessairement en faveur des politiques environnementales. En effet, certains salariés mal informés de ces pratiques peuvent y voir une forme de communication créée uniquement pour redorer l’image de l’entreprise. Cette proposition souligne le décalage entre le discours environnemental et le but réel de l’entreprise ; la rentabilité économique. La théorie de l’économie des conventions de Boltanski et Thévenot nous permet de comprendre ce décalage. La RSE se situe dans le monde civique ayant pour principe supérieur le bien collectif, la solidarité.

L’entreprise quant à elle se situe dans les mondes marchand et industriel. Ces mondes ayant pour principes supérieurs communs la rationalité, la performance, la concurrence et le bénéfice. Ces deux mondes s’expliquent par des principes, des logiques d’action et des justifications fort différents. Le but de la communication sur le développement durable est justement de concilier des objectifs (économiques, sociaux, environnementaux) qui sont parfois difficiles à coordonner. La RSE recherche le soutien des acteurs autour d’une action collective. En l’intégrant au sein de la culture d’entreprise, nous pensons qu’il est possible de créer un intérêt commun autour de ces valeurs. Il est vrai qu’aujourd’hui des sociétés tels qu’Exki se créent d’emblée autour du développement durable. Leur mot d’ordre est posé, c’est la société et l’environnement qui priment. De nouveau, la « réussite de telles actions dépend en grande partie de la prise de conscience et de la motivation de la direction et des employés (…)» . Mais la recherche du profit n’est jamais loin du concept innovant. Comme le souligne les trois inventeurs de cette chaine de restaurants, tous spécialistes en finance, « nous avions la fibre du commerce, nous cherchions juste une bonne idée » . Pour reprendre l’expression du « Triple Bottom Line » des Anglo-Saxons, « People, Profit, Planet », c’est de deuxième « P » qui domine. Nuançons toutefois ce propos. En effet « si l’accumulation du capital est encore bien ce que l’on attend des entreprises et industries, elle ne constitue plus une fin justifiant tous les moyens » . Car comme le notait Bowen dès 1953, les hommes d’affaires « ont l’obligation de poursuivre des politiques, de prendre des décisions, ou de suivre des lignes d’action qui sont désirables par rapport aux objectifs et valeurs de notre société» .

À l’heure où la culture d’entreprise est quelque peu remise en question, nous pensons que la RSE peut agir comme un nouveau facteur de cohésion interne. Un sentiment de fierté d’appartenance que l’entreprise doit cultiver tant il peut jouer un rôle déterminant en situation de crise.

Christine Hambursin
Lasco,  Département de communication Université catholique de Louvain

A lire avec plus de confort depuis :
Le magazine de la communication de crise et sensible
Vol 18 - pdf - 27 pages - 2,5 Mo

 

Bibliographie

Ouvrages BOLTANSKI Luc et THÉVENOT Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

BOWEN H., Social Responsability of the businessman, New York, Harper-Row, 1953.

CAPRON Michel et QUAIREL-LANOIZELEE Françoise, La responsabilité sociale de l’entreprise, Paris, La découverte, 2007.

de la BROISE Patrice et LAMARCHE Thomas, Responsabilité sociale : vers une nouvelle communication des entreprises ?, Villeneuve d’Ascq, Presse universitaire du Septentrion, 2006.

FOUREST Caroline, Face au boycott : l’entreprise face au défi de la consommation citoyenne, Paris, Dunod, 2005.

LAMBERT Monique, L’entreprise surveillée : l’éthique, la responsabilité sociale, le marché, la concurrence, les nouveaux acteurs, Bruxelles, Bruylant, 2003, p.153.

MOWDAY Richard, PORTER Lyman et STEERS Richard, Employee-organization : the psychology of commitment, absenteism and turnover, New-York, Academic Press, 1982.

SHERIF Muzafer et HOVLAND Carl, Social judgement: Assimilation and contrast effect in communication and attitude change, New Haven, CT, Yale University Press, 1961.

THEVENET Maurice, Impliquer les personnes dans l’entreprise, Paris, Editions Liaisons, 1992. Working papers, travaux, mémoires et thèse BONNEFONT Annie et LAPEYRE Alexandre, Évocation du développement durable par des consommateurs : étude exploratoire par la méthode projective des collages, Working paper, 12ème journée de recherche en marketing de Bourgogne, 8 et 9 novembre 2007.

CULTIAUX John et SWAEN Valérie, De la contrainte sociale au profit économique : l’argument citoyen dans la communication interne des entreprises, Working paper IAG n°19, Université catholique de Louvain, 2001.

JASPART Florence, La responsabilité sociétale de l’entreprise et la communication : amies ou ennemies ?, mémoire sous la direction de Pierre de Saint Georges, Université catholique de Louvain, 2007.

LHOEST Caroline, L’influence de la communication de responsabilité sociétale sur la communication de crise de l’entreprise, mémoire sous la direction de Thierry Libaert, Université catholique de Louvain, 2007.

LIBAERT Thierry, La communication sensible comme point de rencontre des nouvelles configurations de la communication d’entreprise. Tentative de passerelle entre l’organisation communicante et les SIC, thèse de doctorat sous la direction de Axel Gryspeerdt, Université catholique de Louvain, 2008.

VANHAMME Joëlle et SWAEN Valérie, L’utilisation de l’argument “ citoyen” dans les campagnes de communication : analyse des risques dans la perspective d’une crise, Working Paper IAG 84/02, Université catholique de Louvain, 2003.

Travaux réalisés par les étudiants dans le cadre du Séminaire d’analyse de la communication interne, COMU 2611, dirigé par PIRSON Joseph et JOHANNES Karine, Université catholique de Louvain, 2009.

Articles CAZENAVE Cécile, « Exki : le fast goût «, 10/10/2007, sur 
http://www.planete-terra.fr/Exki-le-fast-gout,289.html?var_recherche=exki.

CUSTIAUX Justine, « Exki et la responsabilité sociale de l’entreprise », in Durabilis, Magazine de l’environnement et du développement durable, n°2 juin 2007, pp.7-8.

MAIGNAN I. et FERREL O., « Corporate citizenship as a marketing instrument : concepts, evidence and research », in European Journal of Marketing, 35 n°3-4, 2001, pp.457-484.

MOHR L., WEBB D. et HARRIS K., « Do consumers expect companies to be socially responsible? The impact of Corporate social responsibility on buying behaviour », in The Journal of Consumer Affairs, Été 2003, pp.45-72.


 

Magazine de la communication de crise et sensible.
www.communication-sensible.com

Print  

©  Tous droits réservés par les auteurs


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 

Outils professionnels

Documents opérationnels
 l'espace Business Class


Découvrir l'espace business class


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2017
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright