Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Lundi 11 Decembre 2017  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

ARTICLES
accueil > Tous les articles > Article 0183
Persistance rétinienne et rémanence sociale


ISBN
2-916429-13-1

A lire également :
Le magazine de la communication de crise et sensible
Vol 15 - pdf - 46 pages - 3 Mo
   
Envoyer cet article

>

Rédigez un article

   
   
Perception et crise
Persistance rétinienne et rémanence sociale
Par Didier Heiderich

Version pour l'impression (pdf, 8 pages)
 

Depuis Nicéphore Niepce, la photographie, puis le cinéma, puis la télévision, puis internet, puis les portables nous offrent une multitude d’images, d’autant plus prégnantes qu’elles font appel à nos pulsions de vie et de mort, entre sexe, cadavres et destructions. Multiples, superposées et juxtaposées, ces images entretiennent une confusion permanente entre le réel et l’imaginaire. Elles sont particulièrement angoissantes car depuis le début de l’humanité, à moins d’être en prise réelle avec l’horreur, jamais l’humain n’aura subi pareille densité et permanence morbide, de violences mises en scène puis portées sur l’espace public, jusque dans nos foyers. Elles sont particulièrement angoissantes car depuis le début de l’humanité, jamais les imperfections de nos visages et nos corps ne furent ainsi gommées artificiellement pour créer l’impossible absolu à atteindre, à ce point que la plus belle des femmes ne supporte plus son reflet dans un miroir déformé par le prisme social. C’est donc une guerre qui est déclarée, guerre d’images certes, mais qui mobilise nos instincts pour mieux mobiliser le corps social, lorsque ce n’est pas pour le contrôler et lui demander de passer à l’acte ou au contraire l’inviter à la docilité. Les images irriguent notre société pour mieux exiger de nous. Mais à l’autre bout de la chaîne, pour celui ou celle qui fait l’objet, lors d’une crise, de cette mise à nue, de notre impudeur, de la réalité amputée au profit de la mise en scène médiatique parfois appelée « transparence » et autrefois nommée vindicte populaire, de cette incandescence entretenue par le souffle des exigences sociales, celui-ci ou celle-là, pénètre parfois en enfer.

Nous avons tous fait cette expérience. Invité chez des amis, la télévision reste allumée. Inconsciemment, nous sommes attirés par cet écran plus vif que la paisible réalité à laquelle nous sommes confrontés en cet instant. De nos sens, la vue est probablement le plus développé. L’approche clinique nous apprend que la vue induit une mobilisation générale de notre corps avant même que nous ayons conscience d’un danger. Dans nos rêves, lors du sommeil paradoxal, les cliniciens constatent le phénomène dit de REM (Rapid Eye Movement) mouvement rapide des yeux et une forte activité de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la mémorisation. C'est le sommeil paradoxal qui semble être responsable des images des rêves et aussi de la programmation du cortex. Nous croyons ce que nous voyons, consciemment ou non, car les images nous imprègnent et s’entrelacent pour constituer notre mémoire.

Mais cette perception n’est rien ou reste un danger psychologique pour l’individu tant qu’elle n’a pas cristallisée. Cette cristallisation nécessite l’implication de la sphère sociale, de l’interaction entre les individus, rendue d’autant plus possible, que les images sont aujourd’hui partagées à l’identique par le plus grand nombre. Car ici intervient la notion d’expérience qui permettra d’ancrer dans la mémoire individuelle et collective le flot d’images, de faire un tri, de hiérarchiser et au-delà du voyeurisme stérile, d’interagir avec l’image : sans expérience, nous restons des témoins passifs face à l’image. Or la passivité ne correspond pas à notre instinct qui nous pousse à fuir ou à attaquer. Et faute d’accès au terrain de la crise, nous avons dû développer deux comportements, l’un passif qui consiste à donner procuration à des héros médiatiques (ce que le président Sarkozy et d’autres ont bien compris), l’autre actif qui consiste à commenter les images, à interagir avec le cercle social pour forger ce que l’on nomme l’opinion publique. Et quelque soit le cercle, l’opinion face à l’émotion soulevée par les images se construit sur trois niveaux qui se superposent : un niveau pulsionnel (de vie et de mort), un niveau de conscience individuelle qui est le propre de nos histoires personnelles, de nos cultures et de notre champ social de proximité qui définissent ce qui acceptable de ce qui ne l’est pas, un niveau social et historique chargé de digérer la crise et d’en tirer les conséquences au-delà de l’émotion. En situation de crise le corps social procède par exigences. Une des caractéristiques de la société postmoderne est d’exiger des réponses immédiates sur trois niveaux :

1 – Une réponse à nos pulsions.
L’émotion soulevée par telle ou telle image, particulièrement lorsque l’on a affaire à des victimes auxquelles nous pouvons nous identifier, appelle à la vindicte (besoin de coupables), à une réponse à la hauteur de l’émoi, une réponse immédiate accompagnée d’images qui permettront à chacun de s’approprier la réaction, de diminuer sa propre angoisse et d’en apporter le témoignage dans sa sphère sociale de proximité. Ici la norme réside dans l’émotion : elle résiste particulièrement à toute argumentation, peut balayer les structures sociales (appel au retour de la peine de mort, focalisation de l’aide humanitaire sur un événement, demande de démission d’un gouvernement, modification de la législation, etc.) Ici se livre une guerre sans merci destinée à focaliser l’opinion, peurs contre peurs, victimes contre victimes, objet médiatique contre objet médiatique. Ici se trouve le terreau favorable à la peur atavique de l’autre, à la dénonciation de la différence, au rejet. Le problème de la densification médiatique, c’est qu’elle permet de s’adresser en permanence au plan pulsionnel. Ainsi, un événement chasse l’autre, ne laisse plus le temps à la société de le digérer et donne un immense pouvoir à tous ceux qui savent apporter des réponses médiatiques qui s’adressent à nos pulsions (populisme). Pour l’entité à l’origine d’une crise, seule la compassion associée à l’action immédiate, visible et de proximité physique et sociale peut avoir lieu : ici, l’argumentation n’a pas de place et les coupables aisément désignés. Enfin, comme le souligne le Centre de Recherche sur les Innovations Sociales (CRISES, UQUAM) « une fois qu’une image est choisie pour représenter un objet, elle peut difficilement être délogée. ».

2 – Une réponse à notre conscience individuelle.
Alors que chacun exige haut et fort la transparence, celle-ci ne peut exister car la réalité est généralement trop complexe pour être appréhendable . Derrière cette demande de transparence se situe d’abord un besoin de comprendre. Or cette compréhension dépend fortement des cultures individuelles fondées sur un cadre normatif collectif. Car même si certaines analyses, notamment de Zygmunt Bauman, insistent « sur la détraditionnalisation, c’est-à-dire le fait que les normes, les manières de faire véhiculées par la société et ses institutions ne s’imposent plus d’elles-mêmes, et que chacun est à la fois libre et en devoir de trouver sa solution aux problèmes qu’il va rencontrer » , les JT se chargent de déterminer l’agenda, de réaliser le travail de lissage culturel et intellectuel par l’image permettant au plus grand nombre de s’approprier les premiers indices, questions et polémiques qui accompagnent une crise. A ce stade, il y a peu de place à l’acculturation, seules des explications simples peuvent prendre corps, car « l’objectivation est un processus plus actif que l’ancrage, il demande plus d’efforts (Moscovici, 2001) ». Lorsque Zyg-munt Bauman évoque notre société comme liquide aux liens sociaux distendus et animés par le mouvement brownien, lorsque Manuel Castells nous parle de pratiques sociales centrées sur l’individu, lorsque l’économie ultra libérale nous exhorte à l’individualisme et l’agilité organisationnelle, nous pourrions imaginer l’individu plus libre de ses pensés, plus conscient, plus responsable de sa propre vie. Mais lors de crises, nous constatons que se dessinent des murs qui canalisent la société liquide, délimitent la possibilité de conscience, enferment la société dans des réservoirs à pensées uniques et délétères qui couvrent l’ensemble du spectre des ancrages. Plus l’émotion est grande lors d’une crise, plus les politiques et autre lieux de pouvoir consolident les murs qui enferment la société pour la laisser s’indigner, gronder et se déchaîner pour ensuite la canaliser et l’amener vers d’autres murs idéologiques, voir légaux, plus hauts et plus épais. Le risque pour l’individu est trop grand de ne pas se ranger à l’opinion d’abord de ses liens sociaux de proximité, ensuite du groupe auquel il s’apparente, et de faire sienne cette opinion, simplement pour ne pas être délesté et déversé dans le Styx qui mène à l’enfer de la désocialisation. D’où l’impératif pour une organisation de décrire une situation de crise en imposant trois idées forces et en conformité avec le champ social : tout argument complexe serait irrecevable, voir suspect. Thierry Libaert nous rappelle que la notion de vérité fait place à la notion de vraisemblance . Cette vraisemblance que chacun nomme « transparence » n’est que la demande d’une représentation conforme à ses exigences, généralement fondée sur des a priori et limites culturelles, dans cette société liquide aux opinions fragmentées. Ainsi « la vérité vraie » n’est que le fruit d’une représentation qui a cristallisé dans l’opinion pour s’ériger en réalité, d’autant plus qu’à travers l’image (je l’ai vu, de mes yeux, vu), les interactions sociales et la suractivité des individus hypermodernes, nombre de personnes aura fait sa propre expérience de la crise, même à distance. Mais en se déinstitutionnalisant, la société - et ses pratiques sociales centrées sur l’individu – légitime toutes les représentations d’une crise, dont celle fournie par la structure en crise. En situation de crise, c’est ici qu’il est nécessaire d’agir à la fois sur le plan rationnel (les faits, le raisonnement) et irrationnel (l’exemple, la métaphore, l’image).

3 – Une réponse sociale.
On peut constater que les réponses apportées aux crises dépendent fortement de l’émoi soulevé dans la population. En France, récemment, l’apparente multiplication des accidents liés à des chiens dangereux a conduit à la modification de la législation. Plutôt que de choisir la réflexion préalable à l’action, le politique est soumis à la loi pulsionnelle, sommé d’agir sur la perception de la crise, sur les certitudes qui jalonnent l’espace médiatique. Or comme le dit Edgar Morin, dans nos sociétés occidentales, « on enseigne des certitudes, mais jamais l'incertitude fondamentale. » Faute d’être prête à affronter « l’incertitude fondamentale », la société médiatisée à outrance produit de nouvelles peurs qui s’institutionnalisent et conduisent à la prolifération de nouvelles normes et d’artéfacts législatifs qui sont autant de rémanence sociale du zapping de la peur, entre monde et projection du monde. Ce qui est inquiétant, c’est que l’on assiste impuissant à un indicible mouvement de la société liquide vers de nouvelles intolérances. Et sur cette base nous construisons l’inique, entre passeport biométrique, tests ADN généralisés, caméras de surveillance et autres prisons propres à enfermer chacun d’entre nous et à contrôler nos interactions, peurs et désirs jusque dans l’intimité de nos gènes. Pour Edgar Morin, nous sommes dans « une société qui s'autoproduit sans cesse parce qu'elle s'autodétruit sans cesse . » Mais ce déplacement de la société liquide peut également se faire dans le sens de ce que nous appelions encore peu « progrès », comme ce fut le cas avec le principe de précaution inscrit dans la constitution française, l’intrusion de la Fondation Nicolas Hulot dans la campagne électorale en France ou encore la remise du prix Nobel de la paix à Al Gore. Mais ici encore, pour que l’enjeu du risque climatique soit reconnu par l’opinion, il aura fallu le mettre en images.

Figure 1 - Hélice des crises
HELICE DES CRISE - par Didier Heiderich, Obseravtoire International des Crises
Agrandir

Pour une organisation en crise, toute la problématique revient à éviter de passer d’une crise passagère à une crise structurelle. Les trois niveaux que nous venons d’appréhender sont alimentés par les trois temps d’une crise : le niveau pulsionnel qui alimente le temps de l’émotion, le niveau de conscience individuelle qui alimente le temps des questions, le niveau social qui alimente le temps des polémiques. L’ensemble forme l’hélice des crises (Fig.1) en mouvement permanent dans la société de l’information. Or, dans la société de la peur, donc de l’émotion, même imbécile, le niveau pulsionnel devient le plus prégnant, le plus tangible et le plus déterminant : c’est pourquoi, il devient de plus en plus important de se préparer aux crises de demain, imprévisibles dans leur appréhension par un corps social liquide, brutales pour l’organisation en crise, crises dont les centres de gravité seront entre image et imaginaire et l’importance entre persistance rétinienne et rémanence sociale.

D.H.

Sont cités dans cet article :

Cahiers du CRISES - Collection Études théoriques - no ET0510, « La promotion du commerce équitable : quatre pièges à éviter », Luc K. Aude-brand, Adrian Iacobus, 2005

A lire : « La transparence en trompe l’œil », Thierry Libaert, Descart & Cie

« La société liquidé(e) ? », Xavier Molénat, Sciences Humaines n°178, janvier 2007

« Les sept savoirs nécessaires », Edgar Morin,
http://www2.ac-toulouse.fr/ien65-bagneres/pedagogie/pedagene/7savoirs.doc 

« Le paradigme perdu : la nature humaine », Edgar Morin, Au Seuil, 1973

 

Version pour l'impression (pdf, 8 pages)

Magazine de la communication de crise et sensible.

 

©  Tous droits réservés par les auteurs


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 

Outils professionnels

Documents opérationnels
 l'espace Business Class


Découvrir l'espace business class


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2017
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright