Le magazine de la communication de crise, sensible et de la gestion de crise édité par l'Observatoire International des Crises - OIC

Le Magazine de référence en communication de crise, gestion de  crise et communication sensible depuis 2000

Observatoire International des Crises - OIC   | Accueil | Espace Presse | A propos de l'OIC | Vie privée  Issues management & crisis communication review
Si vous avez marqué des pages sur la communication de crise, vous les retrouvez ici.Vous permet de marquer cette page pour vous en souvenir lors de votre prochaine visite sur CCCVous permet d'envoyer une page sur la communication de crise vers un autre site Web
 

Accueil
 

Le magazine


Articles


Publications


Espace presse

 

Flux RSS de la communication et gestion de crise
Flux RSS

 

 ISSN 2266-6575

 


 

 



 

 



 Site web de l'Observatoire International des CriseCommunication de crise - gestion de crise - communication stratégique - magazine
Mardi 12 Decembre 2017  - Vous êtes sur  www.communication-sensible.com
Vous pouvez librement réaliser un lien vers cette page depuis votre site.

ARTICLES
accueil > Tous les articles > Article 0036
 L’avenir appartient au management de l’imprévisible

Imprimer
Télécharger l'article au format PDF ( 5 pages - 184 Ko)
Envoyer cet article

>

Rédigez un article

   
L’avenir appartient au management de l’imprévisible
Par Didier Heiderich, Juin 2003

« Les entreprises pensent avant tout que l’art de gérer les crises consiste à convaincre afin de préserver ou de restaurer leur image. Cela ne suffit pas : ce qui compte en priorité, c’est l’apprentissage de l’effet de surprise et plus encore l’anticipation des ruptures » - Christophe Roux-Dufort

Dans le management de crise, par nature, par formation, par facilité, nous voulons préparer, planifier, gérer. Pour cela nous utilisons l’évaluation des risques, la construction de scénarios, l’établissement des étapes, la préparation des ressources et l’organisation de l’ensemble. Les entreprises les mieux préparées au management des crises semblent être celles qui auront préparé plusieurs « projets de crise » prêts à être mis en oeuvre… jusqu’au moment ou la crise éclate réellement avec son cortège d’imprévus. Au risque, donc à l’incertain, nous voulons faire coïncider le plan : n’est-ce pas paradoxale ?

La planification est exclusivement envisageable dans un univers figé et dont l’horizon lointain peut être déterminé, ce qui est rarement le cas des crises qui nous imposent d’autres formes de management. Prenons le cas de l’économie de l’Internet. Dans cet univers, le risque est permanent : les études de marché sont par nature inconsistantes (*), les technologies sont fluides, les acteurs en rotation, les ressources disponibles évanescentes, les usages indéterminés, les concurrents imprévisibles et l’horizon inexistant. C’est pourquoi les acteurs les mieux armés de cet univers en mouvement managent leur entreprise selon un dosage permanent entre menaces, opportunités, prospective et actions. N’est-il pas temps de réfléchir à des méthodes de management de l’imprévisible appliquées aux crises ? Je vous propose ici quelques pistes de réflexion pour une autre façon de gérer les crises.

Piste 1 – Accepter l’imprévisible. Si certaines crises sont prévisibles, leur contenu reste dans le champ de l’incertain : cette part d’incertitude est à accepter, voir à évaluer. Prenons le cas d’un accident qui concerne une activité à risque comme la chimie. Les sites dangereux font l’objet de nombreuses études destinées à réduire les risques, mais aussi à se préparer au pire avec des plans d’intervention très détaillés et des procédures de gestion de crise et de communication de crise. Or, le pire intervient lorsque des facteurs inattendus deviennent déterminants. Si l’imprévisible ne peut être identifié, il s’agit d’admettre que tout n’est pas prévu pour mieux s’y préparer : ceci demande non seulement d’instaurer une culture du risque au sein des entreprises et administrations, mais également une culture de gestion et de la communication de crise.

Piste 2 – Admettre les nouveaux acteurs. En situation de crise, une entité se trouve soumise à de très nombreuses pressions issues d’un univers dont les ramifications et les contours ne lui sont pas familiers. Dans cet univers de crise, les acteurs « nouveaux venus » jouent un rôle souvent important. Vouloir évincer les nouveaux venus lors d’une situation de crise, déclarer leur illégalité, leur illégitimité est absurde autant qu’inutile. Se préparer à la crise consiste plus à élargir sa connaissance du corps social, de son fonctionnement, de ses attentes et ses besoins que de définir une liste « d’acteurs clés » généralement déjà connus par l’entreprise. L’exhaustivité n’est pas de mise : c’est pourquoi, il semble nécessaire de s’organiser pour accepter de nouveaux venus. L’important sera de pouvoir rapidement connaître leur nature, leur influence, leur fonctionnement, leur motivation afin de réagir convenablement.

Piste 3 – Savoir et comprendre. Le management de l’information se révèle crucial en situation de crise. Mais organiser préalablement les circuits d’information et les processus de management peut rapidement s’avérer inefficace : si les militaires ont créé Internet, structuré en réseau « indestructible » c’est justement pour remplacer le modèle procédural de la gestion de l’information au profit d’un système capable de s’organiser en fonction de circonstance. Un système de gestion de l’information imprévisible devrait posséder la capacité de se réorganiser en permanence. Mais l’information sans la capacité de l’interpréter correctement n’a aucune valeur. Il s’agit donc de se préparer à comprendre l’information autant qu’à la recevoir. En plus de l’organisation de l’information en réseau, les pôles de compétences sont à créer – parfois ex nihilo - lors de la crise pour gérer cette information.

Piste 4 – Définir une direction et autoriser l’initiative. En situation de crise, les acteurs attendent une direction, une orientation générale. Celle-ci est primordiale : elle va définir le devenir de la crise. Une fois la direction donnée, il devient difficile, voir impossible de re-venir en arrière. Ainsi, une entité qui se déclare « non coupable », devra posséder les moyens de tenir cette position jusqu’au bout, au risque de perdre toute crédibilité si elle devait à un moment accepter une part de culpabilité, voir de responsabilité. En revanche, le chemin qui conduit dans la direction qui est définie ne peut être préalablement déterminé : il s’agit d’autoriser (dans une certaine mesure) l’initiative qui, tout en s’écartant du chemin, conduit dans la « bonne » direction. C’est la différence entre planification et stratégie.

Piste 5 – Définir des objectifs plutôt que des résultats. Dans un monde incertain, la logique de résultat ne fonctionne pas, elle favorise l’échec et n’autorise pas le dépassement, elle permet de dire après une crise « vous n’avez re-trouvé que 90% de vos clients » et cache, par exemple, de nouvelles alliances qui ouvrent des perspectives pour le futur. Il faut lui substituer « l’objectif » qui donne une tendance, qui motive les troupes et qui permet de faire mieux que de se reposer sur un résultat obtenu. L’objectif laisse la place à l’imagination, au dépassement, permet de gérer l’immatériel (l’image) alors que le résultat bride les initiatives, efface les opportunités, interdit de s’adapter, contingente au matériel, au chemin prédéterminé.

Piste 6 - S’adapter pour mieux agir. Un autre principe pourrait reposer dans la capacité du contenu des stratégies d’être modifiables afin de s’adapter à l’environnement et à son évolution : inutile de continuer sur un chemin si on s’aperçoit que l’on fonce droit contre un mur. Evident ? Pas forcément. Ce principe demande de diminuer le nombre de décideurs dans la gestion de crise pour s’en remettre à un groupe restreint dans lequel le conseil – interne ou externe - n’interviendra pas au-delà de son rôle « technique ». Aucune loi n’est à écrire dans le marbre, tout du moins en matière stratégique, ceci ne signifie pas devoir communiquer de façon contradictoire, bien au contraire. De même, se donner la capacité de réagir promptement demande de ne pas se précipiter dans le gouffre où l’on veut pousser l’entité incriminée : les pièges sont nombreux et, par exemple, une critique d’un journaliste ne doit pas forcément conduire à une réaction juridique. En revanche, les propos d’un journaliste qui doute des accusations, qui remet une crise dans la perspective d’un contexte qui dépasse l’épicentre de la crise peut devenir une opportunité à saisir – après les précautions d’usage -, même si ce n’était pas initialement prévu.

Piste 7 – Multiplier pour créer les opportunités. De même, les chemins critiques sont à proscrire. Le management de projet classique, par contraintes, tend à créer des processus : si un des éléments du processus cède, l’ensemble de la gestion de crise s’effondre. Si une seule et unique stratégie de communication est mise en oeuvre, l’échec de cette stratégie conduira à l’échec de l’ensemble. Il conviendrait plutôt de multiplier les chemins qui conduisent dans la direction déterminée, de communiquer simultanément sur plusieurs plans, selon différentes postures, sur différents supports, vers différentes communautés, de vérifier et de saisir les opportunités et d’écarter les risques générés selon les résultats obtenus. Pour chacun de ces angles d’attaque, la règle du « KISS » (Keep It Simple and Stupid), compréhensible pour chacun des différents acteurs pourra être d’un grand secours. Ceci oblige à une très grande cohésion, à préciser les angles d’attaque, à gérer parfaitement les contenus pour que l’ensemble obéisse à la stratégie : il ne s’agit pas de multiplier à loisir au risque de générer de la confusion, mais au contraire de choisir avec soin les angles d’attaques en se fondant sur l’évaluation des menaces, sur les opportunités que l’on veut créer et les moyens disponibles que l’on peut évaluer. Il s’agit d’ouvrir le champ des opportunités, pas de générer des menaces.

Piste 8 - Coopérer pour générer du profit immatériel. Créer de la coopération est également une politique à prendre en considération, dans l’objectif de multiplier vos alliers jusqu’à l’obtention de plusieurs masses critiques qui pèseront sur la crise, que ce soit des masses internes ou externes. La coopération génère du profit immatériel : elle influence les opinions publiques, créé des espaces d’opportunité, fait taire ou douter les contradicteurs. Mais la coopération repose sur des principes difficiles à installer dans la crise : il s’agit de satisfaire les besoins unitaires en les plaçant dans une perspective d’ensemble (soutenir l’entité en crise) avec un horizon qui dépasse le paysage de la crise. Sans ce second horizon, qui devra être parfaitement perçu par les soutiens, c’est la trahison qui se profile : les soutiens voudront tirer un bénéfice immédiat de leur aide. Pour créer les conditions de la coopération, il est nécessaire de trouver des motifs individualisés de contribuer positivement avec des avantages perçus au-delà de la situation de crise.

Piste 9 – Economiser pour mieux gérer. Il est nécessaire d’éviter de perdre du temps à l’inutile, au nuisible, au négatif sauf si le choix n’existe pas. Faire l’économie de biens aussi précieux que le temps et les compétences pour les utiliser à bon escient, là où ces ressources sont nécessaires, semble être une meilleure solution que de les utiliser là où certaines pressions tentent de les contraindre. Il est nécessaire de conserver le choix des terrains annexes puisque celui de la crise n’est pas facilement négociable : par exemple, faire fermer un site Web contradicteur est négatif en terme financier, juridique et d’image et représente un mauvais terrain d’attaque dans de nombreux cas. Ces ressources seront mieux utilisées si elles servent à saisir une opportunité ou écarter une véritable menace, pour agir positivement et communiquer sur des actes.

Piste 10 – Faciliter pour ne pas avoir à gérer. En situation de crise ou dans un univers incertain, vouloir tout contrôler semble impossible : trop de paramètres sont a prendre en considération, la masse d’information à interpréter est faramineuse, les liens ne sont plus hiérarchiques mais obéissent à une logique floue entre des acteurs de plus en plus nombreux depuis l’avènement d’Internet. La solution repose sur la capacité à faciliter le travail de l’ensemble de ceux qui sont directement ou indirectement chargés de réduire la crise, pour leur laisser une autonomie régulée par la compétence : pour cela, mieux vaut abaisser le seuil de compétence nécessaire à l’action afin d’éviter que le principe de Peter qui veut que "dans une hiérarchie, toute personne tend à s'élever jusqu'à atteindre son niveau d'incompétence". Cependant, on constate que dans la pratique des crises, l’incompétence est régulièrement appelée à la rescousse. Ainsi, on voit régulièrement un avocat ou un consultant en communication recevoir des galons de gestionnaire de crise hors du champ de leur compétence. De même, il est inutile d’imaginer qu’une heure de média training improvisée sur le vif fera d’un directeur d’usine non charismatique ou d’un employé de restaurant impressionné par les caméras un porte parole véritablement efficace d’une entreprise en situation de crise.

Piste 11 – Créer des micro projets. La gestion de projet classique possède toujours de nombreux atouts, à condition qu’elle ne régisse pas l’ensemble, mais le particulier (actes sur le terrain, communication média / hors média, communication interne, gestion du site Internet, gestion de la remontée de l’information…). Il est utile d’utiliser la gestion de projet dans chacune des différentes actions afin d’en tirer les avantages de la consistance : objectif, détermination des étapes, allocation des ressources, mesure, cadre formel dans un univers instable. Mais n’oubliez pas qu’elle ne s’applique qu’à des horizons visibles : plus il y aura de micro projets, plus les chances de réussite de l’ensemble seront multipliées alors qu’un unique projet ne laissera que le choix de réussir ou de perdre.

Enfin - Comme précisé en préambule, ces 11 points n’ont d’autre prétention que d’être des pistes de réflexion. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions, ce texte est destiné à être amélioré progressivement.

Bibliographie :

Mintzberg Henry, Ahlstrand Bruce, Joseph Lampel, Safari en pays stratégie, éditions Le village mondial, 1999

Urich Beck, La société du risque, éditions ALTO Aubier, 2001

Sun Tzu, « L’art de la Guerre », Vième siècle avant JC www.communication-sensible.com/publications 

Voir aussi : le blog de l'imprévisible

(*) Comment définir un marché pour un usage qui n’est pas déterminé ? Si google avait réalisé une étude de marché « classique » avant de lancer son célèbre moteur de recherche, il semble évident qu’à l’époque aucune place n’était disponible dans un univers saturé, sauf à lui trouver un autre nom que moteur de recherche. L’offre technologique de Google s’appuyait sur « autre chose », une différenciation marquée (mais difficile à appréhender à priori par l’utilisateur) dans sa capacité de fournir des résultats pertinents. C’est cependant en s’appuyant sur les référentiels existants « je suis un moteur de recherche » et en laissant le bouche à oreille expliquer sa différence (meilleur moyen d’adapter l’argument commercial à chaque cas) que google s’est rapidement imposé.

(c) 2003 - Tous droits réservés


 

 

Antropia - Moteur de recherche documentaire sur les sciences de l'information et de la communication Rechercher avec antropia

Communication financière de crise
n°24, février 2017
Télécharger le magazine n°24 - pdf - 29 pages,
ISSN 2266-6575
 


 

L'observatoire en campagne
Magazine éphémère  "L'Observatoire en campagne", dédié à l'analyse de la présidentielle 2017 en France
ISSN 2266-6575
observatoireencampagne.com
 



 

Prospective :
Horizon 2020
Numéro spécial 15 ans
n°23

Téléchargez le magazine n°23
60 pages, PDF - gratuit.
ISSN 2266-6575
 

Actualité


Partenariat Recherche et développement

Annonce -
L'OIC et Heiderich Consultants collaborent sur 7 thèmes stratégiques en gestion et communication de crise
En savoir plus :
Le communiqué

research.heiderich.fr

 

France.Evénement - L'observatoire International des Crises partenaire de "Influence Day" qui se déroulera le 14/09/17 à Paris. Interventions de Natalie Maroun  - influence-day


 

France.R&D - Article de fond « La mise en récit des exercices de crise » rédigé par Natalie Maroun et Didier Heiderich dans La LIREC, lettre d’information de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Juillet 2017 – Télécharger


 

Etude.Communication - Parution dans la revue de la Communication Publique « Parole Publique » d’un dossier sur « L’enjeu environnemental: une communication-action complexe ». Article introductif de Thierry Libaert« Communication et environnement: partie liée ». Page 50 et 51. N° 16. Juin 2017.

 
 

France.Aviation - Conférence « Les compagnies aériennes face à l’accident », intervention de Didier Heiderich la communication de crise, 9 juin 2017

 

 

Maroc.Communication - Conférence le 12 mai 2017 et formation de Didier Heiderich les 13 et 14 mai 2017, Hôtel Kenzy Tower - Casablanca "Communication sensible et gestion des crises, stratégies et techniques" Information et inscription


 

France.Politique - Didier Heiderich était l'invité de Public Sénat dans l'émission "Déshabillons-les" du 4/03/17 sur la communication politique de crise - Voir

 

France.Presse - Interview de Natalie Maroun dans Les Echos Business sur la communication financière de crise "Affaire Vinci : comment limiter les risques ?", le 12/12/2016 - Lire

 

France.Santé - Retrouvez la vidéo de la conférence de Didier Heiderich au GRAPH sur "La vérité" - Vidéo
Téléchargez les Diapositives "Mensonges et vérité" (pdf)

 

France.Presse - Interview de Didier Heiderich sur la communication sensible d'UBER, 23/12/16 - Lire

 

France.Conférence - Conférence de Natalie Maroun sur la gestion des crises internationales à l'IHEDN, 6 décembre 2016

 

Suisse.Conférence - Didier Heiderich donnera une conférence sur les relations publiques de crise auprès des communicateurs et des élus de la Ville de Genève au Palais Eynard , novembre 2016

 

France.Justice - Didier Heiderich invité de la direction de la communication du Ministère de la Justice à participer à une table ronde sur la communication judiciaire et réseaux sociaux lors d'attentats auprès des magistrats délégués à la communication (MDC). Cette table ronde sera l'occasion d'un retour d’expérience : La communication de crise face au risque d’attentat par Agnès Thibault-Lecuivre, Vice-procureur, Chargée de mission presse communication et international, Cabinet du procureur de la République de Paris. 21 novembre 2016


France.Communication. Sortie du livre "La communication environnementale" (CNRS Editions, Les Essentiels d’Hermès), sous la direction de Thierry Libaert, novembre 2016


France.Politique - Analyse de la communication politique de crise par Natalie Maroun dans le magazine ComPol, 20/10/16


France.Agriculture - Didier Heiderich invité du Syrpa le 27/09/16 pour intervenir sur le thème "Se préparer à gérer les crises, retour d’expérience d’acteurs"

 

Article.Communication - "Communication de crise : priorité à l’interne", article de Didier Heiderich dans HARVARD BUSINESS REVIEW, aout 2016 - Lire

 

Chine.Sécurité Civile - Organisation  d'un programme de transfert de compétences en gestion de crise pour les autorités et l'ENA Chinois. Une collaboration Heiderich Consultants et l'Observatoire International des Crises, août 2016
 

Suisse.Radio - Didier Heiderich, invité principal de la matinale de la Radio Télévision Suisse pour analyser le risque et sa perception, le 2 juin 2016 - Lire

 

France.Politique - Didier Heiderich invité de l'émission d'analyse politique de Public Sénat "Déshabillons-les !" du samedi 9 juillet 2016 - Extrait

 

Conférence. France.Santé - Didier Heiderich interviendra le 12 mars 2016 dans le séminaire du GRAPH sur "La vérité"
Programme

 

R&D. France - L'OIC s'associe au groupe de travail de l'ANVIE sur "Fait religieux, identités et diversité" sur la communication interne et religion. 2016
L'ANVIE

 

Lille. Conférence - Natalie Maroun intervient à la conférence annuelle de Sciences Po Lille sur la mise en scène de la transparence, le 24 novembre 2015

 

Documentaire - Témoignages de Natalie Maroun et Didier Heiderich dans le film "Même pas peur" réalisé par Ana Dumitrescu, octobre 2015
Fiche Allo Ciné

 

Livre. Parution du livre « Les nouvelles luttes sociales et environnementales » par Thierry Libaert et Jean Marie Pierlot, aux editions Vuibert, septembre 2015

 

France. Etat/collectivités - "La communication de crise. Réflexions théoriques et retours d’expériences", conférence inaugurale de Natalie Maroun à l'INET le 17 septembre 2015 de 2 jours de travaux sur la gestion de crise sous l'égide du CNFPT à Strasbourg. Cette conférence de Natalie Maroun sera retransmise dans les autres centres en France.

 

Presse - Interview de Natalie Maroun dans la matinale de la Radio Suisse Romande "Comment gère-t-on un scandale international ?" - Ecouter

 

Livre - "La communication d'entreprise", Philippe Morel. Participation de Didier Heiderich

 

Presse - Interview de Didier Heiderich dans Challenges pour l'article "Les chiens de garde qui font peur", juin 2015, sur les relations sensibles et la médiation entre groupes internationaux et associations

 

Crisis Management - Natalie Maroun will speak about "Post-crisis and post-conflict management", ENA (Ecole nationale d'administration), Master « Public governance and international relations » « Global governance and international challenges», 2015.

 

R&D International - Report "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events". This Report summarises the results from a workshop held on 2-3 October 2014, in Oslo, Norway. HEIDERICH was being represented by Natalie Maroun, PhD, Associate consulting director. 2015
Download the report

 

Recherche - Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile
Première réunion du nouveau comité scientifique auquel Didier Heiderich appartient au sein du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur la sécurité civile (CERISC) de l’ENSOSP, 13 février 2015

 

Conférence - L’Association des Agences de Voyages de Casablanca organise le jeudi 22 janvier 2015 à Casablanca, un Forum sous le thème « Communication & le Tourisme, Enjeux & Perspectives », conférence de Didier Heiderich.

 

Colloque  - "Médias Sociaux en Gestion d'Urgence (MSGU)"  à l'ENSOSP le 27/11/14, avec l'intervention de Didier Heiderich
 

Workshop - Natalie Maroun participera au workshop  "Risk Communications for Public Health Emergencies: What to Learn from Real-life Events" à Oslo les 2 et 3 octobre 14,  organisé par l'Asia-Europe Foundation (ASEF) et le Research Concil of Norway (RCN) - Programme

 

Conférence - Deloitte et l'OIC animeront l'atelier "La gestion de crise - rôle de l'audit interne" le 3 octobre 2014, dans la conférence annuelle de l'IFACI

 

Conférence Internationale - Didier Heiderich et Natalie Maroun donneront une conférence à Chypre le 9 mai pour la journée de l'Europe sur le thème de la "Reconstruction post-crise"
 


"El Watan"
Interview de Didier Heiderich sur la communication politique de crise à la veille des élections, 16 avril 2014 - Lire
 

Ministère des Affaires Etrangères
Le Programme d’invitation des personnalités d’avenir du Ministère des Affaires étrangères (MAE) invite chaque année des personnalités étrangères promises à une position d’influence dans leur pays. Dans ce programme, le MAE a souhaité que Mme Deniz BIRINCI. Secrétaire générale adjointe du Parti social-démocrate chypriote-turc, nous rencontre pour un échange sur la communication politique, institutionnelle et en particulier la communication de crise. Avril 2014
 

 

Gazeta Wyborcza (Pologne)
Interview de Natalie Maroun sur la communication politique de crise
"Pan Budyń chce pokazać Francuzom lwi pazur [Jaką przemianę chce przejść prezydent Francji?]"(15 avril 2014) - Lire
 

 

Agefi Magazine (Suisse)
Le "Social licence to operate
", article de Didier Heiderich et Farner Consulting, mars 2014 (Pdf) - Lire

 

Le Soir (Belgique)
Communication de crise: hors les réseaux sociaux point de salut ?
article de Thierry Libaert et Christophe Roux-Dufort
Lire

 

R&D - "Réinventer la communication de crise"
Projet ADFINITAS, 2013-2014
L'OIC travaille sur l'après communication de crise et les relations publiques de crise en partenariat avec des acteurs privés.


A lire sur le sujet :
Article - "La communication de crise est morte, vivent les relations publiques de crise !"
Par Didier Heiderich et Natalie Maroun,
Publié par l'Observatoire géostratégique de l'information (page 2), 2013, Lire

 

Les relations publiques de crise. Une nouvelle approche structurelle de la communication en situation de crise. Didier Heiderich et Natalie Maroun, janvier 2014. Synthèse des travaux de l'Observatoire International des Crises en relations publiques de crise, principes et méthodes. PDF, 18 pages - Télécharger

 

 

Formation à la gestion de crise

Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Eligible au DIF
Information

 

Formation
Communication de crise

Formation à la communication de crise et au média training de crise
Sous l'égide de
l'Observatoire International des Crises
Information
 


Formation intra en gestion et communication de crise :
Information

Formation interministérielle en communication de crise :
Information
 


 

 




Marque déposée

Rappel :
Observatoire International des Crises
est également une marque déposée.
 

Observatoire International des Crises
 

 

 

 Également sur le magazine

publications sur la communication crise communication sensible communication stratégique

Publications
Retrouvez au format papier numérique sur nos publications.

| Nos Publications
 

 Partenaires

 

Heiderich
Conseil en communication de crise et Gestion de crise

 

 

Outils professionnels

Documents opérationnels
 l'espace Business Class


Découvrir l'espace business class


 

 

 

Permissions | Informations sur le copyright | Aide

Un problème ? Un bug ? Un lien brisé ? Signalez-le. Merci.
Le magazine de la communication de crise et sensible  (c) 2017
Le magazine | Articles | PublicationsOutils de communication et de managementFormation  |
 Mémoires | Contacts | Press room | |  

Index thématique des articles et publications
Communication de crise
| Gestion de crise | Société, sociologie et crises | Cybercrises et Intelligence stratégique |  Tous les articles

Le magazine de la communication de crise et sensible
Editeur : Observatoire International des Crises

Déclaration CNIL n° 730674 -  Indicatif éditeur 2-916429

MOTS CLES - LE MAGAZINE DE LA COMMUNICATION DE CRISE ET SENSIBLE TRAITE DES SUJETS SUIVANTS :

Ce Magazine sur la communication est édité par l'Observatoire International des Crises
 

 

Vous êtes sur
Le magazine de la communication de crise et sensible - ISSN 2266-6575




Informations sur le copyright