Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Lundi 11 Decembre 2017  - Le Magazine de la Communication de Crise et Sensible
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

ARTICLES
accueil > Tous les articles > Article 0117
Chikungunya, une crise longuement sous-estimée

Découvrez et téléchargez gratuitement Le magazine de la communication de crise et sensible
Vol 10 - pdf - 44 pages - 1,6 Mo
   
Envoyer cet article

>

Rédigez un article

   
Gestion sanitaire de crise
Chikungunya, une crise longuement sous-estimée
Par Jean-Michel Guillery

 

Ceux qui n’avaient jamais entendu parler du chikungunya ni de l’épidémie en cours à la Réunion avaient sans doute été surpris d’entendre le 28 janvier dernier l’annonce-choc du premier ministre : il affectait « sans délai » 400 militaires supplémentaires à la démoustication de l’île et il y envoyait « en urgence » son ministre de la Santé.

Dans le même temps, les métropolitains apprenaient par la presse nationale que l’épidémie avait débuté sur l’île depuis près d’un an, que plusieurs milliers de personnes avaient été atteintes (on parlait alors de 10 à 15 000) et qu’une polémique plus que vive opposait depuis plusieurs semaines déjà les habitants aux services de l’Etat. Celle-ci portait essentiellement sur le nombre des victimes - longtemps sous-évalué selon les habitants - , sur la gravité de la maladie - il était fait état de cas sévères et de cas mortels -, et surtout sur l’inaction des autorités et l’insuffisance des moyens déployés.

Bien entendu, depuis cette date du 28 janvier, chacun a pu comprendre à travers une médiatisation ininterrompue, que cette affaire de moustiques à la Réunion était en réalité ce que certains avaient annoncé début novembre : « une véritable catastrophe sanitaire ».

Le bilan s’est aggravé de jour en jour pour atteindre des proportions inédites :157 000 personnes, soit 20% de la population, avaient été officiellement touchées sur l’île au 24 février, avec 77 cas de décès. Les conséquences, à la fois sanitaires et économiques, sont à envisager non seulement pour les mois qui viennent mais aussi à beaucoup plus long terme. Et le virus a déjà poursuivi son extension : il aurait commencé à sévir aux Comores, à Mayotte, à Maurice et aux Seychelles ; Madagascar est clairement menacé.

Comment cette infection virale, « réputée plutôt bénigne », a-elle pu prendre une telle ampleur et devenir une telle crise ?

D’abord les faits. Le chikungunya (le terme signifie « celui qui marche courbé » en swahili) est un virus de la famille des arbovirus isolé pour la première fois en 1953 en Ouganda. Il s’est répandu en Afrique sub-saharienne, en Asie du sud-est, et depuis 2005 dans l’océan indien. Il est transmis par les moustiques du genre Aedes qui sont aussi le principal vecteur de la dengue.

Chez l’homme, l’infection provoque une forte fièvre, des éruptions cutanées et surtout des douleurs et des courbatures dans les articulations. Elles sont souvent si marquées qu’elles deviennent très invalidantes : l’usage des mains est difficile et le malade doit se déplacer courbé, d’où le nom qui a été attribué. Cela peut durer une semaine, mais parfois plusieurs mois, avec une fatigue intense. Autre facteur aggravant, il n’existe ni vaccin ni traitement spécifique.

En février-mars 2005, de premiers cas sont apparus aux Comores puis à la Réunion. L’épidémie a d’abord été « limitée » entre avril et juin. Une accalmie s’est produite les mois suivants ; puis on a noté une petite reprise en novembre et surtout, en décembre, avec l’été austral, une violente recrudescence. Plusieurs milliers de nouveaux cas par semaine. Fin janvier, les autorités sanitaires faisaient état d’un bilan de 30 000 (et non pas 10 000) cas.

Quelques jours plus tard, le 3 février, ces mêmes autorités ne cachaient plus leur inquiétude. L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) annonçait que la maladie continuait à évoluer de manière exponentielle, qu’elle avait maintenant touché 50 000 personnes sur l’île (dont 45 000 depuis mi-décembre) et que l’on devait s’attendre à plus car le pic épidémique n’était pas encore atteint, compte tenu de la pullulation des moustiques et de la saison. Les conséquences économiques étaient déjà fortes : 10 000 annulations de nuitées en 10 jours selon le Comité du tourisme qui craignait une baisse d’activité de 70% pour les cinq mois à venir.

Le 8 février, le bilan s’était encore considérablement alourdi avec un total pour la Réunion de 70 000 cas. Il n’a cessé d’évoluer ensuite pour atteindre 157 000 personnes touchées le 24 février.

Bien entendu, ce bref rappel des faits ne dit rien de l’essentiel. Que s’est-il réellement passé pour qu’on en arrive là ? Quelle(s) erreur(s) a t-on peut-être commise(s) ?

Pour de telles crises, on sait que la réponse à cette question n’est jamais simple et qu’il faut justement se garder des dénonciations simplistes. Les mécanismes sont toujours multiples et intriqués. Ce qui appelle la pratique d’un vrai retour d’expérience très détaillé. On espère qu’il sera fait pour le chikungunya.

Mais dans le cas présent, un élément au moins apparaît à l’évidence : les signaux d’alerte n’ont pas été pris en compte et le potentiel de gravité de cette affaire a été très nettement et très longuement sous-estimé.

Quelques exemples :

1- On a dit et répété au début de l ‘épidémie que la maladie était bénigne, puisqu’il n’y avait pas de cas mortels. Mais peut-on parler de bénignité en présence de plusieurs dizaines, puis centaines de cas de personnes qui subissent des douleurs articulaires très invalidantes et pouvant se prolonger plusieurs mois ?

Et surtout qu’en savait-on vraiment ? Quelles connaissances avaient-on sur ce virus, ses effets chez l’homme, et ses éventuelles mutations ? Le 3 février, le directeur général de la santé reconnaissait que « la maladie de chikungunya était jusqu’à présent assez mal connue ». En effet, une surprise de taille au moins était déjà à signaler : cette épidémie avait appris aux médecins que le virus peut se transmettre de la mère à l’enfant et être responsable de formes néonatales sévères : des méningo-encéphalites, dont plusieurs cas ont été observés à la Réunion. Il y a aussi des cas de formes neurologiques graves, d’hépatites, de myocardites, de rhumatismes articulaires aigus…

Pas de cas mortels ? Gilles Brucker, directeur de l’InVS répondait (interview dans Libération le 3 février) que « depuis six semaines, la mention « virus chikungunya » avait été notée comme cause associée sur 20 certificats de décès ». Il ajoutait qu’il s’agissait pour la plupart de personnes âgées ou très âgées avec des pathologies lourdes associées, et qu’il fallait faire la part des formes compliquées que l’on peut observer lors de toute épidémie de maladies infectieuses. Des enquêtes étaient cependant en cours. Le lendemain, le directeur de l’Agence Régionale d’Hospitalisation faisait, lui, état du cas d’un enfant de 10 ans, mort le 13 janvier, pour lequel « nous n’avons pas d’autre élément que le chikungunya pour expliquer le décès ».

Un autre décès d’enfant est survenu depuis (le 21 février). Et aujourd’hui, ce sont 77 décès qui se sont produits sur l’île, directement ou indirectement liés au chikungunya.

2 - Le responsable de la contamination est le moustique et il est parfaitement connu que l’évolution de l’épidémie dépend essentiellement des mesures d’élimination des réserves d’eaux stagnantes où se reproduisent les moustiques. Est-on novice en ce domaine ? Non, les techniques de démoustication existent et la France a déjà eu l’occasion de les pratiquer. Dès lors, n’était-il pas justifié de faire beaucoup plus tôt ce que l ‘on fait seulement maintenant : mener une véritable campagne de démoustication. On ne manquait pour cela ni de produits, ni de bras (Bernard Kouchner - dans Libération du 27/2 - fait remarquer justement à ce sujet que l’on aurait pu mobiliser de jeunes Réunionnais). Mais « La victoire contre le paludisme à La Réunion nous a fait baisser la garde depuis trente ans en matière de démoustication » a reconnu Dominique de Villepin lors de sa visite dans l’île le 26 février.

3 - Enfin, ne sait-on pas qu’au sein d’une population, l’arrivée d’une épidémie n’est pas précisément le type d’événement qui va être vécu de manière parfaitement rationnelle ? Qu’elle va entrer en résonance avec un système de croyances et inévitablement susciter des craintes, des doutes, des incompréhensions, des rumeurs. Ce qui veut dire qu’il est absolument fondamental d’expliquer précocement aux populations, en direct et par des médiateurs crédibles, ce qu’est la maladie, son vecteur, ses conditions de développement ; et quelles sont les mesures de prévention. La première campagne d’information large (TV, affiches) n’a débuté que le 6 février…

Aujourd’hui, les réunionnais ont enregistré, par la voix du premier ministre, l’aide concrète que l’Etat allait leur apporter. Mais entre rancoeur et suspicion, les rumeurs continuent à pulluler au sein de la population : sur la nature de la maladie, sa transmission, sa gravité réelle (le bilan des cas et des morts serait encore sous-évalué), les dangers des insecticides utilisés… Et pour expliquer l’arrivée du virus sur l’île, les Réunionnais évoquent tantôt une infestation volontaire, tantôt l’immigration comorienne, le réchauffement climatique, le tsunami, ou encore le rôle d’un bateau qui avait été longtemps maintenu en quarantaine… Autant dire que la confiance, indispensable à la contribution active de la population pour la lutte préventive contre l’épidémie, n’est pas pour demain.

Amplement décrite, la sous-estimation est un phénomène qui pour paraître banal ne se retrouve pas moins, d’une crise à l’autre, quasi-constamment présent. Il est vrai que la gestion des crises (et leur anticipation), que tout le monde évoque constamment, est en fait loin d’être un domaine connu et réellement pratiqué.

Actualisation du 27 Février 2006.

Jean-Michel Guillery est médecin et consultant en gestion et communication de crise. Il est également coauteur de deux Que sais-je : "La communication de crise" et " La communication médicale"
 

(c) Tous droits réservés par les auteurs


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 

Outils professionnels

Documents opérationnels
 l'espace Business Class


Découvrir l'espace business class


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2017
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright